Sorties Poches de Septembre 2006

Les poches profitent eux aussi de l’effet « rentrée littéraire »: beaucoup de sorties intéressantes pour ce mois de Septembre!



Je commence par l’excellent roman
de Khaled Hosseini,
Les cerfs-volants de Kaboul
, grand prix des lectrices de Elle 2006, qui raconte l’amitié malmenée de deux jeunes Afghans (10/18) Lire le commentaire ici.

Sortie aussi chez j’ai lu de Lucky d’Alice
Sebold, un témoignage bouleversant sur le viol qu’elle a subi à 18 ans (pour en savoir plus c’est par ici).



Deux autres livres dont je vous ai déjà parlés sur ce blog sortent aussi en poche:
La vie parlée
de Bernard Chapuis (Folio, mon commentaire ici) et
La joueuse d’échecs
de Bertina Heinrichs (Liana Levi, mon commentaire )

Quelques autres sorties en poche à signaler:


Faux rebond
de Harlan Coben  (Pocket)

Juke Box
de Jean-Philippe Blondel  (Pocket)

L’attentat
deYasmina Khadra  (Pocket)

Une fête en larmes
de Jean D’ Ormesson  (Pocket)

Un instant d’abandon
de Philippe Besson  (Pocket)

Couleurs
de Clare Morrall  (J’ai Lu)

Histoire de la grande maison
de Charif Majdalani  (Points)

Harry Potter et le prince de sang mêlé
de J.K. Rowling  (Gallimard Jeunesse)
courir
avec des ciseaux
d’
Augusten Burroughs (sortie le 21 septembre, 10/18)
La mauvaise
vie
de Frédéric
Mitterrand (Pocket)
La fabrique du
crétin
de Jean-Paul
Brighelli (Folio)

Les hommes en général me plaisent beaucoup
de Véronique Ovaldé (j’ai lu)
Comme d’habitude, si vous avez lu l’un de ces titres, n’hésitez pas à laisser votre avis dans les commentaires!
Rendez-vous sur Hellocoton !

La guerre des légumes – Peter Sheridan

4-etoiles.gif



Un soir, Philo trouve refuge dans un
couvent dublinois, bien décidée à entrer dans les ordres pour échapper à la pauvreté et à la violence de son mari. Son physique imposant, ses tatouages, son langage fleuri et son
franc-parler n’en font pourtant pas la candidate idéale pour une vie de silence et de contemplation! Grâce à sa générosité sans bornes, elle réussira pourtant  à se faire apprécier de tous,
et parviendra même à trouver une solution à la guerre entre deux marchands de primeurs, un affontement qui agite le quartier depuis plusieurs décennies.

Après le pire, le meilleur ! « La guerre des légumes » est le titre  que j’ai
préféré dans cette sélection Fnac. La trame est un  peu mince, mais le personnage de Philo porte ce roman sur ses
larges épaules avec une truculence tellement séduisante! Loin des héroïnes propres et lisses, elle étonne, agace, gêne, amuse et émeut tour à tour. Elle sème la panique dans un couvent,
joue les marieuses, secoue ce quartier populaire de Dublin… Mais sous ses excentricités sont tapies bien des douleurs, de son enfance meurtrie à son mariage malheureux, de l’abandon
de ses 5 enfants à son fils aîné qui s’enfonce dans la délinquance…  Sans jamais cesser d’aider les autres, Philo finira par comprendre comment s’aider elle-même. « La guerre des légumes »
est vraiment un beau portrait de femme, un livre débordant d’amour et de tendresse.
Vous pouvez lire le premier chapitre ici !
Lattès, 300 pages, 20€
Rendez-vous sur Hellocoton !

Des nouvelles de Télérama

Pour fêter cette rentrée littéraire, le magazine Télérama sera accompagné pendant 3 semaines d’une nouvelle inédite. Avec le numéro de cette semaine (en vente jusqu’au mardi 12 septembre) vous trouverez une nouvelle d’Eric Chevillard, « Au Spectacle ». L’histoire d’un homme qui s’ennuie à un spectacle de danse, et qui cherche le moyen de voler la vedette au couple évoluant sur la scène.

Les deux semaines suivantes, vous pourrez lire deux autres nouvelles, l’une d’Arno Bertina, l’autre d’Alain Mabanckou. De quoi peut-être vous donner envie de vous plonger dans leurs derniers romans (Démolir Nisard pour Eric chevillard, Anima Motrix pour Arno Bertina et Mémoires de porc-épic pour Alain Mabanckou). A noter que ces 3 auteurs ont été choisis par François Bégaudeau, lauréat du prix Télérama-France Culture 2006 pour Entre les murs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Julien Parme – Florian Zeller

1-etoile.gif



Julien Parme a 14 ans et entretient des rapports très conflictuels avec sa mère, son beau-père et la fille de celui-ci. Alors que sa mère lui a interdit de se rendre à une
soirée chez Mathilde, la fille dont il est amoureux, Julien fugue. S’ouvre alors devant lui une nuit de liberté et d’errances dans les rues de Paris, faite de rencontres, et de questionnements
sur son passé (la mort de son père) ou son avenir (sa carrière de grand écrivain).

Voilà donc l’un des quatre titres que j’ai lu pour le prix
Fnac
. Florian Zeller est une cible privilégiée des médias, et bien avant la sortie de Julien Parme, le roman se faisait déjà descendre ici et
. Je n’aime pas hurler avec les loups, et j’ai donc essayé d’aborder ce livre sans
a-priori. Malheureusement, 300 pages plus tard, il faut bien me résoudre à rejoindre la meute… L’auteur a jeté tout ce qui fait la complexité et la richesse de l’adolescence pour réduire son
personnage à une triste caricature bête et égocentrique. Sans nuances et sans profondeur, Julien Parme n’est qu’une tête-à-claques que ses quelques failles (la mort de son père) ne parviennent
pas à rendre plus intéressant ou plus touchant. Le style, qui imite maladroitement le langage des adolescents (version beau quartier) est grotesque et agaçant, les tentatives d’humour tombent
complètement à plat. Un roman ennuyeux, froid et superficiel, qui manque de coeur et de sens, tout à fait optionnel dans cette rentrée littéraire.
Flammarion 2006, 302 pages, 17€
Rendez-vous sur Hellocoton !

Blog en vacances!


A mon tour de partir en vacances!

Pour éviter trolls, spammeurs et autres grossiers personnages, les commentaires seront modérés et n’apparaitront sur le blog qu’à mon retour…

Je vous retrouve vers la mi-août 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !