La joueuse d’échecs – Bertina Henrichs

3-etoiles.gif

Eleni vit avec son mari et ses deux enfants sur l’île grecque de Naxos. Femme de ménage dans un hôtel, elle mène une vie plutôt monotone, jusqu’à ce qu’elle se
découvre un intérêt profond et inattendu pour les échecs. Mais cette nouvelle passion va lui attirer les moqueries des gens de l’île et la colère de son mari. Eleni trouvera du
réconfort auprès d’un vieux professeur qui l’aidera à maîtriser l’art des échecs et à affronter le regard des autres.
J’ai plutôt aimé le cheminement de cette femme un peu frustre qui, grâce à sa passion, va s’ouvrir au monde et s’émanciper, découvrir une vie au delà du
dévouement familial et du carcan des bienséances locales. Le lien qu’Eleni tisse avec le vieux professeur (le personnage le plus abouti, le plus émouvant) reste cependant pour moi l’aspect
le plus intéressant du roman. La qualité de l’écriture est aussi à souligner, d’autant que l’auteur, d’origine allemande, a écrit ce roman directement en français.
J’ai été moins convaincue par la partie du récit qui décrit le scandale que provoque la passion d’Eleni, la façon dont elle est moquée, rejetée par la société et par
sa famille. J’ai trouvé cet aspect peu crédible, ou du moins assez mal amené. Par ailleurs, bien que ce roman soit assez court (150 pages), j’y ai trouvé quelques longueurs, qui me font
penser que la forme de la nouvelle aurait été plus appropriée à cette histoire. Malgré ces quelques réserves, « la joueuse d’échecs » est un joli portrait de femme, assez classique, mais agréable à
lire.
Liana Levi 2005, 151 pages, 15€
Rendez-vous sur Hellocoton !

And the winner is…

Le Grand Prix des Lectrices de Elle 2006 a été attribué lundi soir!

Prix Elle 2006 du Roman: les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini

Prix Elle 2006 du Polar: Tokyo de Mo Hayder

Prix Elle 2006 du Document: « Dictionnaire égoïste de la littérature française » de Charles Dantzig


J’adhère à 100% pour le roman et le polar, qui étaient mes chouchous.
J’avoue être plus dubitative sur le prix du document (le dictionnaire de Dantzig m’avait laissé un sentiment mitigé, la somme de travail est certes impressionnante, mais le résultat m’avait semblé un peu bavard et ronflant) . Je suis un peu étonnée et déçue que le prix ne soit pas plutôt allé à La vie sauve ou à Lucky

Tatiana nous offre quelques photos de la soirée sur le site des Blogauteurs! Et sur le site de Elle, vous pouvez tenter de gagner les 3 livres primés 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

[roman] Le club Jane Austen – Karen Joy Fowler

le club jane austenIls sont six à se rassembler une fois par mois pour évoquer l’oeuvre de Jane Austen. C’est Jocelyn, une californienne d’une cinquantaine d’années qui a pris l’initiative de ce club. Elle y a convié sa vieille amie Sylvia, en plein divorce, et la fille de celle-ci, Allegra. Il y a aussi Prudi, une jeune prof de français, la lunaire Bernadette, et Grigg, le seul homme du groupe, que ces dames considèrent avec curiosité. Chacun des six romans de Jane Austen sera l’occasion de découvrir l’un des membres du Club.

Le fait de ne pas bien connaître l’univers de Jane Austen n’est pas très gênant pour aborder ce roman (personnellement, je n’ai lu que « orgueil et préjugés »). Si au début les discussions autour de l’oeuvre de la romancière anglaise sont un peu frustrantes pour le non-initié, elles prennent de moins en moins de place au fil du roman. Comme chez Jane Austen en revanche, il est beaucoup question ici de sentiments, de l’amour sous toutes ses formes, et de la relation aux autres. Les personnages, très différents, s’observent, se jugent, se jaugent, s’aiment et se soutiennent. « Le Club Jane Austen » est un roman très agréable à lire, vaporeux et léger, très subtil, avec un brin d’humour, mais peut-être un peu trop sage: Compte-tenu de l’originalité du sujet et de la matière qu’offraient les différents personnages, j’ai trouvé qu’il manquait à ce roman un petit grain de folie et d’impertinence.

Editions de la Table ronde 2005, 335 pages, 21 € – Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] La fille du cannibale – Rosa Montero

la fille du cannibaleLucia Romero mène une vie plutôt morne. Enlisée dans un mariage sans passion, cette quadragénaire espagnole est l’auteur d’une série de livres pour enfants plutôt médiocre, Belinda la petite cocotte. Mais un événement inattendu va bouleverser l’existence de Lucia: alors qu’ils s’apprêtent à partir en vacances, son mari, Ramon, disparaît mystérieusement dans l’aéroport. Aidée malgré elle par deux voisins, un vieil anarchiste et un jeune homme séduisant, Lucia va se lancer sur les traces de son mari et découvrir qu’elle le connaît bien mal.

« La fille du cannibale » se déroule entre présent et passé, d’un côté la recherche de Ramon, de l’autre les souvenirs d’un vieil homme sur fond d’anarchisme et de guerre d’Espagne. Ce rythme binaire apporte beaucoup d’énergie au récit. La réussite de ce livre tient par ailleurs dans un joli équilibre romanesque entre humour et gravité, entre situations loufoques et réflexion(s) sur la vie. Les personnages, trois personnalités très différentes qui vont doucement s’apprivoiser, sont décalés et attendrissants. La disparition de son mari va notamment permettre à Lucia, que la quarantaine rend mélancolique, de se remettre en question et  de se redécouvrir. Entre rires et larmes, Rosa Montero réussit ainsi un très beau portrait de femme qui m’a beaucoup touché.

Editions Métailié 2006, 407 pages, 20€ – 5 étoiles
Rendez-vous sur Hellocoton !

L’immeuble d’en face – Vanyda

coeur.jpg


Je lis peu de BD, bien plus par manque d’habitude que par manque d’intérêt. Je me suis récemment décidée à plonger dans les rayons dédiés de ma librairie et de ma bibliothèque, armée de quelques
conseils de bloggeuses…Voilà donc une nouvelle rubrique et un premier commentaire!
Claire et Louis, un couple d’étudiants, vivent au 3ème étage d’un immeuble de Lille. Aux étages inférieurs habitent un couple d’age mûr avec leur énorme
chien, ainsi qu’une femme enceinte, Béatrice, et son fils de 4 ans. « L’immeuble d’en face », c’est le quotidien de ces quelques personnages, les chamailleries des couples, les mots d’enfants, les
petits incidents de tous les jours, les relations entre voisins, les anecdotes ou les moments forts de l’existence.
Au cours de brefs chapitres en noir et blanc, on passe de l’intimité des appartements (où les personnages boivent un thé, se brossent les dents, se disputent, font l’amour ou la fête), aux parties communes où se tissent, avec le temps, les liens entre les personnages. Avec beaucoup de simplicité, que ce soit au niveau de l’histoire ou du dessin, Vanyda réussit un bien joli album plein de fraîcheur, peuplé de personnages ordinaires, mais très
attachants. Le jeu de la mise en page, l’humour et la tendresse qui se dégagent de cet album, font de sa lecture un moment privilégié et réconfortant. A lire, vraiment!
Vous pouvez voir quelques planches sur le site de l’éditeur et lire les avis
(enthousiastes!) de Clarabel et d’ Emjy.

La boîte à bulles 2004, 166 pages, 13.50€

Rendez-vous sur Hellocoton !