une heroine américaineA la fin de ses études Amelia Earhart, une jeune intellectuelle très réservée, quitte la France sur un coup de tête pour échapper à sa mère un peu envahissante qui n’envisage la vie qu’à travers les romans Harlequin qu’elle traduit. Amelia s’installe au Canada et trouve un poste à l’Université de Toronto. De fil en aiguille elle va être amenée à s’intéresser aux grandes figures mythiques de l’Amérique du Nord, notamment Brownie Wise, qui a popularisé la marque Tupperware dans les années 50 en lançant les fameuses réunions chez les ménagères.

Ce roman a deux particularités, d’abord il a reçu le Prix du livre romantique 2014, ensuite c’est le premier livre français édité par les éditions Charleston.  J’ai beaucoup aimé l’alternance entre la vie d’Amelia Earhart au début des années 90 et celle de Brownie Wise dans les années 50. A priori ces deux femmes sont très différentes mais on finit par leur trouver des points communs, leur singularité et leur désir d’indépendance notamment. Je n’avais jamais entendu parler de Brownie Wise auparavant, et j’ai mis un peu de temps à comprendre qu’il ne s’agissait pas d’un personnage de fiction. J’ai été vraiment fascinée par le destin de cette femme, par sa volonté de sortir de sa condition, par son énergie, mais aussi par sa chute brutale. A travers Brownie on découvre aussi la difficulté des femmes à s’imposer sur le marché du travail à cette époque et les prémices du féminisme, de manière assez paradoxale puisque la marque Tupperware est plutôt attachée à l’image de la femme au foyer. J’ai aussi beaucoup apprécié la plume de l’auteur, légère et drôle, ce premier roman est vraiment  une excellente surprise!

A lire aussi l’avis des autres lectrices Charleston et l’interview de l’auteur
Vous pouvez aussi feuilleter les premières pages sur Amazon

Editions Charleston mai 2014, 288 pages –Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments on “[Roman] Une héroïne américaine – Bénédicte Jourgeaud”

    • Il est dommage que l’on ne puisse répondre à la critique que vous nous donnez de certains ouvrages lorsque vous ne les aimez pas, cela donnerait plus d’intérêts à consulter votre site ( cfr. le livre du Dr Alexander sur son expérience de la mort). Votre point de vue est intéressant mais assez arrêté … Si vous me permettez. Une tribune d’échange d’idées serait beaucoup plus vivant ( c’est le cas de le dire…) pour votre site mais aussi pour nous, internautes.

      Sympathiquement
      Thibaud Paligot.
      Thibaudpaligot@yahoo.fr

      • Merci de ne pas employer le pluriel, sur l’ensemble du blog ce n’est le cas que sur une seule critique. En ce qui concerne le livre du Dr Alexander chacun pouvait à l’origine donner son avis, et j’aurais été ravie (à l’époque) d’en discuter, mais la plupart des commentateurs se contentaient de m’expliquer à quel point ils étaient plus intelligents que moi. Quand j’en ai eu un peu marre de me faire insulter j’ai fermé les commentaires (et je le répète, ça n’est arrivé qu’une seule fois en 8 ans de blog). Voilà juste pour l’explication du pourquoi du comment 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *