l'inaperçuL’inaperçu de Sylvie Germain
Ce roman évoque le rôle du lien familial dans la construction de soi. Sabine Bernyx veille sur ses quatre enfants depuis l’accident qui a tué son mari et handicapé leur fille cadette, Marie. Elle reprend l’affaire familiale après avoir engagé Pierre, un inconnu rencontré le soir de Noël, qui devient durant 9 ans le soutien inattendu de la famille, jusqu’à sa disparition soudaine, après une soirée de fête qui tourne au cauchemar et à l’humiliation. Après cette disparition silencieuse, chacun retourne à ses tourments intérieurs. (Le livre de poche)

Lu par Amanda, Papillon, Cathulu, Sylire, Mango

la haut vers le nordLà-haut vers le nord de Joseph Boyden
13 nouvelles qui mettent en scène, dans la région de la baie James et du nord de l’Ontario, l’amour d’une jeune femme pour un loup, le retour d’un groupe de rock féminin, la rédemption tragique d’un sans-abri, un jeune homme se prenant pour un ours, un gamin de dix ans passionné de catch qui vole au secours de son héros, un vieil homme expliquant comment tenir la mort à distance, etc. Des histoires singulières au parfum de légende, mélange fascinant d’émotion, de colère et de grâce, de violence et de poésie, qui dessinent les pleins et les déliés d’une communauté humaine. (Le livre de poche)

Lu par Incoldblog

les ames vagabondesLes âmes vagabondes de Stephenie Meyer
La Terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Melanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra-t-il la sauver ? (Le livre de poche)

Lu par Sandrine, Clarabel, Cuné, Dorothy, Big Luna, Stephie, Lael, Ori, Pimprenelle, Pisi, Cachou

boomerangBoomerang de Tatiana de Rosnay
Sa sœur était sur le point de lui révéler un secret… et c’est l’accident. Elle est grièvement blessée. Seul, l’angoisse au ventre, alors qu’il attend qu’elle sorte du bloc opératoire, Antoine fait le bilan de son existence : sa femme l’a quitté, ses ados lui échappent, son métier l’ennuie et son vieux père le tyrannise. Comment en est-il arrivé là ? Et surtout, quelle terrible confidence sa cadette s’apprêtait-elle à lui faire ? Entre suspense, comédie et émotion, Boomerang brosse le portrait d’un homme bouleversant, qui nous fait rire et nous serre le cœur. (Le livre de poche)

Lu par Cuné, Laure, Clarabel, Lucy, Gambadou, Anne

l'origine de la violenceL’origine de la violence de Fabrice Humbert
Lors d’un voyage scolaire en Allemagne, un jeune professeur découvre au camp de concentration de Buchenwald la photographie d’un détenu dont la ressemblance avec son propre père Adrien, le stupéfie. Rentré en France, il retrouve son père, mais le souvenir de la photographie ne le quitte plus. Il décide alors de se lancer dans une recherche qui va bouleverser sa vie. Ce détenu, nommé David Wagner, se révèle être son véritable grand-père. Peu à peu se met en place l’autre famille, la branche Wagner, la branche cachée, celle dont personne chez les Fabre n’évoque l’existence. Et c’est le destin croisé de ces deux familles, deux générations plus tôt, lorsque l’ambitieux David Wagner rencontra le riche Marcel Fabre et sa femme Virginie, qui éclate alors au grand jour, ainsi que les terribles conséquences que la liaison entre David et Virginie entraîna. Au cours de sa quête à travers la France et l’Allemagne, dans la nouvelle vie qu’il tâche d’inventer avec une Allemande qu’il vient de rencontrer, le jeune homme se rend compte qu’on ne se débarrasse pas si facilement du passé – ni du sien, ni de celui de sa famille. Lorsqu’on remonte à l’origine de la violence, c’est sa propre violence qu’on finit par rencontrer. (Le livre de poche)

Lu par Clarabel, Lily, Cathulu, Yv, Sylire, Papillon, Laure, Keisha

le premier principeLe premier principe, le deuxième principe de Serge Bramly
De 1981, l’année du mariage d’une princesse britannique, à nos jours, une fresque foisonnante racontée par un analyste de la DGSE, nostalgique des années où il était en poste à Shanghai. L’auteur excelle à décrire une histoire occulte de la France et d’un monde où la vertu des grands principes est quelque peu malmenée. Un monde où l’on croise des personnages dont les modèles originaux ressemblent à Lady Di, Pierre Bérégovoy, dont els fins tragiques et mal expliquées n’ont pas manqué de déchaîner les théoriciens du complot… Refusant cette théorie, celui-ci préfère tout expliquer selon les deux principes de la thermodynamique : – tout corps se refroidit au contact d’un corps froid. – dans un système clos, le désordre va en augmentant. Un roman ample, foisonnant, fort bien documenté, très cinématographique. (Le livre de poche)

Lu par Amanda, Antigone

haute sociétéHaute-société de Vita Sackville-West
Les difficiles amours d’Evelyn Jarrold, veuve de guerre à 40 ans, représentante de la haute société oisive du début du XXe siècle en Angleterre. Sophistiquée, exigeante, sensible et impulsive, elle tombe amoureuse de Miles Vane-Merrick, député réformiste quoiqu’ issu d’une famille de hobereaux, quinze ans plus jeune qu’elle. Malgré leur appartenance au même monde ou presque, ils prennent conscience d’être les jouets de forces sociales opposées. Qui, dans cette relation complexe, pourra rester fidèle à l’autre? Est-il seulement possible de céder à ses désirs ? (Le livre de poche)

Mère et fille, un roman d’Eliette Abecassis
Le Flore à St Germain des prés, de nos jours. Une mère et sa fille, deux versions différentes de la séduction. La mère, créée pour séduire, un Botticelli aux blondeurs vénitiennes, un astre à l’énergie fatale, à l’amour surabondant La fille, une beauté de pas tous les jours selon sa mère, rêveuse et effacée, dans le doute, le sacrifice, attendant de « naître ». Admiration, jalousie, possession, émancipation. (Le livre de poche)

le ciel sur la teteLe ciel sur la tête de Nan Aurousseau
Les jeunes détenus de l’unité 221 de la prison d’Evry se mutinent le jour du printemps pour demander deux heures de promenade et refusent de réintégrer les cellules. Les choses dégénèrent entre eux, les surveillants et les policiers. Des groupes d’intervention matent la mutinerie. Un braqueur, une graine de mafia, un étudiant et un illuminé se retrouvent en cellule isolée. (le livre de poche)

le filmLe film de Cypora Petitjean-cerf
Nouvelle professeure des écoles à Marq-en-Baroeuil, dans le Nord, Ruth Chaï-Seckl s’ennuie et déprime face à des élèves peu réceptifs. Elle sympathise avec Gisèle Farache-Sanchez, sa voisine qui travaille à la Poste. Elles décident de participer au Festival international du film documentaire de Marseille. Elles se filment mutuellement et se racontent devant la caméra. (Le livre de poche)

Lu par Calepin, Cuné, Cathulu

BlazeBlaze de Stephen King
Les dérapages de Clay Blaisdell n’étaient rien avant qu’il rencontre en prison George Rackley. Celui-ci a une idée fixe, kidnapper un gosse de riche, et vise le petit dernier de la famille Gerard. Mais George se fait descendre dans un règlement de comptes. Clay s’enfuit avec le bébé dans une tempête de neige à travers les forêts du Maine, la police aux trousses. Mais George est-il vraiment mort ? (Le livre de poche)

Lu par Sébastien.

le soldat et le gramophoneLe soldat et le gramophone de Sasa Stanisic
Aleksandar vit près de Visegrad, dans l’ex-Yougoslavie, lorsque son grand-père, dont les récits légendaires l’ont enchanté, meurt. Il fait le serment de transformer la réalité en histoires… Mais la guerre est proche. Viendra le temps de l’exil et d’une intégration difficile dans l’Allemagne des années 1990, obsédée par le productivisme et le coût de la réunification. Aleksandar raconte tout: la guerre, les meurtres, les viols, l’exil en Allemagne avant le retour au pays, à la recherche de ses amis, et surtout d’Asija son premier amour. Ce premier roman qui restitue la magie de l’enfance, le pouvoir de survivre par l’imaginaire, le rêve, le souvenir, les projets face aux réalités les plus terribles, révèle aussi un grand écrivain. (Le livre de poche)

Lu par Kathel, Papillon, Audrey, Sylire, Choco, Pascal.

scarpettaScarpetta de Patricia Cornwell
Oscar Bane exige son admission dans le service psychiatrique de l’hôpital Bellevue : il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d’un meurtre, qu’il nie avoir commis. Il ne se laissera examiner que par le médecin légiste expert Kay Scarpetta. Celle-ci se rend à New York et commence à enquêter mais le tueur anticipe… (Le livre de poche)

si je resteSi je reste de Gayle Forman
Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis…Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans. Si je reste est une merveilleuse histoire d’amour, mais aussi un livre qui nous fait réfléchir à l’essentiel, à la place de l’amour et du bonheur, à tous ces liens avec nos proches auxquels on s’habitue et qui sont pourtant le vrai trésor de nos vies. (Pocket)

Lu par Deliregirl, Mango, Rory, Gero, Clarabel, Stephie, Maribel, Choupynette.

maudit karmaMaudit Karma de David Safier
Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l’au-delà, elle apprend qu’elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d’insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l’échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long. Kim devra surmonter bien des obstacles… et, au passage, revoir la plupart de ses conceptions sur l’existence ! Tour à tour incisif, léger et émouvant, Maudit Karma est un roman jubilatoire. (Pocket)

Lu par Miss Alfie, Amanda, Clarabel

fraise et chocolatFraise et chocolat d’Aurélia Aurita
Récit hautement érotique, Fraise et Chocolat retrace les premières semaines d’une passion amoureuse à travers le regard d’une jeune dessinatrice de 25 ans. Observatrice attentive de ses propres élans, de ses désirs mais aussi de ses doutes, Aurélia Aurita parle d’amour et de sexe avec fraîcheur et franchise. Sa vision ludique et joyeuse, mélange de crudité et de tendresse, est actuellement sans équivalent dans le paysage de la bande dessinée occidentale. (Pocket)

Lu par A girl from earth, Laure, Virginie, Esmeraldae, Cryssilda

l'extraordinaire histoire de fatima monsourL’extraordinaire histoire de Fatima Monsour de Joanne DRYANSKY
La chance ne sourit pas à Fatima. Dans son île de Djerba, elle est la femme la plus mal lotie : son mari l’a répudiée par correspondance et laissée sans enfants. Quand meurt sa sœur, qui travaillait chez la comtesse Merveil du Roc, elle quitte son village natal pour prendre sa place. Les cieux seront-ils plus cléments à Paris, dans ce XVIe arrondissement où l’on croise Hadley Hadley III, truculent écrivain en herbe, les Denis-Rabotin, famille Figaro par excellence, Hippolyte Suget, petit rat de l’Opéra devenu cambrioleur, Victorine, chaleureuse domestique sénégalaise ? Les tribulations de Fatima se mêlent à celles de cette clique haute en couleur. Pour son plus grand bonheur, et le nôtre. (Pocket)

Mon billet, lu aussi par Cuné, Sylire, Latite06, Lucy.

La vie en sourdine de David Lodge
Desmond a des problèmes d’ouïe. Et d’ennui. Professeur de linguistique fraîchement retraité, il consacre son ordinaire à la lecture du Guardian, aux activités culturo-mondaines de son épouse, dont la boutique de décoration est devenue la coqueluche de la ville, et à son père de plus en plus isolé là-bas dans son petit pavillon londonien. Lors d’un vernissage, alors que Desmond ne comprend pas un traître mot de ce qu’on lui dit et répond au petit bonheur la chance, une étudiante venue d’outre-Atlantique lance sur lui ce qui ressemble très vite à une OPA. Pourquoi Desmond ne l’aiderait-il pas à rédiger sa thèse ? Le professeur hésite. Pendant ce temps son père, martial, continue à vouloir vivre à sa guise et son épouse à programmer d’étonnants loisirs… Comique, tragique, merveilleusement autobiographique, le nouveau roman de David Lodge s’inscrit dans le droit fil de Thérapie. (Rivages)

Lu par Calepin, Clochette, Cuné, Keisha, Kathel, Stephie, Laure

le tigre blancLe tigre blanc d’Aravind Adiga
Le tigre blanc, c’est Balram Halwai, ainsi remarqué par l’un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel. Dans son Bihar natal miséreux, corrompu et violent, Balram est pourtant obligé d’interrompre ses études afin de travailler, comme son frère, dans le tea-shop du village. Mais il rêve surtout de quitter à jamais les rives noirâtres d’un Gange qui charrie les désespoirs de centaines de générations. La chance lui sourit enfin à Delhi où il est embauché comme chauffeur. Et tout en conduisant en driver zélé, au volant de sa Honda City, M. Ashok et Pinky Madam, Balram Halwai est ébloui par les feux brillants de l’Inde récente des nouveaux entrepreneurs. L’autre Inde, celle des trente-six millions et quatre dieux, celle des castes, des cafards, des taudis, des embouteillages monstres, des affamés, des éclopés et des laissés-pour-compte de la Shining India du XXIe siècle, finit par avoir raison de son honnêteté. Car, de serviteur fidèle, Balram bascule dans le vol, le meurtre et pour finir… dans l’Entreprise… Roman obsédant écrit au scalpel et à même la chair du sous-continent, Le Tigre blanc, conte moderne, irrévérencieux, amoral mais profondément attachant de deux Indes, est l’œuvre du plus doué des jeunes auteurs indiens. (10/18)

Lu par Amanda, Ajia, Alienor, Gambadou, Kathel, Papillon, Lily, Jules, Choco, Doriane, Saxaoul, Fashion.

la solitude des nombres premiersLa solitude des nombres premiers de Paolo Giordano
Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Maffia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l’adolescence à l’âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s’effleurer et de s’éloigner dans l’effort d’effacer les obstacles qui les séparent. Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter. (Points)

Lu par Sylvie, Cuné, Aifelle, Calepin, Bab’s, Dédale (Biblioblog), Anne, Keisha, Pimprenelle, Moka, Stephie, Neph, InColdBlog, Lily, Sylire & beaucoup d’autres…!

les naufragés de l'ile tromelinLes naufragés de l’île Tromelin d’Irène Frain
Un minuscule bloc perdu dans l’océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C’est là qu’échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L’Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d’esclaves. Les Blancs de l’équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l’eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s’enfuir. Faute de place, on n’embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s’est-il passé sur l’île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l’abolition de l’esclavage. (j’ai lu)

Mon billet. Retrouvez tous les autres liens sur Blog-o-book.

elegie pour un américainElégie pour un Américain de Siri Hustvedt
De retour à New York après l’enterrement de leur père, dans le Minnesota, Erik Davidsen, psychiatre divorcé, et sa sœur, Inga, veuve dévastée et récente d’un écrivain célèbre, découvrent la lettre qu’une femme a jadis adressée au disparu et par laquelle ils apprennent que leur père aurait naguère été impliqué dans une mort mystérieuse. Dès lors, dans une Amérique toujours traumatisée par les événements du 11 Septembre survenus quatre ans plus tôt, tous les personnages qui gravitent autour de la famille Davidsen vont, de proche en proche, être amenés à se confronter à la part la plus opaque de leur être. Conjuguant la mémoire de l’immigration et le thème du secret de famille, et affrontant, entre ombre et lumière, les ambiguïtés de toute transmission, et la difficulté pour tout individu de réinventer sa vie, Siri Hustvedt écrit ici le roman compassionnel de l’inconscient d’une Amérique déchirée entre l’apparente infaillibilité de ses mythologies fondatrices et la profondeur des désarrois qui l’habitent aujourd’hui. (Babel)

Lu par Papillon, Clochette, Cachou, Jules

Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal
 » Les petits cons de la corniche. La bande. On ne sait les nommer autrement. Leur corps est incisif, leur âge dilaté entre treize et dix-sept, et c’est un seul et même âge, celui de la conquête : on détourne la joue du baiser maternel, on crache dans la soupe, on déserte la maison.  » Le temps d’un été, quelques adolescents désœuvrés défient les lois de la gravitation en plongeant le long de la corniche Kennedy. Derrière ses jumelles, un commissaire, chargé de la surveillance de cette zone du littoral, les observe. Entre tolérance zéro et goût de l’interdit, les choses vont s’envenimer… Apre et sensuelle, la magie de ce roman ne tient qu’à un fil, le fil d’une écriture sans temps morts, cristallisant tous les vertiges. (Folio)

Lu par Clarabel, Flora, Florinette, Yv, Cafebook, Sylire

Zulu de Caryl Férey
Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l’Inkatha, en guerre contre l’ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu’elles lui ont fait… Aujourd’hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l’Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d’Afrique, bat tous les records. Les choses s’enveniment lorsqu’on retrouve la fille d’un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l’agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds… Si l’apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l’ombre de la réconciliation nationale…(Folio policier)

Lu par Typhania, Enna, Mika, Maeve, A propos de livres, Amanda, Papillon, Alain, Antigone, InColdBlog

la pluie avant qu'elle tombe

La pluie avant qu’elle tombe de Jonathan Coe
Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S’appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd’hui, l’histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l’enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d’inscrire l’intime dans l’Histoire, l’obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s’il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti. (Folio)

Lu par Marie, Cachou, Lily, Bellesahi, Keisha, Kathel, Le Bookomaton, Cathulu

un donUn don de Toni Morrison

« Situé deux cents ans avant Beloved, Un don évoque, dans la même prose lyrique et verdoyante qui caractérisait son précédent roman, le monde beau, sauvage et encore anarchique qu’était l’Amérique du XVII’ siècle. Toni Morrison a redécouvert une voix pressante et poétique qui lui permet d’aller et venir avec autant de rapidité que d’aise entre les mondes de l’histoire et du mythe, entre l’ordinaire de la vie quotidienne et le royaume de la fable… Un don, le récit déchirant de la perte d’une innocence et de rêves brisés, est dès à présent à ranger, au côté de Beloved, parmi les écrits les plus obsédants de Toni Morrison à ce jour.  » (Michiko Kakutani, The New York Times) « La force épique avec laquelle Toni Morrison rend compte de l’espace et du temps surpasse encore le talent avec lequel elle décrit ses personnages. Elle excelle à trouver une forme de poésie dans ce monde colonial brutal et décousu, amenant son oeuvre au-delà de la simple dénonciation des infamies de l’esclavage et des difficultés d’être afro-américain. » (John Updike, The New Yorker) (10/18)

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 comments on “Sorties Poches Avril 2010”

  1. J’ai déjà acheté « Le soldat et le gramophone », il me reste à me procurer :
    « La pluie avant qu’elle tombe »
    « Un don »
    Et surtout « L’origine de la violence ». Même si la couverture ne m’attire pas des masses.

  2. Moi aussi j’ai lu Le premier principe… pour le prix Elle et c’est en lisant ton billet que je m’en suis souvenu car j’avais totalement oublié ce roman. Quant à Zulu, il me reste en mémoire une scène affreuse d’oreille sur un barbecue!

  3. Le livre d’Irène Frain sort en poche… en voilà une nouvelle qu’elle est bonne! Merci pour cette information! J’avais repéré le livre à sa sortie, mais n’étais guère tenté d’en payer le plein prix, malgré un certain intérêt. A suivre…

  4. Whaou ! Le dernier Jonathan Coe enfin en poche !! Je vais me jeter dessus ! Merci pour l’info :).
    Et Elegie pour un Américain me tente beaucoup, j’aime bien ce que fait la femme de Paul Auster au nom si compliqué !
    Enfin, Zulu en poche ? Déjà !

  5. Bonjour,

    J’ai également lu « Boomerang », de Tatiana de Rosnay, ainsi que « Moka » et « Elle s’appelait Sarah ».
    C’est un très bon livre (j’aime beaucoup le personnage de Margot, la fille d’Antoine), mais mon préféré de De Rosnay reste « Elle s’appelait Sarah ». Quel magnifique roman!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *