Mille excuses aux abonnés de la newsletter/du flux RSS, hier j’ai été victime d’un
gros bug d’over-blog qui me bouffait mon article dès que je tentais de le mettre en ligne, seul le titre passait. Vous avez donc reçu plusieurs fois des liens vers des pages blanches, désolée
pour ces petits désagréments…


Je vous disais donc que le festival de Cannes, 60ème du nom, s’est achevé dimanche soir. Au cours de cette quinzaine, j’ai noté pas mal d’adaptations de romans, pas moins de 7 sur 21 films en
compétition:

No Country for Old Men de Joel et Ethan Coen, adaptation du roman de Cormac Mc Carthy dont la version française
Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme
est sorti en janvier dernier aux éditions de l’Olivier. J’aime beaucoup les frères Cohen, et même si je n’ai pas
encore vu ce film, je regrette qu’ils soient repartis bredouilles.

Persepolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, film d’animation et adaptation
de la célèbre série de BD
de Marjane Satrapi, a obtenu le Prix du Jury.

Evidemment on a beaucoup parlé de l’adaptation
du témoignage de Dominique Bauby

src= »http://www.assoc-amazon.fr/e/ir?t=carnetdelectu-21&l=ur2&o=8″>
, Le scaphandre et le papillon par Julien Schnabel, qui est reparti avec le Prix de la mise en scène.

A noter aussi que L’homme de Londres de Bela Tarr est l’adaptation
d’un titre de Simenon
et qu’ Une vieille
maîtresse
de Catherine Breillat est l’adaptation
d’un classique
de Jules Barbey d’Aurevilly.

Enfin, Paranoid Park de Gus Van Sant est l’adaptation
d’un livre de Blake Nelson
, qui ne semble pas être encore traduit en français, et Le bannissement de Andrey Zvyagintsev est l’adaptation d’une nouvelle de William Saroyan, « Matière à rire » (la version
française ne semble plus disponible)

Pour retrouver le palmarès complet de cette édition 2007 (ainsi qu’un rappel des films en compétition) cliquez ici


Un petit extrait de Persepolis (sortie en salles le 27 juin prochain)

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 comments on “Cannes 2007, les adaptations”

  1. J’adore aussi les frères Cohen. Etonnant, n’est-ce pas ? 😉
    C’est une bonne idée cet article, d’autant plus que je déplore que bien souvent (sauf adapation de best seller) on passe sous silence le fait qu’un film soit l’adaptation d’un roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *