[Roman] Pr

Dans les années 20 en Nouvelle-Angleterre, Olivia mène une vie morne dans le domaine des Pentland, avec son mari Anson qui ne s’intéresse plus à elle depuis longtemps, ses enfants, Sybil et Jack, gravement malade, et son beau-père, dont la femme devenue folle est enfermée depuis des années dans l’aile nord de la maison. Sabine, orpheline élevée par la redoutable tante Cassie, est revenue après 20 ans d’absence s’installer dans le domaine voisin qui appartient désormais à O’Hara, un irlandais que la famille Pentland n’apprécie guère. La maladie de Jack, le retour de Sabine, l’intérêt que lui porte O’Hara vont faire  prendre conscience à Olivia de la vacuité de son existence.

Avant de lire ce roman je ne savais rien de Louis Bromfield, écrivain américain né en 1896 et décédé en 1956, et qui a obtenu le Prix Pulitzer en 1926 pour ce livre.  Précoce Automne raconte la fin d’une dynastie: Si les Pentland ont encore de l’argent et l’illusion de leur grandeur, leur prestige est en fait éteint depuis longtemps. La maladie, la folie, l’absence d’un héritier mâle vaillant sont autant de balises sur le chemin de la décadence. Le salut passera t-il par les femmes? Il est intéressant de us online casino reviews garder en tête que Précoce Automne a été écrit par un homme car il est empreint d’un certain féminisme (en tous cas pour l’époque), les hommes y sont passifs et engoncés dans leurs certitudes, et tout repose sur les femmes, les plus jeunes rêvant de se débarrasser des oripeaux de cette vieille noblesse pour gagner plus de  liberté.

S’il y a beaucoup de finesse dans l’écriture, les personnages m’ont en revanche paru souvent caricaturaux. La vieille tante Cassie, méchante et aigrie, Anson, le mari si fade, O’Hara, le solide gaillard irlandais. Et la folle enfermée dans l’aile nord rappelle forcément un peu trop Jane Eyre…  Une certaine torpeur soporifique  se dégage de l’histoire et des personnages, et j’avoue que je me suis beaucoup ennuyée pendant cette lecture. Malgré toute ma bonne volonté j’avais du mal à lire plus de 20 pages d’affilée, même si de temps à autre un passage parvenait momentanément à réveiller mon intérêt (notamment quand Olivia déterre un vieux secret de famille à propos de l’indigne Savina Pentland disparue lors d’un naufrage avec son cousin). Une déception donc.

Editions Phébus, 334 pages/
Merci à Babelio (Vous trouverez sur le site d’autres critiques plus élogieuses) et aux éditions Phébus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

About Solenn