Catégorie : Romans étrangers

[New Romance] Maybe not – Colleen Hoover

P1210544

Warren vit en colocation avec Brennan, un musicien du groupe dont il est le manager, et Ridge, le frère sourd de celui-ci. Mais une jeune et jolie femme, Bridgette, va bousculer leur quotidien testostéroné en s’installant dans la chambre à côté de Warren. Et elle et lui vont même devoir partager la même salle de bains… Warren va vite être déchiré entre une irrésistible attirance pour Bridgette et l’attitude rebutante de celle-ci, froide et agressive. Warren arrivera-t-il à briser l’armure de sa belle colocataire?

Je n’ai pas l’habitude de lire de la New Romance, mais quand les éditions Hugo et cie m’ont invité à découvrir ce genre, je me suis laissée tenter par cette proposition et j’avoue que j’ai été la première surprise de me laisser vraiment embarquer dans cet univers qui n’est a-priori pas ma tasse de thé. Maybe not est en fait le spin-off d’un autre roman, Maybe Someday qui racontait l’histoire entre Ridge, le colocataire de Warren, et Sydney (que l’on croise ici aussi, dans la deuxième moitié du roman). Maybe not peut cependant tout à fait se lire indépendamment.

Bridgette est un personnage féminin atypique, au fort caractère, Warren est lui redoutablement séduisant. Entre nos deux personnages c’est vraiment l’amour vache, les assiettes et les insultes volent sans arrêt, ils se détestent, succombent, avant que la jalousie ne s’en mêle, l’ambiance est électrique, et l’auteur parvient à maintenir une tension constante du début à la fin du roman. Le climat est aussi chargée d’érotisme et de tension sexuelle (c’est un peu dans le cahier des charges du genre),  quelques scènes très hot rythment le roman et elles sont plutôt bien écrites (je trouve que ce type de scène est toujours un peu périlleux, on peut vite tomber dans le ridicule ou le cliché, mais l’auteur s’en sort très bien ici). J’ai bien aimé aussi le style: nos colocataires étant adeptes des blagues potaches, il y a pas mal d’humour et de dérision dans ce petit roman. Bref j’ai passé un moment très agréable avec cette lecture légère, émoustillante et diablement sexy, et si vous ne connaissez pas encore la New Romance, c’est à mon avis une bonne porte d’entrée pour découvrir ce genre!

Article Sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Etta et Otto (et Russell et James) – Emma Hooper

ette et ottoA 83 ans, Etta n’a jamais vu la mer. Alors un jour, sans prévenir personne, elle quitte sa province canadienne du Saskatchewan pour parcourir seule et à pied les 3232 kilomètres qui la séparent de l’océan. Elle laisse juste un petit mot à son mari Otto,  « J’essaierai de ne pas oublier de rentrer« .  Etta, qui perd un peu la tête, est accompagnée durant tout son voyage par un coyote qui lui parle et prénommé James, comme son neveu unique qu’elle n’a pas connu.  Otto  décide d’attendre patiemment le retour de sa femme, il lui écrit des lettres qu’elle ne lira pas, confectionne les recettes qu’elle lui a laissées, se lance dans d’impressionnantes sculptures en papier mâché… En revanche leur voisin Russel, qui a toujours été secrètement amoureux d’Etta, va se lancer à sa recherche.

Le grand voyage d’Etta est l’occasion de revenir sur sa vie, sa jeunesse, et sa rencontre avec Otto, sur cet amour plus qu’improbable entre une jeune fille issue d’un milieu favorisé, qui a perdu sa sœur unique, qui se destine à devenir institutrice, et un jeune homme illettré, fils de fermiers, perdu au milieu d’une fratrie de 14 enfants, auxquels on donne des numéros pour mieux s’y retrouver. C’est donc un roman d’amour et d’amitié, puisque Russel n’est jamais loin, le roman d’une génération aussi, marquée par la guerre en Europe. C’est un roman sur la vie et la mort, les drames et des joies, les occasions et les choix, sur la mémoire aussi, celle qui reste et celle qui s’en va. Etta et Otto (et Russel et James) est un livre doux et tendre, émouvant mais jamais vraiment triste, bien qu’il tourne autour de thèmes graves comme la fin de vie. Mais il y a chez notre trio d’octogénaires une part d’innocence et de folie qui rend cette lecture légère, malgré tout,  et très attachante.

Etta et Otto (et Russel et James) d’Emma Hooper
Editions Les escales, 327 pages, Octobre 2015 –Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Transatlantic – Colum McCann

transatlanticJe n’avais pas lu Colum McCann depuis son Danseur publié en 2003, dont je gardais un souvenir un peu mitigé, mais je m’étais promis que je tenterais un autre titre de cet auteur.

J’ai beaucoup hésité entre un recueil de nouvelles et un roman (j’avais aussi envie de lire Et que le monde poursuive sa course folle, élu meilleur livre de l’année en 2009 par le magazine Lire). J’ai finalement choisi Transatlantic, un roman… qui commence comme un recueil de nouvelles. La première partie comporte trois histoires distinctes, qui se déroulent à 3 époques différentes et qui ne semblent pas avoir de lien entre elles, si ce n’est de mettre en avant l’idée d’un pont entre les Etats-Unis et l’Irlande.

Il y a d’abord Alcock et Brown, deux rescapés de la Grande Guerre, qui vont tenter de traverser l’Atlantique à bord d’un biplan en 1919. Puis on suit Frederick Douglass, un ancien esclave, qui débarque en 1845 à Dublin pour y convaincre la bonne société irlandaise de l’aider dans sa lutte contre l’esclavage, mais qui va aussi découvrir l’extrême pauvreté de l’Irlande. Le dernier récit met en scène George Mitchell, ancien sénateur américain qui tente de mener le processus de paix en Irlande du Nord en 1998. Alcock et Brown, Douglass, Mitchell,  4 personnages qui ont réellement existé et qui ont marqué l’histoire du lien entre les deux pays.

Il faut donc attendre un peu pour plonger dans la partie purement fictionnelle sur les pas de Lily, jeune irlandaise partie tenter sa chance en Amérique en 1845, et que l’on retrouve 16 ans plus tard, en pleine guerre de sécession. La première d’une lignée de personnages féminins qui marchent sur ce fil invisible entre les Etats-Unis et l’Irlande, 4 générations de femmes qui verront tomber les hommes des deux côtés de l’Atlantique. Lily, Emily, Lottie, Hannah. Au fil de l’histoire on retrouve les personnages de la première partie:  c’est sous l’impulsion de Douglass que Lily a quitté Cove pour New-York, Emily et Lottie ont couvert le départ d’Alcock et Brown lors de leur traversée de l’Atlantique… La petite histoire et la grande histoire se mêlent inextricablement au fil des pages. J’ai regretté que cette 2ème partie ne soit pas plus longue, j’aurais aimé accompagner un peu plus longtemps ces personnages féminins. Mais malgré ce petit bémol Transatlantic reste un roman étonnant et riche, une saga familiale atypique, servie par une écriture flamboyante, qui brode avec délicatesse sur le thème du lien.

Transatlantic de Colum McCann, éditions 10/18, septembre 2014, 360 pages – Note/4 etoiles
Vous pouvez retrouver la biographie de McCann sur le site des éditions 10/18

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] L’héritage – Katherine Webb

l-heritage-katherine-webb1902, Caroline, jeune New-Yorkaise de bonne famille, tombe amoureuse de Corin, un éleveur de bétail qui s’est installé dans l’Ouest. Ils se marient rapidement mais les conditions difficiles de sa nouvelle vie, bien loin du confort new-yorkais, ses problèmes pour avoir un enfant, la cohabitation craintive  avec les employés indiens du ranch, et sa solitude dans ces espaces sauvages vont progressivement avoir raison de la santé mentale et physique de Caroline.

De nos jours. Les arrière-petites-filles de Caroline, Beth et Erika, reviennent s’installer dans le  manoir anglais dont elles viennent d’hériter à la mort de leur grand-mère Meredith. Mais le souvenir de leur cousin Henry, mystérieusement disparu 23 ans plus tôt lors de vacances au manoir continue de les hanter. Erika est persuadée que l’état dépressif de sa soeur date de cette époque et qu’elle cache quelque chose à propos de la disparition d’Henry.

Voilà longtemps que je voulais découvrir l’œuvre de Katherine Webb, jeune romancière anglaise devenue en quelques années une référence en matière de sagas familiales. J’ai choisi ce titre un peu par hasard (c’était le seul disponible dans ma bibliothèque), et il se trouve que L’héritage est son tout premier roman.

Le livre s’ouvre en 1905, sur une scène percutante: Caroline y abandonne un jeune enfant nu, enveloppé dans une taie d’oreiller brodée d’iris jaunes (la précision aura son importance), à proximité d’un camp de gens du voyage. Qui est cet enfant? Pourquoi l’abandonne-t-elle?  Le reste du roman s’emploie à raconter les trois années qui ont précédé cette tragédie, entre New York, le grand Ouest Américain et un vieux manoir anglais. En contrepoint il y a l’histoire de Beth et Erika, où là aussi il est question d’un enfant, disparu au cours d’une après-midi de jeux avec ses cousines. Deux lourds secrets de famille, d’un siècle à l’autre, qui se répondent et finiront par se rejoindre, Erika cherchant à savoir ce qu’est devenu l’enfant inconnu découvert sur une vieille photo de famille. L’héritage c’est à la fois le manoir, mais surtout ces secrets, ces douleurs que l’on se transmet d’une génération à l’autre, une ligne funeste qu’Erika va tenter de briser pour sauver sa soeur dépressive… J’ai bien aimé l’alternance entre les deux époques (Katherine Webb en a un peu fait son fonds de commerce puisqu’elle use du même procédé dans deux autres romans, Pressentiments et A la claire rivière). J’ai cependant préféré la partie mettant en scène Caroline, j’ai trouvé celle concernant Beth et Erika un peu paresseuse et redondante (l’auteur revient sans arrêt sur la dépression de Beth), le rythme s’en ressent. Mais on continue à tourner les pages parce qu’on meurt d’envie de savoir ce qui s’est passé… Le double dénouement sera à la fois tragique et amer. Malgré quelques réserves, si comme moi vous êtes amateur de sagas familiales, ce roman devrait vous combler!

Traduction par Sylvie Schneiter. Première édition française chez Belfond (2011). Disponible en poche chez Pocket (2013) – 523 pages. 3 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Une symphonie américaine – Alex George

unesymphonieamericaine

A Hanovre au tout début du XXe, Frederick Meisenheimer séduit Jette grâce à sa voix de baryton, mais la famille de la jeune femme ne voit pas leur relation d’un bon oeil. Alors quand Jette tombe enceinte les deux amoureux au physique atypique s’enfuient vers une vie nouvelle et embarquent pour l’Amérique, subtilisant avant de partir une médaille militaire d’une grande valeur appartenant à la famille de Jette. Une fois aux Etats-Unis le hasard les conduit à s’installer à Beatrice, une petite ville du Missouri où vit déjà une forte communauté allemande. C’est là que va naître Joseph…

 Tous les descendants de Frederick vont vivre dans l’ombre de ce grand-père venu d’allemagne, qui voulait s’intégrer à tout prix dans sa nouvelle patrie, devenir A good american (c’est le titre original de ce roman qui est à mon avis plus représentatif que le titre français). On y suit pendant plus d’un siècle la vie quotidienne de la famille Meisenheimer, dans laquelle on se transmet l’amour de la musique, mais aussi le bar acheté par Frederick, qui va s’adapter au fur et à mesure aux changements d’époques. Et puis il y a cette médaille militaire emportée d’Allemagne, dont le vol fait figure de faute originelle. Est ce à cause de cette mauvaise action que la famille sera particulièrement marquée par les drames de la vie?

Chaque génération a ses personnages forts, Joseph et ses sérénades silencieuses (parce que suite à un choc affectif le stress l’empêche de chanter), Rosa la tante hypocondriaque,  les jumeaux survoltés Teddy et Franklin (nommés ainsi en l’honneur des présidents américains), et puis James, le narrateur, qui mettra à jour un douloureux secret de famille, sur lequel se referme le livre. Une symphonie américaine est le portrait d’une famille mais c’est aussi celui d’une petite ville américaine, et les personnages qui gravitent autour de la famille Meisenheimer ne sont pas moins intéressants, Lomax, Morrie, Magnus font partie de ces personnages qui marquent un lecteur… Et puis c’est aussi l’histoire d’un pays, car à Beatrice  résonne l’écho de tout ce qui agite les Etats-Unis et le monde au cours du XXème siècle: les 2 guerres mondiales, la prohibition, le krach boursier de 1929, la ségrégation, la guerre de Corée, celle du Vietnam, l’assassinat de Kennedy… Même si à vouloir trop en dire l’auteur survole parfois un peu les choses, c’est une belle saga familiale avec laquelle j’ai vraiment passé un très bon moment.

Une symphonie américaine, novembre 2014, Belfond, 390 pages – Note/4 etoiles

Une symphonie américaine

Rendez-vous sur Hellocoton !