Catégorie : 4 étoiles – Recommandés

[Roman] Etta et Otto (et Russell et James) – Emma Hooper

ette et ottoA 83 ans, Etta n’a jamais vu la mer. Alors un jour, sans prévenir personne, elle quitte sa province canadienne du Saskatchewan pour parcourir seule et à pied les 3232 kilomètres qui la séparent de l’océan. Elle laisse juste un petit mot à son mari Otto,  « J’essaierai de ne pas oublier de rentrer« .  Etta, qui perd un peu la tête, est accompagnée durant tout son voyage par un coyote qui lui parle et prénommé James, comme son neveu unique qu’elle n’a pas connu.  Otto  décide d’attendre patiemment le retour de sa femme, il lui écrit des lettres qu’elle ne lira pas, confectionne les recettes qu’elle lui a laissées, se lance dans d’impressionnantes sculptures en papier mâché… En revanche leur voisin Russel, qui a toujours été secrètement amoureux d’Etta, va se lancer à sa recherche.

Le grand voyage d’Etta est l’occasion de revenir sur sa vie, sa jeunesse, et sa rencontre avec Otto, sur cet amour plus qu’improbable entre une jeune fille issue d’un milieu favorisé, qui a perdu sa sœur unique, qui se destine à devenir institutrice, et un jeune homme illettré, fils de fermiers, perdu au milieu d’une fratrie de 14 enfants, auxquels on donne des numéros pour mieux s’y retrouver. C’est donc un roman d’amour et d’amitié, puisque Russel n’est jamais loin, le roman d’une génération aussi, marquée par la guerre en Europe. C’est un roman sur la vie et la mort, les drames et des joies, les occasions et les choix, sur la mémoire aussi, celle qui reste et celle qui s’en va. Etta et Otto (et Russel et James) est un livre doux et tendre, émouvant mais jamais vraiment triste, bien qu’il tourne autour de thèmes graves comme la fin de vie. Mais il y a chez notre trio d’octogénaires une part d’innocence et de folie qui rend cette lecture légère, malgré tout,  et très attachante.

Etta et Otto (et Russel et James) d’Emma Hooper
Editions Les escales, 327 pages, Octobre 2015 –Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Transatlantic – Colum McCann

transatlanticJe n’avais pas lu Colum McCann depuis son Danseur publié en 2003, dont je gardais un souvenir un peu mitigé, mais je m’étais promis que je tenterais un autre titre de cet auteur.

J’ai beaucoup hésité entre un recueil de nouvelles et un roman (j’avais aussi envie de lire Et que le monde poursuive sa course folle, élu meilleur livre de l’année en 2009 par le magazine Lire). J’ai finalement choisi Transatlantic, un roman… qui commence comme un recueil de nouvelles. La première partie comporte trois histoires distinctes, qui se déroulent à 3 époques différentes et qui ne semblent pas avoir de lien entre elles, si ce n’est de mettre en avant l’idée d’un pont entre les Etats-Unis et l’Irlande.

Il y a d’abord Alcock et Brown, deux rescapés de la Grande Guerre, qui vont tenter de traverser l’Atlantique à bord d’un biplan en 1919. Puis on suit Frederick Douglass, un ancien esclave, qui débarque en 1845 à Dublin pour y convaincre la bonne société irlandaise de l’aider dans sa lutte contre l’esclavage, mais qui va aussi découvrir l’extrême pauvreté de l’Irlande. Le dernier récit met en scène George Mitchell, ancien sénateur américain qui tente de mener le processus de paix en Irlande du Nord en 1998. Alcock et Brown, Douglass, Mitchell,  4 personnages qui ont réellement existé et qui ont marqué l’histoire du lien entre les deux pays.

Il faut donc attendre un peu pour plonger dans la partie purement fictionnelle sur les pas de Lily, jeune irlandaise partie tenter sa chance en Amérique en 1845, et que l’on retrouve 16 ans plus tard, en pleine guerre de sécession. La première d’une lignée de personnages féminins qui marchent sur ce fil invisible entre les Etats-Unis et l’Irlande, 4 générations de femmes qui verront tomber les hommes des deux côtés de l’Atlantique. Lily, Emily, Lottie, Hannah. Au fil de l’histoire on retrouve les personnages de la première partie:  c’est sous l’impulsion de Douglass que Lily a quitté Cove pour New-York, Emily et Lottie ont couvert le départ d’Alcock et Brown lors de leur traversée de l’Atlantique… La petite histoire et la grande histoire se mêlent inextricablement au fil des pages. J’ai regretté que cette 2ème partie ne soit pas plus longue, j’aurais aimé accompagner un peu plus longtemps ces personnages féminins. Mais malgré ce petit bémol Transatlantic reste un roman étonnant et riche, une saga familiale atypique, servie par une écriture flamboyante, qui brode avec délicatesse sur le thème du lien.

Transatlantic de Colum McCann, éditions 10/18, septembre 2014, 360 pages – Note/4 etoiles
Vous pouvez retrouver la biographie de McCann sur le site des éditions 10/18

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Ma mère du Nord – Jean-Louis Fournier

Ma-mere-du-nordAprès avoir évoqué son père (Il n’a jamais tué personne, mon papa), ses deux fils (Où on va papa?), sa femme (Veuf) et sa fille (La servante du seigneur), Jean-Louis Fournier revient une nouvelle fois avec un récit familial, celui-ci étant consacré à sa mère.  « Elle est la seule que je n’ai pas encore eue dans mon collimateur. Pourquoi maintenant? Parce que je suis vieux. C’est toujours chez leur mère que se réfugient les gangsters après leur dernier coup. Surtout, je voulais garder le meilleur pour la fin ».

Elle n’a pas eu une vie facile, Marie-Thérèse. Restée presque toute sa vie sous la coupe d’une bonne-maman envahissante, elle est poussée dans les bras d’un médecin alcoolique, dans l’espoir fou qu’elle pourra le remettre sur le droit chemin. C’était une femme discrète, hypocondriaque – comme le sont souvent les gens en mal d’amour – et qui rechignait à exprimer ses sentiments. Mais c’était aussi une femme solide, pugnace, indépendante, malgré la forte opposition de son mari (une femme de médecin ça ne travaille pas!), qui s’occupait quasiment seule de ses 4 enfants, et qui a toujours maintenu sa famille à flot malgré les tempêtes. C’était un rocher auquel ses enfants pouvaient s’agripper.

Le livre est une succession d’instantanés, il alterne les souvenirs de l’auteur et les descriptions de photos, invite aussi parfois les petits-enfants à évoquer un souvenir marquant de leur grand-mère.  J’aime beaucoup le style brut de Jean-Louis Fournier,  sans concessions ni fioritures, cette succession de phrases très courtes, comme s’il énonçait juste des faits alors qu’il en dit tant et plus entre les mots, cette ironie grinçante sous laquelle affleurent les sentiments. Il est aussi parfois espiègle, avec ce titre à double sens (Ma mère du Nord évoque à la fois la froideur apparente de sa mère, et le fait qu’elle était originaire d’Arras) et cette métaphore filante autour de la météo marine (Chaque titre de chapitre est rédigé à la manière d’un bulletin météo, « Pour Pas-de Calais, vents variables, la mer sera belleGrand frais en cours sur Pas-de-Calais, etc…). Ma mère du Nord est un livre simple, mélancolique, un récit très personnel mais tout en pudeur. Une lettre d’amour délicate, gorgée de tendresse, et de regrets aussi, d’un fils qui n’a jamais su dire à sa mère à quel point il l’aimait.

L’avis de Laure, celui de Grégoire Delacourt.
Editions Stock (Septembre 2015), 198 pages – Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Album Jeunesse] Les cinq malfoutus – Béatrice Alemagna

les5malfoutus

C’est l’histoire de cinq malfoutus: Le premier a des trous au milieu du ventre, un autre est plié en deux, le troisième est tout mou, toujours fatigué et endormi, un autre est à l’envers, nez en bas et pieds en l’air, et enfin le dernier est vraiment raté de la tête aux pieds, une grosse boule toute bizarre.

Ils ne font rien de leur vie, parce qu’ils n’en n’ont pas envie, vivent dans une maison mal foutue elle aussi, et ils discutent souvent pour savoir lequel d’entre eux est le plus nul.

Jusqu’à ce que débarque un type extraordinaire, parfait, dégoûté par ces malfoutus qui ratent tout, n’ont aucun projet, ni aucune idée.

Chaque malfoutu va alors se rendre compte qu’il a aussi au moins une qualité: Le Troué ne se fâche jamais parce que la colère lui passe au travers, le Plié peut garder plein de souvenirs dans ses plis, Le Renversé peut voir les choses sous un autre angle, etc…

Les5malfoutus1

Les5malfoutus2

Les5malfoutus3

Les cinq malfoutus est un très bel album sur la différence et la confiance en soi, nos 5 compères se répétant sans cesse qu’ils sont nuls, nuls, nuls. Il faudra un regard extérieur pour les faire réagir et pour qu’ils s’aperçoivent que leurs défauts peuvent aussi cacher de belles qualités. Il suffit peut-être d’avoir le courage d’être soi et de s’aimer… Et puis la perfection c’est tellement ennuyeux, il n’y a qu’à voir ce Monsieur Parfait, avec son nez à la place du nez, son corps bien droit et aucun trou dans l’estomac. Nous, on préfère de loin nos cinq malfoutus! Le texte est simple (accessible dès 3/4 ans) mais fort et poétique, un régal, tout comme les illustrations en papier découpé.

Les cinq malfoutus de Béatrice Alemagna, éditions Hélium, mars 2014 – Note/4 etoiles

 

Les cinq malfoutus

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Album Jeunesse] Combien de terre faut-il à un homme? – Annelise Heurtier & Raphaël Urwiller

Combiendeterrefautilaunhomme

Dans l’ouest de la Sibérie vit un paysan, Pacôme, avec sa femme et ses 3 enfants. Mais son petit lopin de terre ne lui suffit plus, et il est persuadé qu’il serait plus heureux s’il possédait plus de terres. Alors quand le seigneur voisin décide de vendre une partie de son domaine, Pacôme rassemble ses maigres économies pour l’acheter.

Mais bientôt Pacôme est à nouveau morose, les bêtes de ses voisins viennent sur ses terres, et il se fâche avec la moitié du village. Quand un étranger lui parle des bords de la Volga, là où le sol est particulièrement fertile, Pacôme pense qu’il sera bien plus heureux là bas. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un chef nomade lui fasse une proposition particulièrement alléchante: il lui offrira toute la terre qu’il sera capable de parcourir en une nuit, à une seule condition, qu’il soit rentré avant le lever du soleil…

Combien de terre faut-il à un homme? est l’adaptation d’un conte de Tolstoï, Ce qu’il faut de terre à l’homme. Ecrite en 1886, le thème de cette nouvelle apparaît pourtant comme très actuelle, si ce n’est que  les smartphones ont remplacé les lopins de terre… Pacôme est un éternel insatisfait, incapable de se contenter de ce qu’il a, et il  ne vit plus que guidé par cette insatiable soif de posséder,  persuadé que le bonheur est au bout du « toujours plus ». Des bords de la Volga au pays des bachirs, Pacôme ne cessera de courir après ses chimères. Cela finira évidemment par causer sa perte, et la fin de l’album fait frémir… Les illustrations de Raphaël Urwiller « à la russe » sont superbes, de vrais petits tableaux réalisés autour de 3 couleurs, le jaune, l’orange et le bleu. Un très bel album pour s’interroger en famille sur nos valeurs et nos aspirations (à partir de 6 ans environ).

combiendeterrefautilunhomme 001

combiendeterrefautilunhomme 006

combiendeterrefautilunhomme 009

combiendeterrefautilunhomme 007

Combien de terre faut-il à un homme? d’Annelise Heurtier & Raphaël Urwiller, éditions Thierry Magnier, août 2014 – Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !