Étiquette : Jeunesse

[Roman Jeunesse] Bal de givre à New-York – Fabrice Colin

Depuis quelques temps j’ai la chance de participer deux fois par mois au Club des Testeurs d’Amazon, ce qui me permet, entre autres, de recevoir des livres en échange d’une critique. Au mois de janvier le nouveau roman de Fabrice Colin, « Bal de givre à New-York » a été proposé aux testeurs mais je suis arrivée trop tard, tous les exemplaires avaient été attribués et j’étais extrêmement déçue. Le mois suivant quelques exemplaires de ce livre ont de nouveau été proposés  et cette fois je n’ai pas laissé passer mon tour ! En revanche j’ai reçu des épreuves non corrigées, ce qui m’a privé d’une fort jolie couverture, mais bon,  je ne vais pas me plaindre en plus…

Fille d’un célèbre architecte, Anna Claramond vit seule à New-York avec un domestique manchot et télékinésiste, depuis la mystérieuse disparition de ses parents.  Victime d’un accident de voiture, Anna ne se souvient plus de rien ou presque, ni de ses parents, ni de cette ville étrange où tout lui semble inconnu. Le responsable de son accident est Wynter, héritier de la plus grosse fortune de la ville. Tombé sous le charme d’Anna, il l’invite à l’accompagner au Bal de givre organisé par sa famille. Mais  Anna semble être la nouvelle cible du Masque, un mystérieux personnage qui terrifie les New-Yorkais depuis de longs mois.

Ca commence comme une gentille bluette entre une petite lycéenne et un bel héritier, mais rapidement ce roman prend une tournure inattendue: on comprend vite que l’héroïne ne se trouve pas dans la ville de New York telle que nous la connaissons.  Mais où est elle? Dans le futur? Dans un monde parallèle?  L’auteur sait garder le mystère tout au long du roman,  sans pourtant que l’on s’agace de ne pas tout comprendre (il faut dire que le rythme intense ne nous laisse pas de répit!).  Anna est vraiment une jolie héroïne, très attachante, et les personnages secondaires (Le beau Wynter et sa soeur Iris, Le Masque, Jacob le domestique, la vieille clocharde) sont plus troublants les uns que les autres. J’ai vraiment beaucoup aimé l’ambiance de ce roman, cette atmosphère étrange et énigmatique, et ce décor fantastique: Fabrice Colin a imaginé un New-York grandiose, une ville magique et immaculée, avec des constructions fantasques, une ville qui se fissure peu à peu, comme l’existence d’Anna. Toutes les questions trouveront leurs réponses dans les toutes dernières pages mais cette fin, dont je ne vous révélerais rien, m’a laissée un peu mitigée. C’est dommage, mais cela n’a pas réussi à entacher mon plaisir, hormis ce dernier petit accroc, « Bal de givre à New York » est vraiment un roman très séduisant.

Editions Albin Michel (collection Wiz), 293 pages, 13,50€/

Et en Cadeau Bonux, un préquelle disponible uniquement sur la page Facebook de l’auteur

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le secret de Moonacre – Elizabeth Goudge



A la mort de son père, Maria Merryweather quitte Londres avec sa gouvernante pour s’installer au manoir de Moonacre, chez son oncle, Sir Benjamin. Ce dernier l’accueille avec beaucoup de chaleur et d’attention, et la jeune fille tombe tout de suite sous le charme de son nouvel environnement, bien qu’il s’y passe des choses très étranges. Son oncle lui même semble cacher beaucoup  de secrets: Pourquoi n’a t’elle pas le droit de s’approcher de la baie de Merryweather ou de la foret de pins? Pourquoi aucune femme n’a t’elle mis les pieds au manoir depuis plus de vingt ans? Maria va découvrir qu’une malédiction plane sur sa famille depuis de nombreuses générations.

Paru en 1946 sous le titre « The little white horse » (Le cheval d’argent), ce roman est un classique de la littérature anglo-saxonne, récemment adapté au cinéma (ce qui explique le changement de titre). C’est un livre taillé sur mesure pour les petites filles: On y trouve une chambre de princesse, de jolies robes, et des animaux fabuleux (Un  énorme chien, un chat très malin, un gentil cheval, un lièvre, une licorne…). L’ensemble ne manque pas d’un certain charme un peu démodé, les personnages sont attachants, avec une mention spéciale à Miss Heliotrope, la gouvernante qui souffre de terribles maux d’estomac, et au virevoltant cuisinier Marmaduke Scarlet. Malheureusement l’ensemble a beaucoup de défauts: un style épouvantable, surtout dans les premières pages où tout n’est que « joie », « enchantement » et « émerveillement », des descriptions interminables, une histoire un peu fade et bien trop prévisible. C’est mignon, plein de bons sentiments, mais si vous avez plus de dix ans vous risquez de vous ennuyer ferme!

Hachette 2009, 333 pages, 12,90€
L’avis de Lou, plus indulgente que moi, meme si elle regrette « quelques moments terribles de « bisounours’itude »!

Rendez-vous sur Hellocoton !