undefined

La-vierge-froide-et-autres-racontars-de-Jorn-Riel.gif

Les rendez-vous du club de lecture des bloggeuses se suivent mais ne se ressemblent pas ! Après l’Inde et ses femmes, nous voilà au Groenland, au milieu d’une petite communauté de chasseurs. Des hommes perdus au bout du monde
qui doivent survivre au quotidien, affronter le climat extrême et l’isolement. Un peu déboussolés par ces conditions de vie, ils deviennent tous un peu dingues, nourrissent des obsessions
curieuses, des amitiés étranges et des amours imaginaires.

 

Un point commun cependant avec la précédente lecture du club, ici encore il s’agit d’un livre à cheval entre le
roman et le recueil de nouvelles. Je n’ai pas été emballée par les premiers récits: un type qui court après le vent, un autre qui s’entiche d’un coq nommé Alexandre, le recueil commence avec des
histoires gentiment décalées mais pas hilarantes. Mais au fil de la lecture, les « racontars » deviennent de plus en plus savoureux et j’ai été en revanche conquise par la deuxième moitié du
livre: Les funérailles trop arrosées de Jalle, la guerre des latrines entre Lause et Siverts ou la passion des chasseurs pour Emma, la fameuse Vierge froide qui donne son titre au livre. Et le
recueil finit en apothéose sur l’incroyable histoire du Roi Oscar, un cochon qui va provoquer une querelle d’anthologie entre Harvor et le vieux Niels. Ma première rencontre avec Jorn Riel est
donc plutôt concluante : si j’ai d’abord eu un peu de mal à entrer dans son univers et que les différentes histoires m’ont parues d’une qualité inégale,  j’ai finalement beaucoup
aimé
son humour fou et grinçant et son sens de l’absurde!

Editions 10/18, 157 pages, 6€

Retrouvez tous les avis chez Sylire

La prochaine lecture du club des bloggeuses : Je, François Villon de Jean Teulé (à lire
pour le 1er mars)

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments on “La vierge froide et autres racontars – Jorn Riel”

  1. Le début est un peu long mais j’ai quand même aimé la chute de la première histoire (qui va avec la chute du vent ! mdr !). En tout cas, on ne s’ennuie pas vraiment avec Riel car on se demande toujours ce qu’il va nous raconter !

  2. je suis tout à fait d’accord avec l’avis général. Même si je n’ai pas accroché à l’ensemble du recueil, il est indéniable que Rile est un conteur de talent.

  3. Je crois que nous sommes plusieurs à avoir trouvé que les nouvelles allaient Crescendo dans la drôlerie ! Je pense aussi qu’il y a une période d’adaptation inévitable, tellement c’est loin de notre univers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *