Après la mort de son fils et de sa belle-fille, Monsieur Linh quitte son pays ravagé par la guerre. Il emmène avec lui sa petite-fille Sang Diü (« matin doux »), sa seule raison de vivre désormais. Hébergé dans un dortoir impersonnel, il découvre un nouveau pays où tout lui est inconnu, froid, sans odeur ni saveur. Un jour pourtant, il rencontre Monsieur Brac, un homme bavard et chaleureux qui vient de perdre sa femme. Au-delà de la barrière de la langue, les deux hommes vont unir leurs solitudes.

Ce roman commence de manière déconcertante, comme un gentil conte un brin désuet et simpliste. L’écriture est sobre à l’extrême, et l’on suit les petits pas de Monsieur Linh avec compassion et tendresse, mais sans passion, en se demandant où nous mène ce charmant vieux monsieur. Et puis brusquement, une révélation inattendue apporte une profondeur vertigineuse au personnage. Les thèmes de la solitude, de l’amour ou du deuil  prennent une nouvelle dimension et l’on saisit alors toute la force de ce portrait fragile et délicat.

Stock 2005, 159 pages, 15.50€

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 comments on “La petite fille de Monsieur Linh – Philippe Claudel”

  1. Bonsoir, je suis Mona, j’ai rencontre Philippe CLAUDEL au Liban,il est venu a l’universite libanaise « Colloque » je veux d ire qu’il est superbeeeeeee magnifique beauuuu vraiment comme ses romans, je t’aimeeeeeeeeeeeeeeeeee Philippe mwaaaaa

  2. En effet, le livre est  « gentil », simple au début, puis il y a cette rencontre entre ces deux hommes – rencontre émouvante, je trouve – et jusqu’à cette révélation qui fait basculer le roman, qui lui donne plus de profondeur, c’est déroutant. tu as tout à fait raison !

    C’est triste, mais beau finalement.

  3. Ca donne envie de découvrir ce roman, il y a toujours un mystère qui se dégage des avis à son égard…
    Bonne lecture de « La Salamandre », livre que j’ai beaucoup aimé!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *