La quarantaine active, la vie de Lydie Violet tourne autour de ses deux enfants, de son boulot dans une maison d’édition, de son mariage qui bat de l’aile. Mais après une violente crise d’épilepsie, on lui découvre une tumeur au cerveau. Avec l’aide de l’écrivain Marie Desplechin, elle évoque les souffrances et les doutes, les questions inéluctables sur la mort, mais aussi la vie qui continue, l’intensité que revêt désormais chaque instant, chaque victoire, chaque bonheur.

Malgré la gravité du sujet, il y a de la fraîcheur dans ce témoignage débarrassé des politesses hypocrites, des oripeaux sociaux. Lydie Violet et Marie Desplechin ont choisi le parti de la franchise, et racontent les médecins déshumanisés, l’administration sans âme, les amis maladroits ou absents, les regards gênés, les encouragements vides de sens. Qu’importe quand on n’a plus le temps de ménager ceux qui ne le méritent pas, quand on n’a plus le temps des faux semblants. La plume bien vivante, les paragraphes courts et incisifs, l’humour et la dérision donnent une légèreté inattendue à cette très belle leçon de vie et d’espoir.

Editions du Seuil 2005, 127 pages, 12€
Sélection Document du Grand Prix des lectrices de Elle 2006

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 comments on “La vie sauve – Lydie Violet et Marie Desplechin”

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre, un témoignage bouleversant démontrant bien la réalité et le combat qu’une personne malade doit mener pour survivre et se faire accepter des autres. La maladie et la douleur morale effraient souvent les personnes.

  2. Bonjour Cécile,

    Pour contacter Lydie Violet et Marie Desplechin, le mieux est sans doute de passer par leur maison d’édition (Le Seuil).

    Voilà les coordonnées:
    Editions du Seuil
    27 rue Jacob
    75006 Paris
    Tel: 01.40.46.50.50

  3. bonjour, j’ai lu la vie sauve l’an dernier.J’ai beaucoup aimé ce livre. Je l’ai déjà prété à plusieurs personnes concernées ou non par le cancer. j’aimerais entrer en relation avec les auteurs.Pouvez vous m’aidez ?

    merci Amitiés Cecile Petit-Desprez, Présidente de l’Association Vie et Cancer à Besancon où un groupe de parole existe pour les malades.

  4. vous avez vu, ce livre a obtenu le prix Médicis de l’essai ?
    preuve (mais qui n’était pas nécessaire, disons qu’elle vient comme un luxe) que votre appréciation était totalement justifiée.

  5. Je comprends bien, je connais quelques personnes que le sujet abordé avait rebuté.
    En même temps, par exemple si j’étais libraire, je noterai je crois en « coup de coeur » les livres qui me restent, ceux dont la lecture m’a changé ou aidé la vie ; celui-là personnellement je l’y aurais bien mis 🙂 !
    merci d’avoir pris le temps de répondre à ma question.

  6. Vaste question Gilda 😉

    J’ai effectivement eu quelques hésitations sur cette « note ». Compte-tenu du sujet du livre et du fait qu’il s’agisse d’un témoignage, ça me gênait un peu de le mettre en « coup de coeur », ça me paraissait un peu décalé, incongru.

    Sans doute parce qu’il y a une vraie notion de plaisir quand je mets un livre en coup de coeur, ça me paraissait incompatible avec le sujet traité.

    Voilà, je ne sais pas si je suis très claire, ce système de notes reste très instinctif 😉

  7. de la part d’une passante arrivée là à cause de ce livre :
    si ce n’est pas trop indiscret, peut-on savoir pourquoi pas « coup de coeur » et «  »seulement » » « très bon » ?
    Je suis curieuse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *