Mes petites morts0001

3 etoiles

Pour fuir Paris et une relation trop fusionnelle avec sa sœur enceinte, Anna part s’installer en Irlande, à Cork, « une ville de brouillards ». Elle y rencontre Marek, un jeune Tchèque gravement malade, mais malgré les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, Marek choisit de garder ses distances avec la jeune femme et de lui cacher sa maladie. Anna se console alors dans les bras d’un jeune allemand, Otto, fou amoureux d’elle. Sur l’air de « Je t’aime moi non plus », elle construit avec ces deux hommes une double relation fragile, entre non-dits, mensonges, illusions et frustrations…

L’histoire est assez convenue, une énième variation sur le thème du triangle amoureux (au cours du roman Elsa Fottorino évoque d’ailleurs elle même le film « Jules et Jim » de François Truffaut), mais les personnages sonnent juste: j’ai aimé l’indécision d’Anna, l’exaltation d’Otto, et la touchante maladresse de Marek qui ment à la jeune femme, qui la fuit pour mieux la protéger (ou pour se protéger lui même?). Dommage en revanche que l’écriture, trop travaillée, trop rigide, ressemble un peu à une démonstration formelle. « Mes petites morts » n’est pas un livre déplaisant, mais j’aurais aimé  plus d’audace dans le sujet et de simplicité dans le style.

***

Pour l’anecdote, Elsa Fottorino n’est autre que la fille d’Eric Fottorino, écrivain lui même et directeur du journal Le Monde.  Et quand j’ai cherché quelques infos sur ce livre avant ma lecture,  le premier article sur lequel je suis tombée était celui… du Monde. (dithyrambique bien sûr!).

Flammarion 2010, 147 pages, 13€
Lu dans le cadre du club des lectrices de Femme Actuelle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments on “Mes petites morts – Elsa Fottorino”

  1. lecture agréable pour ce premier roman qui restitue l’atmosphère de deux villes diffférentes par leur charme particulier.
    Description juste des sentiments tourmentés d’une jeune femme en quête d’abolu mais bien dans notre société qui permet et offre tout sans faciliter le choix.J’espère qu »avec la marurité l’auteure ira au delà de l’intolérable dans une Vie épanouie et apaisée.

  2. @L’Ogresse: Un joli roman, mais pas indispensable, donc si le résumé ne te tente pas tu as bien raison de ne pas t’y attarder 😉

    @La plume et la page: C’est son 1er roman, elle est toute jeune (23 ans je crois). L’héroïne se rend deux fois à Prague au cours du roman, donc si tu t’intéresses de près à la République Tchèque, certains passages te plairont surement.

    @Sylire
    : Je n’ai lu qu’un seul livre du papa, « Caresse de rouge » et je n’avais pas particulièrement aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *