3 etoiles

Venue rendre visite à sa famille et à ses amis avec sa fille en Iran, Nahal Tajadod doit aussi faire renouveler son passeport avant de rejoindre son mari (Jean-Claude Carrière, qui signe d’ailleurs le dessin de la couverture) resté en France. Mais face  à la lenteur de l’administration iranienne, elle  accepte l’aide de deux photographes  du quartier qui connaissent un médecin qui connaît un officier qui connaît… Commence alors pour Nahal une quête absurde et une succession de rencontres à travers Téhéran pour obtenir le fameux sésame qui lui permettra de rentrer en France.

La chasse au passeport n’est finalement ici qu’un prétexte pour découvrir Téhéran, et dresser les portraits de personnages plus pittoresques les uns que les autres, notamment un médecin légiste qui ressemble à un chanteur pop, et qui manie à merveille l’art du pot-de-vin et du trafic d’organes… A travers le quotidien de ces personnages, Nahal Tajadod confronte les deux visages de l’Iran: Celui de la République Islamique, où la religion est loi, et où la moindre fantaisie (un trait de maquillage, un regard ou une poignée de main entre un homme et une femme)  peut vous valoir coups de fouet et prison. Mais Nahal Tajadod décrit aussi un Iran fier et chaleureux, un pays généreux où règne le partage et la solidarité. La coutume du tarof qui consiste à toujours refuser d’emblée l’aide ou l’argent que l’on vous propose par politesse (y compris pour les commerçants) provoque des situations assez drôles! « Passeport à l’iranienne » est un livre qui donne à voir toute la complexité du paysage iranien, dans lequel Nahal Tajadod transmet la tendresse qu’elle éprouve pour son pays d’origine et pour ses habitants, sans pour autant occulter la difficulté de vivre aujourd’hui en Iran… Un joli voyage.

Le livre de poche 2009, 314 pages, 6,50€ (1ère édition Jean-Claude Lattès 2007)

Les avis de Keisha, A girl from earth.
Merci au Livre de poche!

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 comments on “Passeport”

  1. @Sylire: Nous sommes d’accord 😉

    @Gio: Le sujet ne me tentait pas plus que ça non plus, je ne pense pas que je l’aurais lu d’ailleurs si le livre de poche ne m’avait pas proposé de me l’envoyer, mais finalement je ne regrette pas de l’avoir lu…

  2. @Tiphanie: Oui le ton est plutôt enjoué, même si l’auteur sait se faire plus sérieuse sur certains sujets (comme la privation des libertés individuelles ou la condition des femmes).

    @Keisha: on est souvent sur la même longueur d’ondes 😉 Par contre je ne suis jamais allée en Iran, donc je me demandais si le sujet m’intéresserait autant que toi… Et en fin de compte oui j’ai aimé!

    @Caya & @Kathel: Oui très sympa, j’y ai appris beaucoup de choses sur l’Iran en tous cas, de façon plutôt amusante 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *