(Encore un livre lu en avant-première pour le club des testeurs d’Amazon, il sera disponible en librairie demain, le 6 avril)

Lenah Baudonte a été la plus belle et la plus cruelle des vampires pendant plus de 500 ans, régnant sans partage sur un cercle de vampires redoutables et sanguinaires. Mais elle n’avait qu’un rêve, redevenir humaine. Et c’est son amour de toujours, Rhode, celui-là même qui l’avait transformé en vampire au XVème siècle, qui va se sacrifier pour elle grâce à un mystérieux rituel, et lui permettre d’accéder à son plus grand désir. Après une longue hibernation de 100 ans, la voilà donc à nouveau dans la peau d’une adolescente de 16 ans, suivant des cours sur un campus américain et tombant amoureuse d’un jeune humain, Justin. Mais Lenah doit se cacher, car le cercle de vampires qu’elle a créé est à sa recherche…

J’ai bien aimé l’idée de prendre le schéma traditionnel de la bit-lit à contre-pied : Là où d’habitude une jeune humaine découvre un monde peuplé de créatures différentes,  ici c’est une vampire qui redécouvre l’univers des humains. Les sentiments, les sensations, les relations humaines, l’amour, le goût des aliments, la caresse du soleil sur sa peau, Lenah doit tout réapprendre, et renoncer à ses pouvoirs de vampire.  Après avoir été enterrée pendant une centaine d’années, elle doit aussi s’adapter à la vie du XXIème siècle, s’habituer aux voitures, aux ordinateurs, aux CD alors qu’elle ne connaissait que l’opéra (je trouve d’ailleurs que l’auteur aurait du plus s’amuser avec ce décalage). Les nombreux flashbacks permettent aussi de découvrir l’ancienne facette de Lenah, jeune paysanne du XVème siècle devenue une vampire puissante et maléfique.

Seul vrai bémol, la romance entre Lenah et le jeune Justin, franchement ennuyeuse. Heureusement que la demoiselle a bien d’autres hommes dans sa vie, j’ai largement préféré son histoire au long cours avec Rhode, son amitié avec Tony, et sa relation ambiguë avec Vicken. C’est un roman qui n’échappe pas aux clichés, et hormis le postulat de base, il reprend la plupart des codes de la bit-lit  sans grosses surprises, mais j’ai lu ce premier tome avec beaucoup de plaisir. La sortie du 2ème tome en VO, « Stolen Nights » est prévue pour le mois de juin, et je pense que je n’aurais pas la patience d’attendre la sortie en VF !

Humaine de Rebecca Maizel, éditions Albin Michel (collection Wiz), 454 pages, 16€. Titre original : Infinite Days (traduction Valérie Le Plouhinec) /

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 comments on “Humaine de Rebecca Maizel (roman jeunesse)”

  1. J’ai eu beaucoup de mal à atteindre la dernière page car je n’ai pas trouvé l’ensemble crédible. L’histoire d’amour n’est pas assez développé ou alors c’est le personnage de Justin qui est trop vide. Je ne sais pas trop où était le problème, mais ça n’a pas du tout collé entre moi et Lenah.
    Je me demande bien ce qu’il peut y avoir dans une suite. Juste les aventures de Vicken ?

  2. Ah et bien voilà, j’attendais de lire un avis pour me faire une idée avant de sauter dessus. Je crois que je vais donc quand même sauter dessus ^^

    Merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *