Catégorie : Lectures – Classement par Genre

Odette Froyard en trois façons d’Isabelle Monnin : une enquête familiale

Odette Froyard en trois façons - Isabelle Monnin

“Il n’y a de femme invisible que pour ceux qui regardent mal”. 

Près de 30 ans après sa mort, Isabelle Monnin entreprend de dresser le portrait de sa grand-mère. Quelle empreinte a donc laissé cette femme discrète, qui ne parlait jamais d’elle-même et préférait se consacrer au bien-être des autres ? Les souvenirs d’enfance ne vont finalement laisser qu’un grand sentiment de frustration à l’autrice : certes Odette était aimée, mais encore ? Qui était-elle vraiment, en dehors de son statut d’épouse et de mère ? Isabelle Monnin s’engage alors dans une véritable enquête familiale et généalogique

Y-a-t’il toujours de l’extraordinaire dans l’ordinaire ? Isabelle Monnin en est persuadée. Alors elle fouille inlassablement dans la vie d’Odette, interroge ceux qui restent, met à jour des secrets de famille. Et pour que l’on n’oublie pas Odette, elle s’arrange parfois un peu avec la réalité, se servant de son talent de romancière dans la dernière partie pour combler les fissures qui restent malgré son minutieux travail de recherche. Odette Froyard en trois façons est un livre cousu à petits points délicats, dans lequel l’autrice invoque aussi les autres fantômes de sa vie, son fils et sa sœur, pour l’accompagner sur le chemin de la mémoire. J’ai beaucoup aimé ce roman très émouvant, qui m’a parfois fait penser (de par l’enquête familiale, la période de la 2ème guerre mondiale, et cette envie de redonner leur entière place aux disparus) à un autre roman adoré, La carte postale d’Anne Berest. 

Odette Froyard en trois façons (clic)* d’Isabelle Monnin, éditions Gallimard 2024, 272 pages

*Lien rémunéré Amazon

 

Les guerres de Lucas – Prix BD Fnac / France Inter 2024

Les guerres de Lucas

Les guerres de Lucas retrace le chemin de croix de George Lucas pour que le premier Star Wars voit le jour. A l’époque personne ne croit vraiment à ce projet farfelu de science-fiction, à commencer par les producteurs de la Fox, qui rechignent à signer le contrat de financement.  Du scénario que Lucas ne cesse de remodeler jusqu’au casting laborieux (il a auditionné plus de 2000 candidats en 3 semaines pour les rôles principaux) en passant par les effets spéciaux inédits qui lui donneront bien du fil à retordre, cette BD passionnante retrace toutes les péripéties de ce premier volet, et dévoile quelques secrets de tournage. Nul besoin d’être un fan inconditionnel de Star Wars (mieux vaut avoir vu le film quand même) pour apprécier cette BD richement documentée qui nous plonge dans une période en or du cinéma américain (on y croise aussi Brian de De Palma, Steven Spielberg ou Francis Ford Coppola). 

Plus que l’histoire d’un film, ce roman graphique est également le portrait d’un réalisateur qui n’est alors qu’aux portes de la célébrité (American Graffiti vient de rencontrer un succès inattendu). G. Lucas était un enfant rêveur et rebelle qui deviendra un étudiant brillant, passé près de la mort après un accident de voiture. S’il a une imagination débordante, c’est en revanche un réalisateur taiseux, au tempérament parfois maniaque et obsessionnel, qui a souvent du mal à se faire respecter par ses équipes. Cette BD redonne également la place qu’elle mérite à Marcia, première épouse de Lucas, femme de l’ombre et soutien inconditionnel, même dans les périodes les plus difficiles. 

Les guerres de Lucas a reçu le Prix BD Fnac – France Inter 2024

Les guerres de Lucas (clic)* de Laurent Hopman & Renaud Roche, Deman éditions 2023, 208 pages

*Lien rémunéré Amazon

Les aiguilles d’or – Michael McDowell

Les aiguilles d'or - Michael McDowell

“Ses fins cheveux bruns, constamment rassemblés en un chignon, lui arrivaient sur la nuque, ce qui lui permettait de masquer l’absence de son oreille gauche arrachée d’un coup de dent en 1869 lors d’une bagarre contre Phallus Meg au Hole In The Wall; on pouvait toujours admirer son oreille, préservée avec d’autres dans un bocal d’alcool derrière le comptoir de cet établissement aussi méprisable que florissant”. 

New York, 1882. Le juge James Stallworth est bien décidé à nettoyer “le triangle noir”, l’un des quartiers les plus mal-famés de la ville, et à profiter de sa position pour propulser son gendre Duncan sur la scène politique. Dans son viseur se trouve en particulier la famille Shanks, dirigée par la matriarche Lena. Si elle possède une modeste boutique de prêteuse sur gages, Lena Shanks, secondée par ses deux filles, s’est en fait construit une petite renommée locale grâce au recel et aux avortements clandestins. Les rues de New-York vont devenir le terrain d’affrontement des deux familles, chacune avec ses atouts, ses faiblesses et ses armes. 

J’avais beaucoup aimé la série Blackwater, et j’étais donc impatiente de lire ce roman de Michael McDowell. Mais il faut bien le dire, je me suis franchement ennuyée pendant plus de la moitié du livre. La mise en place est interminable et l’intrigue s’enlise dans de longues scènes descriptives : on est ici plutôt dans un roman d’ambiance, au milieu des fumeries d’opium et des cercles de jeux clandestins. J’ai aussi eu du mal à m’attacher à des personnages que j’ai trouvés caricaturaux et sans épaisseur. J’avoue, j’étais à deux doigts d’abandonner et puis un petit miracle a eu lieu vers la page 300 : Il se passe enfin un événement majeur qui a relancé mon intérêt pour ce roman et j’ai finalement eu beaucoup de plaisir à lire la dernière partie, tout à fait décoiffante et captivante. Je ne suis donc pas complètement fâchée avec Michael McDowell, ouf, et je lirai sans aucun doute son roman Katie, à paraître le 19 avril aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. 

Les aiguilles d’or (clic)* de Michael McDowell, éditions Monsieur Toussaint Louverture 2023, 520 pages

*Lien rémunéré Amazon

“La fille de Lake Placid” de Marie Charrel : la rencontre entre Joan Baez & Lana Del Rey

La fille de Lake Placid

En 2019, Lana Del Rey invite Joan Baez à partager un duo avec elle sur une scène de San Francisco. Marie Charrel a imaginé les circonstances de cette rencontre improbable, tant les deux femmes semblent différentes. La fille de Lake Placid retrace principalement la jeunesse de Lana Del Rey et son long chemin jusqu’au succès. Au début des années 90, celle qui n’est alors que la petite Elizabeth Grant aime se réfugier dans la forêt, avant de découvrir l’alcool et la poésie à l’adolescence. Du côté de Joan Baez, l’autrice évoque surtout les dernières semaines avant le duo : la chanteuse engagée a renoncé depuis longtemps à la musique, et vit désormais dans une ferme de Californie. Elle consacre son temps libre à la peinture et refuse toutes les sollicitations. Il faudra beaucoup de persévérance à Lana pour la convaincre de chanter avec elle.

Entre faits réels et scènes fictives, Marie Charrel dresse un portrait sensible de Lana del Rey, une jeune femme lumineuse qui a appris à composer avec ses parts d’ombre : si elle est d’une détermination sans faille, elle tombe très jeune dans l’addiction à l’alcool. D’un pensionnat du Connecticut aux Open Mic des bars de New-York, Elizabeth va se construire un véritable personnage, à la fois sexy et éthéré, très marqué par l’histoire des Etats-Unis, entre pop culture et décadence. Marie Charrel s’est amusée par ailleurs à lui inventer un monde onirique à sa mesure, avec des passages inspirés de l’univers de David Lynch et de Twin Peaks. Lana y  croise des personnages fantasmagoriques, nain, voyante, fétichistes ou encore “la femme à la bûche” (l’une de mes scènes préférées).

La fille de Lake Placid est un bonbon acidulé à l’atmosphère vaporeuse, une lecture délicate et poétique, ponctuée d’extraits de chansons et du recueil de Lana Del Rey, Violette sur l’herbe à la renverse *. Un livre que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire, et qui n’est pas réservé aux fans des deux chanteuses.

La fille de Lake Placid * de Marie Charrel, janvier 2024, 278 pages.

Ce livre est publié dans la collection “Les audacieuses” des éditions Les Pérégrines, qui raconte de façon romancé la trajectoire de femmes inspirantes, comme Maria Callas, Greta Garbo ou Rose Valland.

* Lien rémunéré Amazon

Miroir de nos peines, l’adaptation graphique de Christian de Metter

 

Miroir de nos peines BD

Après Au-revoir là-haut et Couleurs de l’incendie, c’est le dernier tome de la trilogie de Pierre Lemaître qui est une nouvelle fois adapté en format graphique par Christian de Metter. Ce 3e volume nous plonge en avril 1940. On y retrouve Louise, la petite voisine d’Albert et Edouard dans Au revoir là-haut. Vingt ans plus tard, elle est devenue une jeune femme indépendante et solitaire. Institutrice, elle travaille aussi comme serveuse dans le restaurant de Monsieur Jules. Un jour, un médecin habitué de l’établissement lui propose une forte somme d’argent à une seule condition, la voir nue. Louise accepte, mais la rencontre ne va pas se dérouler comme prévu… Et la découverte d’un lourd secret familial va l’amener à se jeter sur les routes d’une France en pleine débâcle.

En parallèle de l’histoire de Louise, Miroir de nos peines retrace également la trajectoire de plusieurs autres personnages :  Raoul et Gabriel, deux soldats aux caractères très différents qui vont devoir s’allier, Fernand, un garde-mobile qui veut mettre à l’abri sa femme malade, et Désiré, un escroc charismatique. Avec ses nombreuses ramifications, ce dernier tome n’était sans doute pas le plus facile à adapter. Il est pourtant tout aussi réussi que les précédents ! Christian de Metter respecte parfaitement le travail initial de Pierre Lemaître, en jonglant aisément entre les différentes histoires, jusqu’à ce que les destins des personnages finissent par se croiser. Il apporte en plus sa patte graphique très reconnaissable, avec beaucoup de réalisme, des couleurs sombres, ainsi que des personnages aux traits anguleux et expressifs. Une belle conclusion !

Miroir de nos peines* de Christian de Metter, adapté du roman de Pierre Lemaître, novembre 2023, éditions Rue de Sèvres, 184 pages.

*Lien rémunéré Amazon