Catégorie : Lectures 2013

[Roman] L’éternel – Joann Sfar

l'eternel

1917, Ionas et Caïn sont deux frères juifs très proches l’un de l’autre, malgré leurs différences : Ionas est un homme sensible et droit, fidèle à sa fiancée Hiéléna. Caïn est une forte tête, un pleutre qui va s’enfuir dès la première occasion, laissant mourir son frère sur un champ de bataille, et sa propre compagne, enceinte, sans un geste pour les aider.  Après la mort de son frère il n’hésite pas à épouser la douce et belle fiancée de celui-ci. Mais Ionas renaît sous la forme d’un vampire, bien décidé à retrouver Hiéléna.

Après la BD (Le chat du rabbin notamment) et le cinéma (Gainsbourg vie héroïque), que j’ai trouvée la plus pénible à lire.

Le tout manque de nerf et d’un fil directeur, c’est trop bavard, l’histoire s’enlise autour du personnage un peu fade de Ionas, et l’auteur se contente de juxtaposer des scènes sans que l’ensemble prenne jamais sens. Quel ennui ! Je refermais le livre au bout de deux pages, je m’endormais dessus, je sautais des paragraphes entiers… Aucun personnage ne m’a intéressé, et je n’avais vraiment aucune envie de savoir ce qu’il allait advenir d’eux. Finalement je n’ai pas réussi à aller au bout de cette lecture,  et ça  a été vraiment un soulagement de passer à autre chose.  On sent une réelle ambition derrière ce récit, Joann Sfar s’est inspiré plus ici du Comte Dracula et du roman gothique que du romantisme mièvre d’Edward Cullen, mais je n’ai clairement pas adhéré à cet univers glauque et à cette écriture trop lourde.

L’éternel de Joann Sfar, éditions Albin Michel 2013, 455 pages – 1 etoile

Merci à Entrée Livre de m’avoir envoyé ce livre. Sept autres blogueurs ont lu ce livre en même temps que moi: Cécile, Zazy, Jostein, Nelfe, Pierre, Mélo et Emeralda

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Temoignage] La preuve du paradis – Eben Alexander

la preuve du paradis

Je suis profondément athée (je n’ai reçu aucune éducation religieuse), et je suis convaincue qu’il n’y a rien après la mort. Je suis aussi prompte à considérer tous ceux qui prétendent le contraire comme des charlatans ou des illuminés. Malgré tout quand le site Entrée Livre m’a proposé de lire « La preuve du Paradis, Voyage d’un neurochirurgien dans l’après-vie » du Dr Eben Alexander, j’ai accepté et essayé d’aborder cette lecture sans a-priori.

Brillant neurochirurgien américain, le docteur Eben Alexander a frôlé la mort suite à une méningite. Durant les 7 jours de coma qu’il a connu, il prétend avoir franchi les portes d’un autre monde.

En ce qui concerne  son fameux voyage dans l’au-delà, Eben Alexander a donc vu une grande lumière, une ouverture vers une autre réalité, il s’est soudain senti rempli d’amour et s’est mis à voler en compagnie d’une magnifique jeune femme au milieu des nuages, des papillons et d’êtres scintillants. Il a la gentillesse de nous traduire en « langage terrestre » (!) le message que lui a transmis sa jolie compagne : « Tu es aimé et chéri, totalement, pour toujours » « Il n’y a rien dont tu doives avoir peur » « Il n’y a rien que tu puisses faire mal ».

Arrivé à ce stade, honnêtement le fou rire me guette. Je vous épargne le reste qui est du même acabit. La 4ème de couverture me parlait de « faits précis », là où je ne vois qu’une grande fumisterie hallucinatoire, nourrie par l’éducation religieuse de l’auteur  (Et il a beau nous affirmer s’être beaucoup éloigné de la religion en vieillissant, ses derniers mots avant se sombrer dans le coma sont quand même « Dieu, aide moi »)

L’auteur et l’éditeur mettent beaucoup en avant le fait qu’Eben Alexander est un éminent scientifique, et que cela donne une autre dimension à cette expérience. J’ai trouvé pour ma part que le profil de l’auteur n’apportait pas grand-chose de plus aux autres récits de ce type, ses fantasmes religieux  prenant le plus souvent le pas sur ses connaissances objectives. Il y a bien un court chapitre sur les éventuelles explications physiques et rationnelles de ce qu’il a vécu, mais que l’auteur écarte très vite, trop vite à mon goût.

Eben Alexander ne se contente pas de raconter son EMI (expérience de mort imminente), il parle aussi de sa vie de famille (idyllique), son adoption, son travail, ses vacances… Beaucoup de « moi je », de détails inutiles et inintéressants, servi par un style globalement assez mauvais. Malgré tout le respect que je peux avoir sur l’expérience dramatique qu’a connu le docteur Eben Alexander, j’ai trouvé ce récit grotesque et j’ai eu l’impression de regarder un mauvais téléfilm américain, plein de clichés et de bons sentiments, qui n’a entamé en rien mon scepticisme sur le sujet.

La preuve du paradis, Voyage d’un neurochirurgien dans l’après-vie… d’Eben Alexander, Guy Trédaniel éditeur, 237 pages – 1 etoile
Sept autres blogueurs ont lu ce livre en même temps que moi: Cécile, Zazy, Jostein, Nelfe, Pierre, Mélo et Emeralda

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] La première chose qu’on regarde – Grégoire Delacourt

la premiere chose qu'on regarde 3

Jeune et beau garagiste, Arthur Dreyfuss a eu une enfance difficile : Après le décès de sa petite sœur dévorée par le doberman du voisin, son père a brusquement disparu et sa mère a sombré dans le Vermouth et la folie. Arthur, obsédé par les poitrines généreuses, vit désormais une existence morne et solitaire quand un beau jour, le 15 septembre 2010,  il découvre l’actrice américaine Scarlett Johansson sur le pas de sa porte.

Arthur habite à Long, un petit village de Picardie où le temps semble s’être arrêté, avec son salon de coiffure à l’enseigne délavée, sa boucherie sans âge, son bar-tabac-articles de pêche-loto-journaux et sa serveuse aux yeux gris amoureuse d’un chauffeur routier tatoué. Le trou du cul du monde qui sous la plume de Grégoire Delacourt devient un Hollywood miniature, presque un décor de cinéma, où chacun a un petit air de vedette : Arthur ressemble à Ryan Gosling mais-en-mieux, son patron à Gene Hackman, alors ce n’est finalement pas si surprenant d’y voir débarquer Scarlett Johansson.

La première chose qu’on regarde est un conte fantasque qui m’a un peu rappelé Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, avec son cadre atemporel, ses personnages à la fois simples et extraordinaires qui ont un petit grain de folie, son garagiste qui se pique de poésie. C’est l’histoire d’un amour improbable, entre deux personnages malmenés par la vie, un amour rare, celui qui peut vous sauver de tout, de l’enfance, de la solitude et du malheur. Une histoire entre un héros ordinaire et une fille trop jolie qui voudrait qu’on l’aime pour ce qu’elle est vraiment. C’est un livre sur les apparences, sur ce que nous voudrions être, sur ce que nous révèle le regard que les gens posent sur nous, sur la douleur que l’on enfouit tout au fond de nous pour que personne ne la voit.

Mais ce nouveau roman de Grégoire Delacourt n’a pas la douceur et la délicatesse de La liste de mes envies, son précédent livre dans lequel une petite mercière d’Arras gagnait au Loto. L’auteur a choisi d’ajouter ici une dimension féroce et cruelle que j’ai eu du mal à apprécier : un bébé se fait dévorer par un chien, une mère devient folle de douleur, un père disparaît un matin en abandonnant son fils unique….

Et puis j’ai vraiment été gênée par les artifices du style,  l’abondance des références (au cinéma ou à la chanson), le Name Dropping a-tout-va, les parenthèses interminables pour donner des précisions inutiles sur tel acteur ou tel lieu, on finit par se croire sur Wikipedia, vraiment que c’est agaçant. Il y a en plus une certaine ironie qui imprègne la narration, qui donne l’impression que l’auteur se moque un peu de ses personnages, comme s’il avait eu peur qu’on l’accuse de tomber dans le sentimentalisme, et cette dérision poisseuse laisse une sensation désagréable planer tout au long de la lecture. C’est donc un livre étrange et déroutant qui me laisse une impression mitigée, je n’ai pas détesté mais j’avais quand même nettement préféré La liste de mes envies.

La première chose qu’on regarde de Grégoire Delacourt, 250 pages, éditions JC Lattès 2013 – 3 etoiles

Merci à Entrée Livre de m’avoir envoyé ce roman. Sept autres blogueurs ont lu ce livre en même temps que moi: Cécile, Zazy, Jostein, Nelfe, Pierre, Mélo et Emeralda

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Romance] La maison d’hôtes – Debbie Macomber

la maison d'hotes 005

Après le décès de son mari seulement un an après leur rencontre, Jo Mary décide de quitter son poste confortable dans une banque de Seattle  pour acheter une grande maison d’hôtes dans la petite ville de Cedar Cove. Son premier client est Josh, venu rendre une dernière visite à son beau-père avec qui il a toujours entretenu des relations conflictuelles, et qui va bientôt mourir. Sa deuxième  cliente est une jeune femme, Abby, qui doit assister au mariage de son frère. Originaire de Cedar Cove, elle n’était pas revenue dans sa ville natale depuis l’accident qui a coûté la vie à sa meilleure amie 10 ans auparavant.

Sorti en mars, La maison d’hôtes de Debbie Macomber est la 3ème publication des éditions Charleston, une toute nouvelle maison d’éditions née en janvier 2013 qui se positionne sur le créneau de la romance de bon goût.

On suit en parallèle les 3 histoires de Josh, d’Abby et de Jo Mary, qui ne font finalement que se croiser. J’ai été assez touchée par les parcours de Josh et d’Abby qui vont devoir se réconcilier avec leurs passés respectifs, et par les efforts de Jo Mary pour s’intégrer dans son nouvel environnement.  Mais la véritable héroïne de ce roman c’est indéniablement la « Villa Rose », cette maison d’hôtes accueillante et chaleureuse, qui sent bon les muffins, la cannelle et le feu de cheminée, un véritable refuge pour les âmes perdues et les cœurs brisés.

J’ai regretté parfois quelques platitudes (surtout en ce qui concerne la relation entre Jo Mary et Paul) ou quelques effets faciles (L’auteur fait parfois appel à un surnaturel pas toujours très subtil) mais j’ai globalement passé un joli moment avec ce livre. C’est un récit doux et réconfortant, léger et facile à lire, un vrai « roman doudou » avec lequel on a envie de se pelotonner sous la couette. J’ai été ravie de découvrir qu’il y aurait un 2ème tome,  Les anges se mettent à table à paraître en octobre 2013, dans lequel on retrouvera Jo Mary bien sûr, avec de nouveaux clients (La série comptera 6 tomes en tout). J’espère surtout que les frémissements d’une histoire entre Jo Mary et le ténébreux Mark se concrétiseront dans le prochain volume !

Vous pouvez télécharger gratuitement sur le site des éditions Charleston un prequel qui raconte la rencontre entre Jo Mary et Paul, une interview de l’auteur, ainsi qu’un extrait du livre.

La maison d’hôtes – retour à Cedar Cove de Debbie Macomber, éditions Charleston 2013, 395 pages  – Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Thriller] Heather Mallender a disparu – Robert Goddard

Ancien garagiste d’origine anglaise, Harry a trouvé refuge à Rhodes où il garde la résidence secondaire d’un de ses amis, Dysart, un homme politique. C’est là qu’Heather Mallender a choisi de venir se reposer après la mort de sa sœur, tuée dans un attentat de l’IRA qui visait Dysart. Mais alors qu’Harry accompagne la jeune femme dans une excursion touristique, Heather se volatilise. Harry est le principal suspect, d’autant qu’il a entretenu dans le passé des relations conflictuelles avec la famille Mallender. Mais alors qu’il range les affaires d’Heather il découvre 24 photos, indiquant qu’Heather avait mené sa propre enquête sur la mort de sa sœur, et décide de refaire le même parcours pour tenter de comprendre ce qui est arrivé à la jeune femme.

Ce livre a d’abord été publié à la fin des années 80 (c’est d’ailleurs à cette époque que se déroule le roman) sous le titre « Les ombres du passé », et a été réédité par les éditions Sonatine en 2012, avant de sortir au Livre de Poche récemment.

J’ai trouvé que l’idée de suivre le chemin d’Heather grâce à ses 24 dernières photos (le charme de l’argentique!) était plutôt originale, et constituait un fil directeur intéressant. Ce qui n’est pas inutile parce que c’est un roman assez touffu, qui se passe entre les années 60 et les années 80, entre la Grèce et Angleterre, qui explore pas mal de pistes différentes pour mieux égarer le lecteur: La disparition d’Heather, sa dépression et ses rapports ambigus avec son psy, l’assassinat de sa sœur dans un attentat de L’IRA, le passé mystérieux de Dysart, la mort d’un de ses camarades d’université…. Les personnages sont tous difficiles à cerner, les victimes ont des airs de coupables, et vice-versa. Harry lui-même est une personnalité complexe, à la fois alcoolique, solitaire, désabusé, naïf, indépendant, charmeur…  Il y a bien quelques longueurs – ce roman fait quand même 720 pages et quelques coupes lui auraient donné plus de rythme –  mais le roman se termine sur une délicieuse pirouette que je n’avais pas du tout vu venir et qui m’a beaucoup plu. Un thriller psychologique plein de finesse avec lequel j’ai passé un très bon moment, et j’ai d’ailleurs déjà noté sur ma wish-list un autre titre de Robert Goddard, « Le secret d’Edwin Strafford » qui vient tout juste de sortir aux éditions Sonatine.

Heather Mallender a disparu de Robert Goddard, le livre de poche 2013, 720 pages – Note/4 etoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !