Catégorie : Sorties Poches

Sorties Poches Avril 2012

La septième vague de Daniel Glattauer (Le livre de poche)

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l’unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas desexe, pas d’avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d’amour où l’on ne connaît pas le visage de l’autre ? Où l’on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l’idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l’amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…

—————————————————————————————————————————————————-

L’appel de l’ange de Guillaume Musso (Pocket)

New York. Aéroport Kennedy. Dans la salle d’embarquement bondée, un homme et une femme se télescopent. Dispute anodine, et chacun reprend sa route. Madeline et Jonathan ne s’étaient jamais rencontrés, ils n’auraient jamais dû se revoir. Mais en ramassant leurs affaires, ils ont échangé leurs téléphones portables. Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco. Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

—————————————————————————————————————————————————-

En cas de bonheur de David Foenkinos (J’ai lu)

« Un autre soir, Claire accepta d’aller au restaurant. Une fois assis, Jean-Jacques fut torturé par une angoisse existentielle majeure :
– J’hésite entre une pizza ou des pâtes. C’est tout le problème des restaurants italiens.
– C’est tout le problème de la vie, ironisa Claire. »
David Foekinos fait partie de la famille des écrivains satiristes, ceux qui s’emparent d’un sujet pour le malaxer et en tirer un jus souvent très noir. L’auteur, ici, ne change pas sa nature en s’en prenant à la question du couple contemporain. Entre promesse, ennui, répétition de jours nuls et adultère salvateur, où situer le couple (où ce qu’il en reste), cette figure du malheur des sociétés démocratiques avancées ? Réponse grâce à Jean-Jacques et Claire, les sémillants protagonistes de ce roman sans pitié sur la misère sentimentale.

—————————————————————————————————————————————————-

Sans âme (Le Protectorat de l’ombrelle Tome 1) de Gail Carriger (Le livre de poche)

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

—————————————————————————————————————————————————-

Le cercle des huit de Daniel Handler (Le livre de poche)

Flannery Culp essaie, avec ses amis, de supporter le stress de sa dernière année de lycée. Avec sept autres amis, Flan fait partie du Cercle des Huit, un groupe informel qui se réunit pour boire, manger, discuter.. Accusée de satanisme et incarcérée pour meurtre, elle reprend son journal depuis sa prison : un amour de vacances, des professeurs tyranniques, les rumeurs du lycée, l’absinthe et la soirée d’Halloween où tout a commencé sont comme un tableau des démons qui rôdent dans la vie des adolescents.

—————————————————————————————————————————————————-

L’effet Larsen de Delphine Bertholon (j’ai lu)

Depuis plus d’une décennie, Nola vit avec une zone d’ombre au sein de son histoire. Elle décide de tuer le fantôme qui la hante en se livrant à une enquête psychologique. Pour cela, elle plonge dans son passé. 1998, l’année de ses 18 ans : elle vient de perdre son père et, après avoir emménagé dans un immeuble avec sa mère, cette dernière présente d’étranges symptômes, dont l’hyperacousie.

—————————————————————————————————————————————————-

Les yeux au ciel de Karine Reysset (Points)

Affaires de famille. Six jours d’arrivées, de fête, de départs dans une famille « recomposée », comme le sont tant d’autres, à l’occasion de l’anniversaire du grand-père. Cette fête familiale est naturellement l’occasion de révéler des secrets, de revenir sur les vieilles trahisons et les anciennes injustices mais aussi, finalement, de retisser les liens, toujours obscurs, qui unissent les membres d’une même famille. Lena, la sœur aînée voudrait ouvrir le chemin de la réconciliation mais se heurte aux histoires passées et présentes, celle d’Achille, le demi-frère mal aimé, de Merlin qui, malgré son âge, est toujours considéré comme un enfant, mais aussi de Stella, la cadette, avec, au milieu d’eux, tous ces petits-enfants qui désordonnent le cours des choses… L’originalité de ce roman réside dans la place faite au lecteur. Convié lui aussi à pénétrer la grande demeure bretonne qui regorge de souvenirs et de recoins interdits, à suivre les enfants et leurs querelles sur la plage, à entendre les confidences et indiscrétions des adultes, il est amené de chapitre en chapitre à reconstituer les faits et gestes de chacun et à découvrir l’origine du mal-être, un drame qui a eu lieu trente ans auparavant et qui n’a jamais cessé d’alimenter leurs angoisses. Ce roman familial explore avec brio les effets de la confrontation : celle des personnages entre eux, mais aussi celle du passé et du présent, des espoirs et de la réalité.

—————————————————————————————————————————————————-

Joséphine change de camp de Pénélope Bagieu (Le livre de poche)

Gaffeuse et complexée par ses hanches, l’héroïne de Pénélope Bagieu a toujours la trentaine et n’est toujours pas mariée mais la voici désormais dans le camp des personnes en couple.

—————————————————————————————————————————————————-

La cage aux lézards de Karen Connelly (j’ai lu)

La Cage aux Lézards est un roman engagé sur la résistance humaine. Se déroulant entièrement entre les murs d’une prison de haute sécurité à Rangoon, il raconte la solitude et le combat d’année en année de Teza, un jeune chanteur arrêté par les services secrets birmans pour avoir trop chanté contre la dictature birmane. Derrière son tour de force romanesque –le lecteur ne sort jamais de la Cage-, les rebondissements de l’intrigue et l’inattendu, Karen Connelly nous fait entrevoir un univers de fraternité et un message d’une formidable humanité.

—————————————————————————————————————————————————-

Les témoins de la mariée de Didier Van Cauwelaert (Le livre de poche)

« Nous étions ses meilleurs amis : il nous avait demandé d’être ses témoins. Cinq jours avant le mariage, il meurt dans un accident de voiture.
Ce matin, à l’aéroport, nous attendons sa fiancée. Elle arrive de Shanghai, elle n’est au courant de rien et nous, tout ce que nous savons d’elle, c’est son prénom et le numéro de son vol.
Comment lui dire la vérité ? Nous nous apprêtions à briser son rêve ; c’est elle qui, en moins de vingt-quatre heures, va bouleverser nos vies.
Mais cette jeune Chinoise est-elle la femme idéale ou bien la pire des manipulatrices ? »

—————————————————————————————————————————————————-

Le garçon qui voulait dormir de Aharon Appelfeld (Points)

Erwin a 17 ans lorsque – au sortir au sortir de la guerre – il se retrouve après une longue errance en Europe sur la côte de Naples au cœur d’un groupe de réfugiés apatrides. Il a tout perdu : père, mère, langue, environnement familier… et émerge peu à peu du sommeil auquel il a recours pour faire revivre tout un pan de sa vie anéanti. Enrôlé, avec d’autres jeunes gens de son âge, par un émissaire de l’Agence juive, il se prête à l’apprentissage intensif de l’hébreu et à l’entraînement physique, quasi-militaire, que celui-ci leur impose chaque jour pour les préparer à une nouvelle vie dans l’Etat d’Israël sur le point de naître. Vient le temps de la traversée en bateau sur une mer déchaînée, de l’immigration clandestine (la Palestine est encore sous mandat britannique) et de l’arrivée dans les montagnes de Judée où les jeunes pionniers sont affectés à la construction de terrasses agricoles. Erwin, comme tous ses camarades, accepte de changer de prénom et s’appelle désormais Aharon. Lorsque la guerre d’Indépendance éclate, les jeunes pionniers sont affectés à des missions militaires. Erwin-Aharon, blessé au cours de l’une d’elle, restera de longs mois paralysé dans une maison de repos, subissant opération sur opération. C’est là qu’il renoue avec le sommeil et le passé. Il craint de trahir les siens en adoptant une nouvelle langue et un nouveau pays et seuls ses échanges avec un médecin et ses discussions avec de vieux pionniers blessés l’aident à surmonter le sentiment de culpabilité qu’il le hante. Peu à peu, une décision s’impose à lui : celle de mettre ses pas dans ceux de son père disparu, et devenir l’écrivain que celui-ci rêvait d’être.

—————————————————————————————————————————————————-

L'(autre) homme de ma vie de Stephen McCauley (10/18)

Richard Rossi se flatte de connaître tous les subterfuges nécessaires pour dissimuler les passions parallèles… Bien qu’il partage déjà sa vie avec quelqu’un, ce cadre bostonien entretient une relation adultère mouvementée. Entre péripéties professionnelles, séances à la salle de sport et rendez-vous secrets, Richard navigue à vue jusqu’au jour où il se rend compte que  » l’objet de son affection  » conjugale n’est pas non plus à l’abri des tentations…

—————————————————————————————————————————————————-

Ca t’apprendra à vivre de Jeanne Benameur (Babel)

 » Nous, où qu’on aille, on a toujours l’air de rétablir le campement. […] On s’assoit sur des serviettes éponges de toilette, maladroitement. On ne sait pas prendre nos aises. Dans nos corps resserrés par des générations de l’exil répété, nous savons le peu d’espace qu’on nous laisse. Encore en prenons-nous moins. Habitués à nous faire oublier. Nous ne savons pas vivre comme les autres. Toujours trop ou trop peu.  »  1958. Une petite fille raconte. Elle est arrachée au pays où elle est née, l’Algérie. Exilée avec sa famille en métropole, dans une ville de la façade atlantique, elle découvre qu’ils ne sont que des à moitié, des demi. Quand seront-ils entiers ?

—————————————————————————————————————————————————-

Mes alliances – Histoires d’amour et de mariages d’Elizabeth Gilbert (Le livre de poche)

À la fin de son périple autour du monde, qu’elle a relaté dans Mange, prie, aime, Elizabeth Gilbert s’éprenait de Felipe, un citoyen australien né auBrésil. Ils se sont juré fidélité, mais, échaudés par des séparations douloureuses, se promettent de ne jamais convoler en justes noces. Le Ciel, ou plutôt l’Immigration américaine, en décide autrement : le couple doit se marier pour que Felipe obtienne un visa. « Condamnée » au mariage, Elizabeth Gilbert décide de juguler sa peur de l’institution en s’y intéressant de plus près, tout en parcourant l’Asie du Sud-Est avec son compagnon. Écrit avec l’intelligence et la sensibilité qui ont fait sa renommée, Elizabeth Gilbert s’attache à envisager le mariage sous tous les angles, dans toutes les cultures, sans éluder les sujets qui fâchent : l’argent, le désir, la fidélité, les traditions familiales, le risque de divorce…

—————————————————————————————————————————————————-

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Les Radley – Matt Haig (Rediff’)

A l’occasion de la sortie en poche aujourd’hui du roman Les Radley de Matt Haig  (éditions Le livre de Poche), je vous propose une rediffusion de mon billet écrit en octobre 2010:

Peter Radley, médecin apprécié, et sa femme Helen mènent une existence rangée à Bishopthorpe, une petite ville anglaise paisible. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, et ce que même leurs enfants ignorent, c’est que les Radley sont des vampires. Il y a bien longtemps ils ont quitté Londres et une vie de plaisirs pour devenir abstinents et offrir un cadre plus calme à leurs deux enfants, Rowan et Clara. Mais on ne renie pas si facilement sa véritable nature, et bientôt les Radley vont devoir à nouveau faire face à leurs vieux démons : Quand Clara tue un humain, Peter affolé appelle à l’aide son frère Will, un vampire qui  a choisi de laisser libre cours à ses instincts sauvages et sanguinaires…

Sans être follement originale, voilà une histoire qui change un peu des bluettes que l’on peut trouver dans les librairies au rayon vampires ces derniers temps. « Les Radley » est un livre qui ne se prend pas au sérieux, qui joue beaucoup sur la parodie en piochant dans de multiples genres, roman fantastique, roman policier, chronique familiale et sociale, le sujet des vampires étant aussi un prétexte pour évoquer de façon décalée des thèmes très humains : les relations familiales, les problèmes de couple (le mensonge, l’adultère, les difficultés à communiquer) ou les tourments de l’adolescence (plutôt chétif à cause du manque de sang, le fils aîné, Rowan, est devenu le souffre-douleur de ses petits camarades). C’est juste assez sanguinolent pour satisfaire les amateurs du genre, il y a quelques pointes d’humour et l’auteur s’est visiblement beaucoup amusé à soigner les détails : On découvre ainsi au fil des pages que des artistes très célèbres étaient ou sont des vampires : Bram Stocker (auteur de « Dracula ») ou Sheridan Le Fanu (auteur de « Carmilla ») évidemment, mais aussi le peintre Veronèse, Lord Byron, converti à 18 ans dans un bordel florentin, Prince ou Jimi Hendrix qui après avoir simulé sa mort tient désormais un club de vampires rock dans l’Oregon ! Il y a bien quelques longueurs, et l’intrigue aurait mérité d’être un peu plus fouillée, mais globalement « Les Radley » est un roman sympathique et un bon divertissement.

Editions Le livre de poche 2012, 504 pages/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorties Poches Mars 2012

Les Radley de Matt Haig (Le livre de poche)

Ils n’ont qu’une addiction : le sang. Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur péché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d’être un vampire urbain au XXIe siècle ! Dans une banlieue british tout ce qu’il y a de plus respectable, les Radley essayent désespérément de se comporter comme « des gens normaux ». Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr… À contre-courant de toutes les histoires de vampires d’hier et d’aujourd’hui, l’Anglais Matt Haig renouvelle le genre avec ce roman, féroce et brillante satire de notre société et aussi pur plaisir de lecture… et d’angoisse.

—————————————————————————————————————————————————-

Irréparable de Karin Slaughter (Le livre de poche)

Avec ses belles maisons et ses rues bordées d’arbres, Ansley Park est l’un des quartiers les plus prisés d’Atlanta. Mais dans l’une de ces demeures parfaites, dans une chambre somptueuse d’adolescente, une jeune fille a été sauvagement assassinée. Sa mère gît au pied de l’escalier, après avoir tué à mains nues l’agresseur de sa fille. L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, dépêché sur les lieux, s’aperçoit vite que la police locale a commis une grave erreur, en négligeant certains indices : quelque chose dans la traînée de sang, dans une preuve médico-légale, dans les yeux de la mère traumatisée. En quelques minutes, Trent prend le contrôle de l’affaire… et en découvre une seconde. Pour lui, cela ne fait aucun doute : une autre adolescente a disparu et le tueur court toujours.

—————————————————————————————————————————————————-

Maria de Pierre Pelot

Les Vosges, sous l’Occupation. Maria est institutrice. Un matin, les maquisards viennent la chercher devant sa classe. Jean, son mari, est collabo. Elle n’en savait rien. Pour avoir été la femme d’un traître, pour l’avoir aimé, Maria paiera. Marquée à vie par la cruauté de ceux que la France élève bientôt au rang de héros, elle ne révélera jamais le châtiment qui lui a été injustement infligé. Bien des années plus tard, un jeune homme arrive dans la vallée, pour rencontrer Maria, qui vit dans une maison de retraite. Qui est-il exactement ? Avec Maria, Pierre Pelot revient à sa géographie intime, rendant hommage, dans une langue sensible, à une région rude et secrète.

—————————————————————————————————————————————————-

Un coup à prendre de Xavier De Moulins (Le livre de poche)

Quand j’ai pris les filles tout seul pour la première fois, j’étais complètement paumé. Avant nos petits rituels du matin et nos jeux complices, on a d’abord été des étrangers. Et malgré les beaux discours, elles ont commencé par ne rien comprendre. Pourquoi tout d’un coup papa ne dormait plus avec maman, pourquoi tout d’un coup papa n’habitait plus dans la maison, pourquoi tout d’un coup papa avait fichu le camp ? X. de M.

Sur une petite mélodie à la Bashung, d’emménagement en garde alternée, le difficile chemin d’un homme, de la rupture à la séparation, avec la paternité en forme de rédemption.

—————————————————————————————————————————————————-

Les bulles de Claire Castillon (Le livre de poche)

Petite, je me croyais anormale ; Je suis ravie que tu fréquentes mon frère ; Mon mari ne me touche pas depuis des lustres, je ne vois pas pourquoi il me tromperait ; J’ai toujours su que j’étais la mère de mon neveu ; L’amour n’est pas un spectacle ; Si je meurs, pense à Hugues Aufray. Jamais à une fantaisie près, chacun ici vit dans sa bulle, à travers laquelle les images du monde parviennent déformées, fêlées, désespérées. À moins que, faisant office de loupe, celle-ci permette de mieux scruter certains détails troublants de vérité. Trente-huit nouvelles, trente-huit portraits décapants.

—————————————————————————————————————————————————-

Rose de Tatiana de Rosnay (Le livre de poche)

Paris sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d’Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d’expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu’au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet : sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie. Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l’empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé…

—————————————————————————————————————————————————-

Apocalypse bébé de Virginie Despentes (Le livre de poche)

Valentine a disparu… Qui la cherche vraiment ? Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne, le nouveau roman de Virginie Despentes est un road-book qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l’adolescente égarée… Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d’une époque. Prix Renaudot 2010.

—————————————————————————————————————————————————-

La malédiction des colombes de Louise Erdrich (Le livre de poche)

L’homme répara le fusil et la balle glissa en douceur dans la chambre. Il l’essaya plusieurs fois, puis se leva et se tint au-dessus du berceau… L’homme épaula le fusil. Autour de lui, dans la pièce close, l’odeur du sang frais montait de toutes parts. L. E. Depuis toujours, la petite ville de Pluto, Dakota du Nord, vit sous «la malédiction des colombes», qui dévorent ses maigres récoltes comme le passé dévore le présent. Nous sommes en 1966 et le souvenir de quatre innocents lynchés cinquante ans auparavant hante toujours les esprits. En écoutant les récits de son grand-père indien qui fut témoin du drame, Evelina, une adolescente insouciante, prend soudainement conscience de la réalité…

—————————————————————————————————————————————————-

Chevalier de l’ordre du mérite de Sylvie Testud (Le livre de poche)

Dès que je passe la porte de notre appartement, je me transforme. Sans plus aucune coquetterie, je retire mes escarpins, je jette mes vêtements dans la panière à linge sale. Je m’attache les cheveux sur le sommet du crâne, remonte mes manches, et c’est parti pour le rodéo de l’ordre et de la propreté. Une chorégraphie d’un genre peu sexy, à laquelle je ne renonce que tombante de sommeil. Pauvre Adrien : il vit avec une mégère. L’image n’est pas folichonne. C’est au bureau qu’ils vivent avec moi. Bien habillée, maquillée, coiffée. Pourquoi je me transforme ? Pourquoi je n’arrive pas à suivre le mode de vie d’Adrien ? Pourquoi ça ne tourne pas plus… plus… plus carré ? S. T.

—————————————————————————————————————————————————-

La carte et le territoire de Michel Houellebecq (j’ai lu)

L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, mené par le personnage central, Jed Martin, photographe au succès reconnu. Prix Goncourt 2010.

—————————————————————————————————————————————————-

Comment j’ai liquidé le siècle de Flore Vasseur (J’ai lu)

Pierre s’est réfugié dans les mathématiques pour oublier son enfance et fabrique de rentables programmes de calcul systémique. Mais les marchés financiers s’effondrent et il voit son monde sombrer dans la déprime. Mme Krudson, vieille dame à la tête d’un gouvernement mondial secret, le Bilderberg, le convoque car elle veut sauver pour une dernière fois l’humanité.

—————————————————————————————————————————————————-

Lennon de David Foenkinos (j’ai lu)

D. Foenkinos dresse un portrait intime de John Lennon en s’emparant d’une période méconnue de sa vie, entre le 21 septembre 1975, date à laquelle il décide d’interrompre sa carrière, et le 7 décembre 1980, veille de son assassinat. Il l’imagine se livrer lors de séances de psychanalyse fictives. Prix des lecteurs de la Ville de Deauville 2011.

—————————————————————————————————————————————————-

Ceux qui rêvent de Pierre Bordage (J’ai lu)

Pendant la répression qui suit la révolte populaire de 2008, Clara disparaît. Jean part à sa recherche en Amérique. Les Etats-Unis n’existent pas.

—————————————————————————————————————————————————-

Les heures silencieuses de Gaëlle Josse (j’ai lu)

Journal intime de Magdalena, épouse de Pieter van Beyeren, administrateur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Issue d’une famille de riches armateurs, la jeune femme évoque sa déception de n’avoir pu succéder à son père, sa rencontre avec son mari, les failles de son existence et surtout le meurtre dont elle a été le témoin, enfant.

—————————————————————————————————————————————————-

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson (Pocket)

Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao…

—————————————————————————————————————————————————-

La vie très privée de Mr Sim de Jonathan Coe (Folio)

Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s’accepte tel qu’il est et trouve même certaine satisfaction à son état. Mais voilà qu’une proposition inattendue lui fait traverser l’Angleterre au volant d’une Toyota hybride, nantie d’un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d’étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d’éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l’entente et le bonheur d’être ensemble l’ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver? Et pour quelle nouvelle aventure? Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l’imposture, Coe l’illusionniste se réserve le dernier mot de l’histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre. Plus d’une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.

—————————————————————————————————————————————————-

Un autre amour de Kate O’Riordan (Folio)

« Elle était la seule femme dans une maison où habitaient quatre hommes, après tout, ce qui voulait dire qu’elle était rarement à moins de trois grands cris sonores de l’anarchie. Elle espérait qu’à l’avenir trois épouses méritantes lui sauraient gré du rôle qu’elle avait joué dans l’apprivoisement de leurs maris. Mais c’était peu probable. Elles trouveraient sans aucun doute d’autres défauts à ses fils, des choses insignifiantes que Connie avait négligées en élaborant un projet plus grandiose. Il lui arrivait souvent de regarder par la fenêtre de la cuisine, d’inventer des discussions avec des belles-filles imaginaires où elle défendait leurs maris. Où elle défendait leur éducation. Elle ferait une belle-mère vraiment nulle. » En attendant, elle va devoir gérer l’absence de son mari, qui vient de la quitter, et vivre seule à Londres avec ses trois fils. Comment une vie idéale, rêvée et construite à deux, a-t-elle pu se désagréger du jour au lendemain ? Où trouver les raisons ? Entre désespoir et incertitudes, Connie doit réapprendre à réorganiser le quotidien. Le sens de l’humour permet-il de tout supporter ? Rien de plus difficile en littérature que de donner l’illusion de la simplicité. Avec Kate O’Riordan, il ne faut pas se fier aux apparences. Là où l’écriture court comme une conversation badine, se cache une parfaite maîtrise de la musique de la langue. Après Le garçon dans la lune et Pierres de mémoire (Joëlle Losfeld, 2008 et 2009), elle confirme ici son originalité et son talent.

—————————————————————————————————————————————————-

Lea de Pascal Mercier (10/18)

Combien de fois me suis-je demandé ce que ma fille serait devenue si nous n’avions pas fait cela ! Si le hasard ne nous avait pas fait entendre ces sons. La fascination qu’exerçait sur elle le son du violon aurait-elle triomphé à une autre occasion, sous une autre forme ? Quel autre événement aurait pu la sauver de sa tristesse paralysante ? Son talent serait-il apparu en tout cas ? Ou serait-elle devenue une écolière ordinaire, rêvant d’un métier ordinaire ? Et moi ? Où serais-je aujourd’hui, si je ne m’étais pas trouvé devant l’exigence immense du talent de Léa face à laquelle je n’étais absolument pas à la hauteur ? […] Tout aurait pu bien tourner, je pense, si nous ne nous étions pas engagés tous les deux, ce jour-là, dans cet escalier roulant « . Après le succès mondial de Train de nuit pour Lisbonne, Pascal Mercier réussit de nouveau à mêler réflexion philosophique, intuition sensible et virtuosité narrative.

—————————————————————————————————————————————————-

Croisière en mer des pluies d’Eric Faye (j’ai lu)

Sur la Lune, en 2029, des scientifiques ont installé des télescopes d’une puissance telle qu’ils permettent observer sur Terre quiconque n’est pas caché par un nuage. Une organisation secrète projette de détruire cet oeil terrifiant au cours des cérémonies du 60e anniversaire de la première mission sur la Lune en 1969.

—————————————————————————————————————————————————-
Olive Kitteridge d’Elizabeth Strout (Le livre de poche)

Olive est l’épouse du pharmacien de Crosby, une petite ville côtière du Maine. Elle a un fils, Christopher, qu’elle étouffe. Et c’est aussi un professeur de mathématiques brutal et tyrannique, capable, pourtant, d’élans de bonté. Personnalité hors normes, a priori peu aimable, mais ô combien attachante, Olive traverse cette fresque polyphonique où les destins des habitants de Crosby – héros ordinaires – s’entremêlent sur une période de trente ans . Salué outre-Atlantique pour la virtuosité de sa construction et la finesse de son ton, Olive Kitteridge s’inscrit dans la lignée de romans comme Le cœur est un chasseur solitaire, de Carson McCullers, ou Les Corrections, de Jonathan Franzen. Ce livre a reçu le prix Pulitzer.

—————————————————————————————————————————————————-

Dracula mon amour de Syrie James (le livre de poche jeunesse)

Mina est amoureuse et sur le point d’épouser l’homme qu’elle aime. Sa meilleure amie, la jolie Lucy, est ,elle aussi, sur le point de se marier. Les deux jeunes femmes décident de partir en vacances à la mer pour profiter de leurs derniers moments de célibat ! Mais l’arrivée dans leur vie d’un gentleman fascinant, ténébreux et sulfureux, va ébranler toutes leurs certitudes. Lucy tombe mystérieusement malade, et Mina, quant à elle, est soudain assaillie par des désirs inavouables.

—————————————————————————————————————————————————-

Ne jamais te croire de Melissa Marr (Le livre de poche jeunesse)

Leslie est une fille particulière. Unique et obstinée. Irial est un fé d’une beauté vénéneuse. Il a besoin d’elle pour une raison qu’elle ignore. Elle est attirée par lui sans qu’elle sache pourquoi. Pour lui, la tentation est irrésistible. Pour elle, la fascination sera mortelle.

—————————————————————————————————————————————————-

Une nuit à New-York de Rachel Cohn et David Levithan (le livre de poche jeunesse)

Il y a trois semaines, deux jours et vingt-trois heures qu’elle m’a dit « c’est fini ». Et la voilà déjà avec un autre. Ils s’approchent du comptoir. Il faut que j’agisse. Je me tourne vers une fille que je ne connais même pas, et je lâche : « Tu veux bien être ma copine pendant les cinq prochaines minutes ? » Nick et Norah n’ont rien en commun. Sauf un premier baiser, censé durer cinq minutes. Et qui va se prolonger toute une nuit. Une seule nuit ?

—————————————————————————————————————————————————-

Le baiser de l’ange – Tome 2 : Soupçons d’ Elizabeth Chandler

Ivy ne se remet pas de la mort soudaine et tragique de Tristan. Enfermée dans son chagrin, elle ne voit pas que Tristan essaie de la contacter, notamment par le biais de son petit frère, qui, lui, perçoit sa présence. Il y a pourtant urgence, quelqu’un veut la mort d’Ivy et le tueur est plus proche d’elle que jamais…

—————————————————————————————————————————————————-


Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorties Poches Février 2012

Purge de Sofi Oksanen (Le livre de poche)

1992, fin de l’été en Estonie. L’Union soviétique s’effondre et la population fête le départ des Russes. Sauf la vieille Aliide, qui redoute les pillages et vit terrée dans sa ferme. Lorsqu’elle trouve dans son jardin Zara, une jeune femme que des mafieux russes ont obligée à se prostituer à Berlin, meurtrie, en fuite, elle hésite à l’accueillir. Pourtant, une amitié finit par naître entre Zara et elle. Aliide aussi a connu la violence et l’humiliation… A travers ces destins croisés pleins de bruit et de fureur, c’est cinquante ans d’histoire de l’Estonie que fait défiler Sofi Oksanen.

—————————————————————————————————————————————————-

Un jour de David Nicholls (10/18)

Lui, Dexter, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant. Elle, Emma, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions. Nous sommes le 15 juillet 1988. Margaret Thatcher est au pouvoir, la new wave bat son plein, Dexter et Emma viennent de passer une nuit ensemble. Ces deux-là ne le savent pas encore mais ils ont vécu un coup de foudre. D’année en année, Dexter et Emma vont se chercher, se perdre, s’aimer, se détester, se séparer, et finir par comprendre qu’ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu’ils sont ensemble. Nous sommes le 15 juillet 2004. Tony Blair est Premier ministre, Robbie Williams cartonne et la vie, la vie qui va, réserve encore bien des surprises…

 

—————————————————————————————————————————————————-

Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir (Points)

Une étreinte furtive avec Anna, un bout de nuit, et Arnljotur s’est retrouvé père d’une petite fille. A vingt-deux ans, il abandonne sa famille et quitte sa terre d’Islande, avec dans ses bagages, quelques boutures de Rosa candida, une rose à huit pétales qu’il cultivait avec sa mère. Il part redonner vie à une roseraie à l’abandon dans un monastère gardé par un moine cinéphile. Un jour, Anna réapparaît pour lui confier sa fille, Flora Sol. Et si l’amour pouvait naître?

—————————————————————————————————————————————————-

Parti tôt, pris mon chien de Kate Atkinson (Le livre de poche)

Leeds dans le Yorkshire. Une journée ordinaire s’annonce pour Tracy Waterhouse, chef de la sécurité dans un centre commercial. Jusqu’à ce qu’elle fasse un curieux achat, qui va faire basculer sa vie… Rebondissements et fausses pistes abondent dans ce roman qui empoigne le lecteur dès la première page et le tient en haleine jusqu’à la fin. Des années 1975 à aujourd’hui, Kate Atkinson nous plonge dans un univers d’un réalisme cru : tueurs en série, prostituées assassinées, enfants enlevés, policiers véreux, mais à sa sauce : c’est drôle, truffé de jeux de mots et d’allusions littéraires. Parti tôt, pris mon chien confirme, s’il en était besoin, que Kate Atkinson est un des grands écrivains de notre temps.

—————————————————————————————————————————————————-

Un autre monde de Barbara Kingsolver (Rivages Poches)

À travers l’histoire de Harrison William Shepherd, Barbara Kingsolver signe une fresque enlevée et nous plonge au cœur des événements les plus tumultueux du XXème siècle.
Ce personnage inoubliable nous entraîne dans un voyage épique, de la ville de Mexico dans les années 30 – où il rencontre Frida Kahlo, Diego Rivera et Trotsky, leader politique en exil, – à l’Amérique de Roosevelt et J.Hedgar Hoover, en plein maccarthysme.

—————————————————————————————————————————————————-

Pense à demain d’Anne-Marie Garat (Babel)

Dernier volume d’un grand roman séculaire qui débute en 1913 avec Dans la main du diable, et se poursuit dans les années 1930 avec L’Enfant des ténèbres, Pense à demain couvre une période qui s’étend des années 1960 à septembre 2010. On y retrouve, trente ans plus tard, les personnages dont les destins dessinent le portrait tragique du siècle. Mais qui « tourne la manivelle » de l’Histoire ? De quel sordide passé aux crapuleuses ramifications mêlant politique et affairisme, les uns et les autres sont-ils comptables ? De quels terribles marécages — et parfois quels charniers — s’élèvent les existences ? Qui a pouvoir de désigner le visage du crime, d’absoudre sa face et d’abolir son image ? Comment naissent les histoires ? Sinon par leur fin, souvent. Ainsi le présent est-il prescrit par hier, et demain, illisible, chiffré au passé, souvent très antérieur.

—————————————————————————————————————————————————-

La balade de Lila K. de Blandine Le Callet (Le livre de poche)

Une jeune femme, Lila K., fragile et volontaire, raconte son histoire. Un jour, des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge. Surdouée, asociale, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Son obsession : retrouver sa mère, recouvrer sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, aseptisé, où les livres n’ont plus droit de cité…

—————————————————————————————————————————————————-

Le rêve d’Amanda Ruth de Michelle Richmond (Pocket)

Le rêve d’Amanda Ruth était d’entreprendre un voyage en Chine sur les traces de ses ancêtres jusqu’à l’un de ces vieux villages, le long des rives du Yangtze, sur le point d’être alors engloutis par la construction du colossal barrage des Trois-Gorges. Mais ce voyage, Amanda Ruth ne le fera jamais car elle a été mystérieusement et sauvagement assassinée à l’âge de dix-huit ans dans sa petite ville de l’Alabama… Quatorze années ont passé. Jenny, son amie d’enfance, remonte le Yangtze avec les cendres d’Amanda dans une boite en fer rouge afin de les disperser non loin des Trois-Gorges. Tout en se laissant submerger par des souvenirs empreints de tristesse et de nostalgie, elle fera surtout le choix de réorienter sa vie…

—————————————————————————————————————————————————-

Crépuscule irlandais d’Edna O’Brien (10/18)

Edna O’Brien écrit ici le roman tumultueux et enfiévré de l’amour maternel. II faudra un long chemin à Eleanora pour comprendre la vraie nature de sa mère, Dilly, qui pour elle avait toujours représenté le poids de la morale et de la tradition. Dilly avait eu beau vouloir dans sa jeunesse échapper à son destin de fille d’Irlande, elle était revenue au pays, résignée, et s’était mariée, après sa tentative avortée de fuite aux États-Unis. Sa fascination pour New York, son premier travail comme bonne à tout faire, et puis le rêve qui tourne court et, dès son retour, l’installation à Rusheen, cette campagne perdue où elle a vécu la majeure partie de sa vie : elle a tout le temps de se les remémorer dans l’hôpital de Dublin où elle attend un diagnostic. Agée et malade, elle ne désire plus qu’une visite de sa fille, à qui elle n’a jamais cessé d’envoyer des lettres aimantes et fascinées. Eleanora, elle, a fui très jeune pour Londres l’étouffante campagne irlandaise. Elle y est désormais célèbre et détestée pour ses romans sulfureux. Quand enfin elle se rend au chevet de sa mère, c’est en coup de vent : elle prétexte un rendez-vous, et part retrouver un amant. Dans sa précipitation, elle oublie son journal intime… Quand elle s’en aperçoit, sa panique est vaine : la vie affranchie et passionnée qu’elle y consigne a sans doute tendu à sa mère un troublant miroir où celle-ci a pu reconnaître l’ombre de ses désirs passés. Eleanora découvrira, trop tard, la dimension de l’amour que lui vouait Dilly.

—————————————————————————————————————————————————-

Des gens très bien d’Alexandre Jardin (Le livre de poche)

Tandis que mon père s’endort peu à peu contre moi, je lui parle une dernière fois : Plus tard, tu ne pourras pas vivre avec le secret des Jardin. Il te tuera… Tu feras un livre, Le Nain Jaune, pour le camoufler. Au même âge que toi, j’en ferai un, Des gens très bien, pour l’exposer. Et je vivrai la dernière partie de ta vie… La mienne. Dors mon petit papa, dors… Ce livre aurait pu s’appeler « fini de rire ». C’est le carnet de bord de ma lente lucidité. A. J.

—————————————————————————————————————————————————-

La mélodie des jours de Lorraine Fouchet (J’ai lu)

Lucie, mère célibataire d’une fillette de 11 ans, est atteinte d’un cancer du sein. Alors qu’elle se retrouve seule dans une nouvelle vie, face à sa maladie, c’est sur un site Internet appelé Site des voisins, que Lucie va découvrir au fil de son traitement de vraies amitiés et faire la connaissance de Charlie.

—————————————————————————————————————————————————-

Les disparues de Vancouver d’Elise Fontenaille (Le livre de poche)

Pourquoi sortir l’affaire des disparues de Vancouver au moment des Jeux olympiques ? Parce qu’elle en est le négatif absolu… D’un côté, les cimes, la blancheur, la glace, l’exploit, la vitesse, les corps vainqueurs [ …]. De l’autre, la noirceur, un gouffre au cœur de la ville, les corps vaincus, détruits… E.F. A Vancouver, les prostituées du downtown eastside disparaissent. Soixante-neuf déjà. Parmi elles, Sarah, jolie, rieuse, pleine de vie. Mais qui se soucie du sort de ces filles qui vendent leur corps pour un peu d’héroïne ? A partir d’un fait divers, un roman émouvant et lucide sur la condition des femmes indiennes.

—————————————————————————————————————————————————-

Parle moi d’amour de Philippe Claudel (Le livre de poche)

Femme

Les enfants ! Comme si tu les connaissais ! Tu t’en es préoccupé de tes enfants ?

Homme

J’ai toujours eu leurs photos sur mon bureau !

Femme

Et c’est en les regardant en photo que tu les as élevés peut-être ? C’est toi qui les as torchés ? Tu t’es réveillé la nuit lorsqu’ils étaient malades ? Tu les as consolés quand ils pleuraient ? Tu les as emmenés au zoo, au cirque, au jardin d’enfants, au Luxembourg pousser des bateaux, faire du poney ?

Homme Chaque année je faisais le père Noël !

Femme

Tu l’as fait deux fois ! Et en plus tellement mal qu’ils t’ont reconnu tout de suite ! Et les anniversaires ? Tu étais là pour les anniversaires avec les copines et copains qui dévastaient systématiquement l’appartement, se gavaient de bonbons et vomissaient ensuite leurs chamallows dans tous les coins ? C’est toi qui t’es fait engueuler par les instituteurs, les professeurs, les principaux, les proviseurs ?

—————————————————————————————————————————————————-

Jpod de Douglas Coupland (J’ai lu)

A Vancouver, Ethan Jarlewski et ses collègues, tous de parfaits geeks, sont développeurs de jeux vidéo. Leurs tournois de Tetris et leurs recherches d’informations futiles sur Internet les préoccupent plus que la mission d’intégrer un personnage de tortue dans un jeu de skate-board.

—————————————————————————————————————————————————-

Fièvre d’ombres (Les chroniques de MacKayla Lane – Tome 5) de Karen Marie Moning (J’ai lu)

MacKayla Lane perd sa soeur Alina, victime à Dublin d’un assassinat aussi cruel qu’inexplicable. Devant la mollesse de la police locale, elle quitte le sud des Etats-Unis pour l’Irlande afin de mener sa propre enquête. Elle y découvre que sa soeur y menait une double vie pleine de mystère au milieu de créatures démoniaques.

—————————————————————————————————————————————————-

Le théorème de Cupidon d’Agnès Abecassis (Le livre de poche)

Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais elle fuit les histoires d’amour. Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu’à conclure. Ils ont le même âge, travaillent tous les deux dans le cinéma, pourtant ils ne se connaissent pas. Enfin, c’est ce qu’ils croient… Entre situations pétillantes et rebondissements irrésistibles, une savoureuse comédie romantique à deux voix, l’une féminine, l’autre qui a mué.

—————————————————————————————————————————————————-

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorties poches juin 2011

Charleston Sud de Pat Conroy (Le livre de poche)

Charleston et San Francisco de l’été 1969 à 1990 . Leo King, dit Toad, Le Crapaud, un rouquin timide et mal dans sa peau, se souvient de l’année de ses 18 ans, des rencontres et des moments qui l’ont marqué à vie (la mort de son frère, retrouvé suicidé dans sa baignoire, son arrestation pour possession de coke, ses deux voisins, des jumeaux beaux comme des dieux, et deux orphelins teigneux qui formeront une bande de 5 inséparables 20 ans durant. Sa mère est une fervente catholique, une admiratrice de J. Joyce, et le proviseur du lycée. Son père y enseigne les sciences. Une ode à l’Amitié qui est aussi le récit du naufrage des existences : une enfance complexée, une adolescence foudroyée, un mariage calamiteux, une traversée périlleuse de l’âge adulte, une vie perchée au-dessus de l’abîme, avec l’amitié pour seul refuge.

[Retrouvez mon avis en cliquant ici]

—————————————————————————————————————————————————-

Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier (Folio)

« La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai ». Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes. Elle trouve une alliée inattendue en Elizabeth Philpot, vieille fille intelligente et acerbe qui l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle Jane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

[Retrouvez mon avis en cliquant ici]

—————————————————————————————————————————————————–

Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini de Katarina Mazetti (Babel)

Linnea, dix-sept ans, ne s’est pas vraiment remise du suicide de Pia, sa meilleure amie. Elle a bien essayé de se faire de nouvelles copines, mais entre celle qui la suit comme un labrador et celle qui joue la star partout où elle passe, ce n’est pas très brillant. Linnea cherche sa place. Elle cherche le sens de la vie, aussi. Et obtient finalement quelques réponses pas idiotes du tout, en questionnant tout le monde et n’importe qui, genre son petit frère : “C’est comme un film, tant qu’on n’a pas vu la fin, on ne peut pas savoir de quoi ça parle. Si ?” Alors elle envoie tout balader, grâce à sa grand-mère qui lui file un paquet d’argent. Linnea décide de partir en voyage. A la gare de Stockholm, elle croise la route de Mark. Un de ces mecs face auxquels on devient Petit Chaperon rouge.

—————————————————————————————————————————————————-

Au delà des pyramides de Douglas Kennedy (Pocket)

Douglas Kennedy au pays des pharaons, ou comment un jeune écrivain encore inconnu débarque à Alexandrie il y a plus de vingt ans, quelques livres sterling et cinq carnets de voyage en poche, bien décidé à éviter les pyramides, la croisière sur le Nil et autres classiques du voyage en Orient. D’Alexandrie à Assouan en auto-stop, de l’oasis de Siwa aux bidonvilles du Caire, une fascinante plongée dans l’envers du décor, où notre apprenti écrivain voyageur va multiplier les rencontres inhabituelles : à quinze mètres du sphinx, un vendeur de Toyota dont le coeur balance entre trois épouses, le prophète Mahomet et sa collection de Mercedes ; un inquiétant pilote de felouque au coeur brisé par une Française ; des Bédouins accroc à CNN ; des moines informaticiens en plein coeur du désert… Autant de confrontations hilarantes, de scènes cocasses pour les errances d’un Américain en terre musulmane. Entre récit et mémoire, – une irrésistible chronique de voyage servie par l’oeil et la plume aiguisés du reporter, pour un futur classique, dans la lignée de Paul Theroux et Bruce Chatwin.

—————————————————————————————————————————————————–

Pirates de Michaël Crichton (Pocket)

1665, la Jamaïque est une petite colonie britannique perdue au milieu des possessions de l’Empire espagnol. Port Royal, capitale de l’île, n’est pas un endroit où s’établir si l’on veut vivre centenaire: c’est un véritable coupe-gorge où se bousculent aventuriers, loups de mer, filles de mauvaise vie et autres repris de justice. Du point de vue du capitaine Edward Hunter, cependant, la vie sur l’île est riche de promesses. Il faut juste s’y entendre un peu en matière de piraterie… La rumeur circule justement qu’un navire chargé d’or est à quai dans le port voisin de Matanceros. Gouvernée par le sanguinaire Cazalla, l’un des chefs militaires favoris du roi d’Espagne, l’île est réputée imprenable. Qu’à cela ne tienne! Hunter met rapidement sur pied une équipe pour s’emparer du galion. Une femme pirate, fine gâchette dotée de la meilleure vue des Caraïbes, un ancien esclave, muet doué d’une force herculéenne, un vieillard paranoïaque expert en explosifs, et le plus remarquable barreur du Nouveau Monde seront ses compagnons de voyage…

—————————————————————————————————————————————————–

Le chuchoteur de Donato Carrisi (Le livre de poche)

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

—————————————————————————————————————————————————-

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katerine Pancol (Le livre de poche)

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

—————————————————————————————————————————————————-

Seul dans le noir de Paul Auster (Babel)

“Seul dans le noir, je tourne et retourne le monde dans ma tête tout en m’efforçant de venir à bout d’une insomnie, une de plus, une nuit blanche de plus dans le grand désert américain.” Ainsi commence le récit d’August Brill, critique littéraire à la retraite. Contraint à l’immobilité par un accident de voiture, il s’est installé dans le Vermont chez sa fille Miriam, qui ne parvient pas à guérir de la blessure que lui a infligée un divorce pourtant déjà vieux de cinq ans. Elle vient de recueillir sa propre fille, Katya, anéantie par la mort en Irak d’un jeune homme avec lequel elle avait rompu, précipitant ainsi, du moins le croit-elle, le départ de ce dernier pour Bagdad… Pour échapper aux inquiétudes du présent et au poids des souvenirs, peu glorieux, qui l’assaillent dans cette maison des âmes en peine, Brill se réfugie dans des fictions diverses dont il agrémente ses innombrables insomnies. Cette nuit-là, il met en scène un monde parallèle où le 11 Septembre n’aurait pas eu lieu et où l’Amérique ne serait pas en guerre contre l’Irak mais en proie à une impitoyable guerre civile. Or, tandis que la nuit avance, imagination et réalité en viennent peu à peu à s’interpénétrer comme pour se lire et se dire l’une l’autre, pour interroger la responsabilité de l’individu vis-à-vis de sa propre existence comme vis-à-vis de l’Histoire. En plaçant ici la guerre à l’origine d’une perturbation capable d’inventer la “catastrophe” d’une fiction qui abolit les lois de la causalité, Paul Auster établit, dans cette puissante allégorie, un lien entre les désarrois de la conscience américaine contemporaine et le questionnement qu’il poursuit quant à l’étrangeté des chemins qu’emprunte, pour advenir, l’invention romanesque.

—————————————————————————————————————————————————-

Le miroir de Cassandre de Bernard Weber (Le livre de poche)

Et vous, que feriez-vous si vous vouliez voir le futur et que personne ne vous croie ?

—————————————————————————————————————————————————-

L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Reif Larsen

T. S. Spivet est un jeune prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, le musée Smithsonian l’appelle : le très prestigieux prix Baird lui a été décerné et il est invité à venir faire un discours. À l’insu de tous, il décide alors de traverser les États-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC… Mais là-bas personne ne se doute qu’il n’est qu’un enfant. Muni d’un télescope, de quatre compas et des Mémoires de son arrière-arrière-grand-mère, T. S. entreprend un voyage initiatique qui lui permettra peut-être enfin de comprendre comment marche le monde… Notes, cartes et dessins se mêlent au récit avec un humour et une fantaisie irrésistibles.

—————————————————————————————————————————————————-

Fourrure d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre

C’est en passant devant un kiosque à journaux du boulevard Pierre-Seymard, à Nice, qu’Ondine apprend le suicide de sa mère, la grande écrivaine Zita Chalitzine. On l’a retrouvée dans une voiture enveloppée dans un magnifique manteau de fourrure blanc. Zita, qui avait passé sa vie à faire scandale, ne se départ pas de sa réputation. Et juste avant de disparaître, elle faisait encore parler d’elle : elle n’aurait été qu’un prête-nom aux livres qui ont fait son succès. Ondine ne veut rien savoir de sa génitrice qui n’a été qu’une pâle imitation de ce que devrait être une mère et qui n’a jamais voulu lui dire qui était son père.
Et pourtant, en rangeant les affaires de Zita, après l’enterrement, Ondine découvre le dernier livre de sa mère, non publié, son autobiographie.
Le lecteur entre alors de plein fouet dans la vie extraordinaire de Zita, petite fille pauvre, élevée dans la loge de son énorme mère, Madame Lourdes.
Devenue la protégée de la famille propriétaire de l’immeuble dans lequel elle vit, elle découvre la haute société, la vie facile de ceux qui ont les moyens, la culture, la finesse. Après son bac, elle gagne son indépendance en devenant une des filles de Madame Claude et par la même occasion la maîtresse du grand auteur Romain Kiev. Coqueluche du tout-Paris des années 1970, elle illustre ce temps où tout était possible.
Les fêtes, les drogues, Yves Saint-Laurent, les belles voitures, on suit Zita dans un tourbillon d’avant crise. Mais aussi dans sa chute, dans sa déchéance. Lorsque l’on est monté si haut, on ne peut que redescendre très bas.
—————————————————————————————————————————————————-

Je veux vivre de Jenny Downham (Pocket)

Tessa vient d’avoir seize ans et se sait condamnée. Dans quelques semaines, elle mourra d’une leucémie. Partagée entre la révolte et l’angoisse, l’injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité… Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !
—————————————————————————————————————————————————-
Comment se débarrasser d’un vampire amoureux de Beth Fantaskey (le livre de poche)

Jessica attendait beaucoup de son année de Terminale : indépendance, liberté, fêtes…
Elle n’avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu ! Adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, Jessica découvre avec stupeur qu’elle est fiancée à un prince vampire depuis sa plus tendre enfance, et qu’il a bien l’intention de réclamer sa promise. Séduisant, ténébreux, romantique, Lucius est persuadé que Jessica va lui tomber dans les bras. Mais la jeune fille a d’autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu’il soit.
Beth Fantaskey signe là une comédie romantique riche en suspense et en rebondissements, où les amoureuses de vampires (et les autres) trouveront bon nombre de conseils avisés…

—————————————————————————————————————————————————-
Une vengeance au goût amer d’Ann Rule (Le livre de poche)

Mike et Deborah ont tout pour être heureux. Ce jeune couple de médecins a trois enfants, habite dans une banlieue cossue. Mais leur bonheur s’effrite. Mike souffre de maux de tête dont nul ne connaît la cause. Leur maison est incendiée et deux des enfants meurent. La police cherche un début de piste.

—————————————————————————————————————————————————-

Le coeur en dehors de Samuel Benchetrit (Le livre de poche)

Ce roman, c’est l’histoire de Charlie Traoré, un gamin (dix ans), black d’origine malienne, adorable, vivant en banlieue, entre la Tour Rimbaud et la Tour Simone de Beauvoir, et dont tout l’univers se résume aux copains, à une amoureuse prénommée Mélanie, à son frère drogué, et à sa mère surtout – qui, au début du livre, est « appréhendée » par la police car ses papiers ne sont pas en règle. Pendant toute cette journée (les chapitres du livre, d’ailleurs, se contentent d’être titrés par l’heure qui tourne), Charlie va errer dans sa cité. Il va chercher son frère Henry, rendre viste à des braves gens, frôler des voyous, jouer au foot, sécher l’école, rêver, suivre ses folles associations d’idées, ses digressions d’enfant-adulte, attendre sa mère, si douce, si aimante… Mais ce roman, c’est surtout une langue, un style, une vision innocente du monde. Ici, c’est Charlie qui parle, pense, regarde – et il est alors difficile de ne pas évoquer à son sujet le légendaire Attrape-cœur de Salinger. Car le petit Charlie est vraiment attachant et le regard qu’il pose sur sa « cité » sordide et magnifiée est, à chaque ligne, rempli de drôlerie et d’éblouissement. Au début du livre, il croit que Rimbaud n’est qu’une Tour. A la fin du roman, il saura que c’était un poète qui dit des choses qui lui semblent vraies et proches. Son Odyssée de l’aube jusqu’au soir, est de celles qui ne s’oublient pas. Pas l’ombre d’un misérabilisme ici : un enchantement de tendresse et d’humour.

—————————————————————————————————————————————————-

Miel et vin de Myriam Chyrousse (Le livre de poche)

Au château, l’enfant « maudit » cause incendies, maladies et accidents mortels autour de lui. Rien ni personne ne lui résiste. Ce bâtard finira pourtant par devenir Charles de l’Éperai, l’héritier en titre. Non loin de là, une enfant est abandonnée dans la forêt. Recueillie par une famille noble, elle grandit sous le nom de Judith de Monterlant. Les destinées de ces deux êtres vont se croiser : ils s’attirent irrésistiblement et s’égarent dans les méandres d’une passion dévorante. Pourtant Judith se marie avec un autre homme. 1789 : le monde bascule et les nobles sont aux abois. Charles, malgré son rang, épouse la cause révolutionnaire. Que va-t-il advenir des amants ?

—————————————————————————————————————————————————-

Nuits d’été en Toscane d’Esther Freud

Lara vient d’avoir 17 ans et son père, qu’elle connaît à peine mais qui est introduit dans le meilleur monde, lui demande de façon inattendue de passer des vacances en Toscane avec lui. Entre deux piscines et deux villas somptueuses, Lara brûle les étapes d’une éducation sentimentale dont son père n’est pas le moindre acteur, et découvre un monde étrange et troublant. Qui est qui ? Qui aime qui ? Qui trompe qui ? Nonchalant, plein des couleurs et de la chaleur toscanes, un livre sensuel, tout en non-dits, qui livre un portrait d’adolescente très juste, une belle relation entre un père et sa fille…

—————————————————————————————————————————————————-

L’inde en héritage d’Abha Dawesar (10/18)

De sa chambre, située entre les cabinets de ses parents médecins, avec les microbes et les bactéries pour compagnons de jeux, un petit garçon ausculte son entourage. Observateur discret, il capte l’imposture ambiante, perçoit la violence qui vérole le système. Un regard acide et sans concession sur la société indienne contemporaine. Décapant.

—————————————————————————————————————————————————-

Rendez-vous sur Hellocoton !