Catégorie : Lectures

[Romance] L’île aux papillons – Corina Bomann

lileauxpapillons

2008, alors qu’elle vient de découvrir que son mari la trompe, Diana quitte précipitamment Berlin pour se rendre au chevet de sa grand-tante Emmely, dont elle est très proche. Elle retrouve le manoir familial des Tremayne, laissé aux bons soins du majordome Mr Green. Avant de mourir Emmely demande à Diana de faire la lumière sur un ancien secret de famille, lié à l’arrière-arrière grand-mère de Diane, Grace, et à sa sœur Victoria. Les recherches de Diana vont l’emmener jusqu’au Sri Lanka, où s’étaient installés ses ancêtres à la fin du XIXème siècle.

Nouvelle lecture en tant que Lectrice Charleston 2014, et c’est pour l’instant le livre que j’ai préféré depuis le début de cette aventure. Au début du roman j’ai d’abord eu un peu de mal à m’y retrouver dans les nombreux personnages féminins (il manque peut-être un petit arbre généalogique auquel se référer) mais une fois confortablement installée dans ma lecture j’ai beaucoup aimé ce voyage entre un vieux manoir anglais et le Sri Lanka du XIXe. Moi qui ne suis pourtant pas fan des romans exotiques d’habitude j’ai vraiment été subjuguée par la description de cette île aux papillons (c’est l’un des surnoms du Sri Lanka) et des plantations de thé.

La recherche du secret familial est passionnante: l’auteur sait titiller notre curiosité en distillant les indices au compte-gouttes, et en les présentant sous différentes formes (des lettres, des photos, une mystérieuse feuille de palme, un petit guide de voyage, etc…). J’ai eu beaucoup de mal à reposer le roman et j’ai dévoré les 200 dernières pages, le cœur battant, happée et émue par la destinée de Grace. A la fois enquête et saga familiale, roman historique et exotique, roman d’amour, L’île aux papillons est un délicieux moment d’évasion.

L’île aux papillons, éditions Charleston mars 2014, 432 pages – Note/4 etoiles

Sur Amazon vous pouvez lire les premières pages
Sur le site des éditions Charleston vous trouverez également l’avis des autres lectrices Charleston 2014 et une interview de l’auteur.

 

Challenge petit bac 2014

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorties Poches Mars 2014

Le roman du mariage – Jeffrey Eugenides (Points, 6 mars)

A l’université de Brown, au début des années 1980, une fille et deux garçons découvrent avec exaltation la littérature, le sexe, Roland Barthes et les Talking Heads. Mitchell tombe sous le charme de Madeleine, qui lui préfère Leonard… Tel un personnage de Jane Austen, la jeune femme se retrouve au cœur d’un dilemme amoureux. Mais les temps ont bien changé depuis l’époque d’Orgueil et Préjugés

——————————————————————————————————————————————————

Mon père est femme de ménage – Saphia Azzeddine (j’ai lu, 5 mars)

Polo a 13 ans quand il commence à raconter son quotidien que seul l’amour de son père vient illuminer, puis plus tard son amour pour les mots.

——————————————————————————————————————————————————

La maison d’hôtes (Retour à Cedar Cove 1) – Debbie Macomber (J’ai lu, 5 mars)

Après la mort de son époux, Jo Marie ouvre une maison d’hôtes non loin de Seattle et accueille les âmes en peine afin de retrouver le chemin du bonheur et de l’amour.




——————————————————————————————————————————————————

Bloody Miami – Tom Wolfe (Pocket, 6 mars)

Miami, c’est l’image la plus inquiétante et la plus contrastée de l’Amérique de ce début de siècle : riche et pauvre, flamboyante et violente, lumineuse et sombre. Elle offre un kaléidoscope de tableaux violents où se croisent Cubains, Russes, Américains, Nicaraguayens… C’est dans ce chaos urbain que Nestor, un jeune policier cubain de 26 ans, se retrouve mis au ban de sa communauté. On y rencontre aussi Magdalena – sa ravissante petite amie –, un psychiatre accroc au sexe – star des plateaux télé —, un professeur haïtien qui risque la ruine pour que ses enfants soient pris pour des Blancs, un chef de la police noir… Dans cet enfer cosmopolite, ce monde de damnés, Nestor trouvera-t-il son identité ? Cubain, américain ou… paria ?


——————————————————————————————————————————————————

06h41 – Jean-Philippe Blondel (Pocket, 6 mars)

Le train de 06h41, départ Troyes, arrivée Paris. Bondé, comme tous les lundis matins. Cécile Duffaut, quarante-sept ans, revient d’un week-end épuisant chez ses parents. Elle a hâte de retrouver son mari, sa fille et sa situation de chef d’entreprise. La place à côté d’elle est libre. S’y assied, après une légère hésitation, Philippe Leduc. Cécile et lui ont été amants vingt-sept ans auparavant, pendant quelques mois. Cela s’est très mal passé. À leur insu, cette histoire avortée et désagréable a profondément modifié leurs chemins respectifs. Tandis que le train roule vers Paris et que le silence s’installe, les images remontent. Ils ont une heure et demie pour décider de ce qui les attend…

——————————————————————————————————————————————————

Fleur de tonnerre – Jean Teulé (Pocket, 6 mars)

C’était au temps ou l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait inlassablement les manigances des êtres surnaturels qu’on savait responsables de la misère et des maux qui frappaient sans relâche. De tous, l’Ankou, l’ouvrier de la mort, était le plus craint, et c’est cette terrible image qui frappa avec une violence inouïe l’esprit de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des gigantesques menhirs, l’enfant minuscule se persuada qu’elle était l’incarnation de l’Ankou. Elle devait donc tuer tous ceux qui se trouveraient sur sa route et remplit sa mission avec une détermination et un sang-froid qui glacent le sang. Après avoir empoisonné sa propre mère qui l’avait surnommée « Fleur de tonnerre », elle sillonna la Bretagne, éliminant sans la moindre hésitation tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette cuisinière si parfaite. Elle tuait tout le monde, hommes, femmes, enfants, vieillards et nourrissons. Elle empoisonnait dans les maisons, dans les presbytères, dans les couvents, dans les bordels. Et elle était si bonne, si compatissante aux chevets des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. Au contraire, on plaignait cette personne si dévouée que la malchance conduisait toujours dans des familles victimes de la guigne. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre, le jour où elle s’attaqua à un ancien juge, expert en affaires criminelles. Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.

——————————————————————————————————————————————————

Complètement cramé – Gilles Legardinier (Pocket, 13 mars)

Lassé d’un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu’il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme.
En débarquant au domaine de Beauvillier, là où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui cherchait un moyen d’en finir va être obligé de tout recommencer…

——————————————————————————————————————————————————

Le palais de minuit – Carlos Ruiz Zafon (Pocket, 6 mars)

Calcutta, 1916. Dès leur naissance, les jumeaux Ben et Sheere sont séparés par un terrible drame. Sheere est confiée à sa grand-mère tandis que Ben est mis à l’abri dans un orphelinat. Il s’y fait six fidèles amis, avec lesquels il fonde la Chowdar Society. Cette fraternité secrète se retrouve dans les ruines de l’étrange Palais de Minuit. Le jour de leurs seize ans, Sheere et Ben sont réunis. Une ombre maléfique se déchaîne alors. Quelle est cette force qui s’attaque aux jumeaux ? Quel secret cache cette haine féroce ? C’est au cœur de l’ancienne gare de Calcutta que les membres de la Chowdar Society doivent découvrir la vérité. Dans ce lieu maudit, ravagé le jour même de son inauguration par un incendie qui a fait plus de cent morts, Ben et Sheere vont affronter les vérités de leur passé.

——————————————————————————————————————————————————

Le passeur de temps – Mitch Albom (Pocket, 20 mars)

Pour s’être attiré les foudres des dieux le jour où il a réussi à créer la première horloge, Dor est emprisonné dans une cave pendant des siècles, contraint d’écouter les voix suppliantes de tous ceux qui, venant après lui, quémandent du temps, toujours plus de temps. Jusqu’au jour où on lui donne la possibilité de se racheter.
Projeté en 2012, Dor va devoir s’acquitter d’une mission : faire comprendre à deux personnes sur Terre le vrai sens du temps : une adolescente prête à mettre fin à ses jours et un riche homme d’affaires condamné par la maladie, désireux, lui, de vivre éternellement.
Pour se sauver lui-même, Dor va devoir les sauver.

——————————————————————————————————————————————————

L’atelier des miracles – Valérie Tong Cuong (J’ai lu, 5 mars)

Une professeure au bout du rouleau, une jeune femme trop solitaire qui se jette dans le vide et un déserteur qui se fait passer à tabac par une bande dans la rue sont accueillis par Jean dans son Atelier des âmes cassées. Les locataires de l’Atelier vont devoir accepter leur part d’ombre et le mystérieux Jean tire les ficelles d’un jeu de plus en plus dangereux. Prix Nice Baie des Anges 2013.

——————————————————————————————————————————————————

Black-out – Connie Willis (J’ai lu, 12 mars)

En 2060, les voyages dans le temps sont devenus chose courante et de nombreux historiens partent en mission. Soudainement, le labo des voyages temporels les annule toutes et modifie les programmes. Le plus terrible, c’est cette impression que l’histoire elle-même échappe à tout contrôle. La règle d’or établissant que nul ne peut modifier le passé semble ne plus être valable.

——————————————————————————————————————————————————

Infidélités – Vita Sackville-West (Le livre de poche, 12 mars)

Elle n’a que lui et elle l’adore, mais lui ne pense qu’à s’enfuir au plus vite… Elle dort à ses côtés, et lui, « les yeux grand ouverts dans la nuit », rêve à une autre… Elle attend depuis toujours qu’il s’engage, et lui ne peut attendre de lui révéler sa nouvelle existence… L’amour à sens unique, l’amour trahi, la vie qui se fendille en une seule phrase, négligemment glissée dans la conversation :dans ces six nouvelles composées entre 1922 et 1932, Vita Sackville-West montre une fois de plus à quel point elle excelle dans le tableau doux-amer des sentiments inexprimés.

——————————————————————————————————————————————————

L’île des beaux lendemains – Caroline Vermalle ( Pocket, 6 mars)

À soixante-treize ans, Jacqueline découvre que son cœur en a dix-sept et abandonne tout, décidée à remonter le temps vers les promesses de sa jeunesse. Marcel, son époux délaissé, affronte la descente de la Loire et toutes les rivières de l’enfer pour partir à sa recherche. Leurs chemins croisent ceux de Paul, ancien prêtre et amateur astronome, fasciné par une étoile morte à l’aube du monde, et de Nane, aristocrate gouailleuse et rebelle, qui panse les plaies des âmes en peine avec les douceurs de l’Île-d’Yeu. C’est auprès d’elle que Jacqueline fera le plus beau des apprentissages : celui de la liberté. Ils ont trois cents ans à eux quatre, et leur aventure commence tout juste. Tissée de poésie, d’espoir et de lumière, l’histoire de gens ordinaires qui découvrent qu’il n’est jamais trop tard pour devenir soi-même.

——————————————————————————————————————————————————

La vie contrariée de Louise – Corinne Royer (Pocket, 20 mars)

Lorsque James Nicholson apprend l’existence d’une grand-mère qui vit en France, au Chambon-sur-Lignon, il est trop tard. Comme seul testament, Louise laisse à son petit-fils venu des États-Unis un cahier rouge, journal intime de sa jeunesse. Au fil des pages lues par Nina, serveuse dans le petit hôtel où il séjourne, l’Américain découvre que le village protégea des milliers de réfugiés sous l’Occupation. Pourtant, même les plus belles histoires recèlent leur part d’ombre et de mystère. De la liaison de Louise avec Franz jusqu’au terrible secret des enfants cachés, James plonge dans un passé familial où la barbarie bouscule l’innocence et l’amour. Nul ne peut tout à fait se soustraire à son destin, mais il appartiendra à Nina, la lectrice, de décider si toute vérité est, ou non, bonne à dire.

——————————————————————————————————————————————————

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

[BD] Le train des orphelins – Xavier Fourquemin & Xavier Charlot

le train des orphelins 002

Cette série s’inspire de faits réels: Entre 1853 et 1929, environ 250.000 enfants des rues de New York (qui n’étaient pas tous orphelins) furent envoyés vers l’Ouest pour y être adoptés.  Ces enfants étaient souvent considérés comme de la main d’œuvre bon marché dans des zones rurales qui avaient besoin de bras.

Le déroulement de ces adoptions sauvages sont ici très bien décrites: de ville en ville on installait les enfants sur un podium (en les faisant éventuellement chanter ou danser) pour que de potentiels adoptants puissent les observer sous toutes les coutures, un peu comme dans une foire aux bestiaux. Les fratries étaient séparées, les handicapés rejetés. On incitait les enfants à oublier leur passé, on leur confisquait leurs photos ou leurs souvenirs.

La série Le train des orphelins compte 3 tomes pour l’instant, divisés en deux cycles. Le 1er cycle est composé du tome 1 (Jim) et du tome 2 (Harvey), le 2ème cycle du tome 3 (Lisa) et d’un tome 4 qui paraîtra le 12 mars prochain (Joey). Un 3ème cycle serait également prévu.

Dans les deux premiers tomes on suit Jim, qui vit dans un orphelinat new-yorkais en 1920, et qui s’apprête à prendre l’un de ces trains pour l’ouest avec son petit frère Joey. Il ne perd pourtant pas l’espoir que leur père pourra – voudra – les récupérer dans un avenir proche. Sur sa route il va croiser le jeune Harvey et son destin en sera changé à jamais. Que s’est-il passé entre les deux enfants pour que Jim ressente le besoin d’une ultime confrontation avec Harvey près de 70 ans plus tard? Le 3ème tome s’attache aux pas de Lisa, une jeune fille qui n’était pas destinée à être adoptée, elle devait s’occuper des plus petits, mais elle est embarqué par une brute épaisse qui veut l’épouser. Elle va s’enfuir, emmenant malgré elle Joey, le petit frère de Jim.

J’ignorais l’existence de ces orphan trains , et de cette histoire incroyable et douloureuse, les auteurs ont su tirer une BD vraiment passionnante et émouvante. On y suit les personnages enfants mais aussi une fois devenus adultes,  et on y partage la difficulté que rencontre Jim notamment quand il décide d’entamer des recherches sur son passé. J’ai adoré l’histoire, pleine de rebondissements, le dessin très dynamique, et les personnages particulièrement attachants. Bref c’est un vrai coup de coeur!

Les Etats-Unis n’a pas été le seul pays à mettre en place ce genre de pratique: Entre 1963 et 1982, 1 630 enfants réunionnais ont été ainsi déplacés dans les campagnes françaises, notamment dans la Creuse. Le 18 février 2014 l’assemblée nationale a reconnu la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire dite « des Enfants de la Creuse ».

 Le train des orphelins, tomes 1 à 3, Bamboo éditions  – 5 étoiles

 

Challenge petit bac 2014

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] En cas de forte chaleur – Maggie O’Farrell

encasdefortechaleurNetB

Eté 1976, alors que Londres est écrasée par une chaleur caniculaire, Robert, retraité discret d’origine irlandaise, part comme tous les matins acheter son journal, et disparaît. Malgré leurs problèmes personnels et leurs différends, ses 3 enfants viennent soutenir leur mère Gretta. Il y a la sage Monica, la préférée, qui a séduit son ennuyeux mari sur un malentendu et doit désormais subir un week-end sur deux la haine de ses belle-filles. Michael Francis, l’aîné, est aux prises avec de sérieux problèmes de couple qui prennent leur source il y a bien longtemps, quand il a du abandonner sa thèse pour subvenir aux besoins de sa famille. Le plus difficile sera de joindre Aoife, la petite dernière, le vilain petit canard, qui s’est exilée aux Etats-Unis et a quasiment coupé les ponts avec sa famille depuis une violente altercation avec sa sœur.

La disparition du père (qui sert de prétexte et de fil directeur mais n’occupe finalement pas une place centrale au sein du roman) va obliger les trois enfants et leur mère à se retrouver une nouvelle fois réunis dans la maison familiale et à s’interroger sur leurs liens. Leur offrir une dernière chance de recoller les morceaux. Eux qui étaient si proches pendant leur enfance, comment ont-ils pu s’éloigner à ce point?

En se retrouvant bien malgré eux à leur point de départ, dans cette maison où ils ont grandi,  ils vont aussi être confrontés à leurs échecs respectifs. A l’instar du père disparu, chaque personnage porte en lui un secret inavouable. Des secrets plus ou moins graves, de ceux qui vous empoisonnent l’existence, de ceux qui vous construisent et vous révèlent aussi. Empêtré dans les non-dits, les mensonges et les frustrations, chacun a préféré finalement se recroqueviller dans sa coquille plutôt que de dévoiler son vrai visage.

Au fil du roman les portes vont s’entrebâiller, la famille se reconstruire, et au bout du chemin chaque personnage sera aussi le dépositaire du secret de quelqu’un d’autre, allégeant un peu son fardeau et recréant le début d’un lien fraternel à la fois si solide et si fragile. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman psychologique – que j’ai dévoré en quelques jours – qui traite tout en douceur et en finesse de la difficulté des relations familiales.

En cas de forte chaleur de Maggie O’Farrell, traduction de Michèle Valencia, 348 pages, éditions Belfond 2014 – Note/4 etoiles– Retrouvez cet avis, et bien d’autres, sur Babelio.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorties Poches – Février 2014

La singulière tristesse du gâteau au citron – Aimee Bender (Points, 6 février)

coeur Un de mes coups de cœur!

Le jour de ses 9 ans, Rose mord avec délice dans son gâteau d’anniversaire. S’ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément le mal-être éprouvé par sa mère en le préparant. Car, dans sa famille, chacun dispose d’un pouvoir unique, qu’il doit taire ; pour ces super-héros du quotidien, ce don est un fardeau. Comment supporter le monde quand la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

——————————————————————————————————————————————————

l'age des miracles pocheL’âge des miracles – Karen Thompson Walker (10-18, 20 février)

coeur Un de mes coups de cœur!

Une journée d’octobre apparemment comme les autres, l’humanité découvre avec stupeur que la vitesse de rotation de la Terre a ralenti. Les jours atteignent progressivement 26, 28 puis 30 heures. La gravité est modifiée, les oiseaux, désorientés, s’écrasent, les marées se dérèglent et les baleines s’échouent… Tandis que certains cèdent à la panique, d’autres, au contraire, s’accrochent à leur routine, comme pour nier l’évidence que la fin du monde est imminente. En Californie, Julia est le témoin de ce bouleversement, de ses conséquences sur sa communauté et sa famille. Adolescente à fleur de peau, elle est à l’âge où son corps, son rapport aux autres et sa vision du monde changent : l’âge des miracles. Entre roman d’anticipation et roman d’apprentissage, L’Age des miracles est un livre visionnaire sur la capacité d’adaptation de l’homme, poussée ici à son paroxysme.

——————————————————————————————————————————————————

  Cinquante nuances de Grey – EL James (Le livre de poche, 5 février)

Anastasia Steele, étudiante en littérature, a accepté la proposition de son amie journaliste de prendre sa place pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime chef d’entreprise de Seattle. Dès le premier regard, elle est à la fois séduite et intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier, jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille à mi-temps et lui propose un rendez-vous. Ana est follement attirée par cet homme. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, elle découvre son pouvoir érotique, ainsi que la part obscure qu’il tient à dissimuler… Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances de Grey est le premier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

——————————————————————————————————————————————————

Sacrifices de Pierre Lemaître (Le livre de poche, 5 février)

« Un événement est considéré comme décisif lorsqu’il désaxe complètement votre vie. Par exemple, trois décharges de fusil à pompe sur la femme que vous aimez. » Anne Forestier, la nouvelle compagne du commandant Verhoeren, est l’unique témoin d’un braquage dans une bijouterie des Champs-Elysées. Elle a été violemment tabassée et laissée pour morte. Atmosphère glaçante, écriture sèche, mécanique implacable : Pierre Lemaitre a imposé son style et son talent dans l’univers du thriller. Après Alex, il achève ici une trilogie autour du commandant Verhoeven, initiée avec Travail soigné. Par l’auteur de Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013.

——————————————————————————————————————————————————

Ce que je peux te dire d’elles Anne Icart (Pocket, 6 février)

Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça. Les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché, dans la nuit, d’un petit garçon. Blanche est bouleversée, elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire… Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au cœur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles.

 

——————————————————————————————————————————————————

La famille Fang de Kevin Wilson (Pocket, 20 février)

Caleb et Camille ont dédié leur vie à la performance artistique. Annie et Buster, leurs 2 enfants, ont fait partie, contre leur gré, de leurs oeuvres. Une fois adultes, ils s’aperçoivent que le chaos de leur enfance les a rendus inadaptés à la société. Revenus dans la maison familiale, ils vont être confrontés à une mise en scène de leurs parents dépassant toutes les précédentes.

——————————————————————————————————————————————————

  Karoo – Steve Tesich (Points, 13 février)

Égoïste et cynique, Saul Karoo ment comme il respire et noie ses névroses familiales dans la vodka. Son métier, script doctor, consiste à dénaturer des chefs-d’œuvre pour les aligner sur les canons hollywoodiens. Quand sa carrière croise celle de Leila Millar, une jeune actrice médiocre, il décide contre toute attente de la prendre sous son aile. Car ils sont liés par un secret inavouable…

——————————————————————————————————————————————————

Libellules de Joël Eggloff (Folio, 6 février)

Il y a, dans Libellules, un enfant qui grandit et sans cesse s’interroge, un père qui aimerait pouvoir lui répondre, il y a cette femme qui, du matin au soir, secoue son linge à sa fenêtre, il y a Kate, là-bas, en Antarctique, et la tragique histoire d’un chapeau à la mer… Avec tendresse et bienveillance, un homme, écrivain, porte un regard sensible et drôle sur le monde qui l’entoure.

——————————————————————————————————————————————————

Le journal secret d’Amy Wingate de Willa Marsh (J’ai lu, 5 février)

Institutrice à la retraite, Amy se met à tenir un journal intime dans lequel elle revient sur son passé : ses anciens amants, son ami punk Gary, etc. Mais elle relate également des événements présents comme le drame conjugal de sa copine Francesca.

——————————————————————————————————————————————————

Une faiblesse de Carlotta Delmont – Fanny Chiarello (Points, 13 février)

En avril 1927, alors qu’elle vient de triompher dans sa première Norma parisienne, Carlotta Delmont disparaît. Fugue, suicide, enlèvement ? Pendant deux semaines, la police, la presse, le public et les proches de la cantatrice américaine s’interrogent. Jusqu’à ce qu’elle reparaisse et que leurs interrogations se reportent sur les raisons de sa fuite. Où était-elle pendant tout ce temps ? Avec qui ?

——————————————————————————————————————————————————

Graveney Hall – Linda Newbery (Le livre de poche, 29 janvier)

Quand Greg, un adolescent féru de photographie, découvre les ruines de la demeure de Graveney Hall, il sait tout de suite qu’il tient un beau sujet. Épaulé par Faith, la fille d’un bénévole qui restaure la propriété, il va tenter de percer le secret de cette mystérieuse bâtisse et de son dernier héritier, Edmund Pearson, disparu dans d’étonnantes circonstances pendant la Première Guerre mondiale. L’enquête va révéler bien plus de choses sur lui-même que Greg n’aurait pu l’imaginer. L’auteur très remarquée du roman De pierre et de cendre n’a pas son pareil pour recréer l’atmosphère et les mentalités d’hier, cerner les interrogations et les idéaux d’aujourd’hui, et rendre émouvant un récit où se mêlent l’étrange, le poids de l’Histoire, la violence et le désir.

——————————————————————————————————————————————————

Egarés – Emma Donoghue (Le livre de poche, 5 février)

Le départ, la route, l’arrivée : les trois parties de ce recueil de nouvelles marquent les étapes du voyage, de l’errance, de l’exil. Par-delà les époques, l’auteur nous entraîne du Massachusetts puritain au New Jersey révolutionnaire, passant par la Louisiane belliqueuse, jusqu’aux bas-fonds sordides de Toronto. Immigrés à la recherche d’une vie meilleure, orphelins transférés, esclaves en quête de liberté, voleurs de grands chemins…, tous sont en mouvement, que ce soit pour partir, arriver, ou découvrir de nouveaux lieux, loin de leurs identités familiale et nationale. Mais dans ces « fictions historiques » (l’auteur a effectué un véritable travail d’historienne), tout n’est pas dramatique, et l’errance peut mener aussi à la découverte de soi.

——————————————————————————————————————————————————

Des nœuds d’acier – Sandrine Colette (Le livre de poche, 29 janvier)

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

——————————————————————————————————————————————————

 Ce que cache ton nom – Clara Sanchez (Le livre de poche, 29 janvier)

Sandra, jeune femme d’une trentaine d’années, sans véritables attaches, enceinte d’un homme qu’elle vient de quitter, s’installe dan un village isolé de la côte est espagnole. Sur la plage où elle passe ses journées, elle fait la connaissance d’un couple d’octogénaires norvégiens, les Christensen. Rapidement, ils la prennent sous leur aile et la traitent comme la petite-fille qu’ils n’ont jamais eue. Mais un vieil homme tout juste débarqué d’Argentine va venir perturber cette belle entente : Julián, survivant du camp de Mathausen, révèle à Sandra le véritable visage des Christensen. D’abord méfiante, elle finit tout de même par se rendre à l’évidence. Le couple ne semble-t-il pas l’attirer chaque jour davantage dans ses filets ? Mais elle ne se rend pas encore compte que la connaissance de la vérité met sa vie en danger. À moins qu’elle ne lui donne un but, et lui permette de grandir…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !