Catégorie : Romans étrangers

Les grandes espérances – Charles Dickens

Ce recueil publié dans la collection Bouquins de Robert Laffont rassemble les textes écrits par Dickens dans les 10 dernières années de sa vie (entre 1860 et 1870 donc). On y trouve le tout dernier roman de Dickens resté inachevé, Le mystère d’Edwin Drood, plusieurs récits de Noël (Voix sans issue, Les ordonnances du docteur Marigold, L’embranchement de Mugby et Georges Silverman), et Les grandes espérances. Pour des raisons pratiques, je commenterais séparément ces différents textes.

Depuis la mort de ses parents le jeune Philip Pirrip, surnommé Pip, est élevé  « à la main » par sa sœur et son forgeron de mari, Joe, aussi doux et gentil que sa femme peut-être rude et sévère. Destiné à devenir l’humble apprenti de Joe, Pip va voir sa vie bouleversée par une série de rencontres étranges: D’abord un forçat caché dans  les marais qui va le contraindre à lui venir en aide, puis une vieille femme à moitié folle, Miss  Havisham qui vit recluse, dans le douloureux souvenir d’une violente déception amoureuse. Devenu un jeune homme, épris de la belle et inaccessible Estelle,  Pip a l’opportunité de partir s’installer à Londres et de changer radicalement le cours de son existence. Mais quel sera le prix de ses grandes espérances?

J’ai eu un peu de mal à entrer dans cet imposant roman: Toute la partie autour de l’enfance de Pip m’a souvent parue décousue et un peu fastidieuse à lire. Il faut dire que Pip n’est pas vraiment un personnage sympathique et attachant. Insipide, sans caractère, passif, il se laisse  toujours porter par les évènements (et l’on découvrira par la suite  qu’il est en plus particulièrement ingrat et égoïste!). Peut-être ce personnage un peu décevant n’est il  finalement là que pour mieux mettre en valeur d’autres protagonistes plus intéressants: A commencer par Joe, le beau-frère de Pip, être à la fois ignorant et délicat, un souffre-douleur tout désigné dont les maladresses m’ont beaucoup touchées. Et aussi  l’indescriptible Miss Havisham, enfermée dans son immense demeure et dans sa douleur:  Invariablement vêtue de sa robe de mariée, elle a des allures fantomatiques, et certaines descriptions de son intérieur macabre donnent le frisson.

J’ai été plus sensible à la suite du roman qui se déroule à Londres, le rythme s’accélère, les rebondissements s’enchaînent. Et même si Pip est toujours aussi tête-à-claques, là encore Dickens s’amuse à faire intervenir des personnages plus farfelus les uns que les autres, non sans un certain humour (Mention spéciale à Wemmick, un clerc de notaire qui vit dans une demeure incroyable avec son vieux père sourd comme un pot). Je referme ce roman avec un sentiment mitigé, l’histoire ne m’a pas transportée mais j’ai vraiment beaucoup aimé certains personnages…  Peut-être n’ai je pas choisi le roman idéal pour aborder l’univers de Dickens? Je n’arrêterais de toutes façons pas là ma découverte de son œuvre.

Editions Robert Laffont 2010 (Collection Bouquins), 860 p, 26€  (Traduction de Jean Gattégno). Lu dans le cadre d’un partenariat avec Blog-o-book et les éditions Robert Laffont, merci!

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’amour est à la lettre A – Paola Calvetti

L'amour est à la lettre A

3 etoiles

Divorcée et mère d’un adolescent, Emma plaque son boulot de traductrice pour ouvrir à Milan « Rêves & sortilèges », une librairie entièrement dédiée à la littérature amoureuse. Federico, son premier amour, refait alors brusquement irruption dans sa vie. Devenu un brillant architecte,  il vit à New-York avec sa femme et sa fille. Après de brèves retrouvailles Federico propose à Emma d’ouvrir une boite postale et d’entamer une correspondance « à l’ancienne »  afin qu’ils réapprennent à se connaître.

Quelle jolie idée que de vouer une librairie aux mots et aux maux d’amour, de déambuler dans des rayons consacrés aux amours impossibles ou  aux cœurs brisés. « Rêves & sortilèges » est une bulle hors du temps où l’on chouchoute les livres et les lecteurs, et au fil des mois Emma et ses employés feront de cette librairie un endroit privilégié où se réfugient les habitants du quartier pour y parler littérature, et un peu plus selon les affinités.  Paola Calvetti saisit toutes les occasions d’évoquer tel ou tel roman,  oeuvres classiques ou contemporaines,  elle y cite aussi bien Marc Levy que les soeurs Brontë, Musso que Shakespeare, et j’ai noté au cours de ma lecture beaucoup de titres inconnus ou oubliés.

En revanche, que dire de la correspondance entre Emma et Federico? Federico est un type plutôt antipathique, infidèle et lâche, et sa relation avec Emma m’a fait plus d’une fois grincer des dents! Et moi qui ai pourtant une tendresse particulière pour les romans épistolaires, j’ai trouvé leurs lettres insipides, bavardes et répétitives, Federico s’attardant en plus longuement sur des considérations architecturales qui m’ont parues interminables. Un avis en demi-teinte donc, « L’amour est à la lettre A » est une lecture agréable qui sait flatter nos instincts de lecteurs (Nous aimons tous qu’on nous parle de livres, oui ça marche à tous les coups!). J’ai donc beaucoup apprécié les passages consacrés à la librairie d’Emma (et quel plaisir aussi de lire quelques belles pages sur  Belle-ile-en-mer, une ile bretonne chère à mon cœur, où les deux amoureux passent quelques jours) mais je n’ai pas été touchée par l’histoire d’amour entre Emma et Federico.

Editions Presses de la cité, 380 pages, 20€
Une lecture commune avec Canel et Mara.  Et cliquez ici pour découvrir la librairie Rêves & Sortilèges!

***

Deux extraits:

(extrait p. 328/329) Les livres sont là pour être touchés, pris en main, au lit, sur un banc, dans l’autobus, sur un canapé, par terre, couchés dans l’herbe. Même sur le ciment. Les gens lisent pendant qu’ils attendent. Ou dans les gares. Dans une chaise longue sur la plage, les romans se dégustent aux premières heures du matin ou au coucher du soleil. Dans la salle d’attente du dentiste, j’allège la tension en lisant; je le fais aussi chez l’esthéticienne pour supporter la douleur de la cire à épiler. Je lisais Lewis Carroll à Disneyland, pendant que Mattia tournait dans les « tasses d’Alice » et dévalait les montagnes russes avec son père. Ce que je préfère, ce sont les trains, la plus vaste salle de lecture du monde, sur tous les continents. Ceux qui n’ont pas mal au cœur lisent en voiture, comme cette Américaine qui éclaire les pages avec la lampe d’un casque de mineur pendant que son mari conduite en écoutant de l’opéra. C’est fantastique, un livre, ça n’a pas besoin de prise, de chargeur, de batterie, ça supporte avec patience le stylo-bille, le crayon, les marques et les « cornes » aux pages. Le livre c’est ma vie parallèle il me fait avoir partout de la famille et des amis, même morts. Quand je lis, j’oublie qui je suis. Je ne me rappelle pas qui disait que lire des livres c’est comme fumer, et que le plus beau, c’est qu’on n’a pas besoin d’arrêter (…)

(Extrait p. 354): Pour se sauver, on lit. On s’en remet à un geste méticuleux, une stratégie de défense, évidente mais géniale. Pour se sauver, on lit. Un baume parfait. Parce que peut-etre, pour tout le monde, lire c’est fixer un point pour ne pas lever les yeux sur la confusion du monde, les yeux cloués sur ces lignes pour échapper à tout, les mots qui l’un après l’autre poussent le bruit vers un sourd entonnoir par où il s’écoulera dans ces petites formes de verre qu’on appelle des livres. La plus raffinée et la plus lâche des retraites. Très douce. Qui peut comprendre quelque chose à la douceur s’il n’a jamais penché sa vie, sa vie toute entière, sur la première ligne de la première page d’un livre? C’est la seule, la plus douce protection contre toutes les peurs. Un livre qui commence.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Trudi la naine – Ursula Hegi

Trudi la naine

5 étoiles

Trudi Montag, qui restera pour toujours Trudi la naine, naît en 1915 à Burgdorf, une petite ville allemande proche de Düsseldorf. Dévorée par la culpabilité, sa mère sombre dans la folie peu après sa naissance, voyant dans la différence de sa fille le prix à payer pour ses propres péchés. Trudi est donc élevée par son père, un bibliothécaire  droit et aimant, blessé pendant la Grande Guerre. Pendant 37 ans Trudi observera les habitants de cette petite ville, et deviendra la dépositaire de leurs pires secrets.

Comment résumer en quelques lignes ce pavé de 730 pages, ce roman hors-normes, à l’image de sa figure principale? De 1915 à 1952, Trudi raconte l’histoire de l’Allemagne à travers le quotidien d’une petite ville: L’humiliation de la première guerre mondiale et du traité de Versailles, les rancœurs, la montée du nazisme, un deuxième conflit mondial, l’extermination des juifs. Des évènements qui se déroulent au loin et qui paraissent presque irréels, même si Burgdof n’est pas épargné par les restrictions alimentaires, même si les veuves deviennent de plus en plus nombreuses, même si les amis juifs  de Trudi ne reviendront pas.  Elle croisera la route de quelques nazis convaincus, et de quelques héros très discrets. Mais elle vivra surtout au milieu de tous ceux qui par leur passivité, leur lâcheté,  leur indifférence auront nourri le nazisme, et qui sitôt la guerre terminée se hâteront d’oublier. Avec sa taille d’enfant qui désarme la méfiance de ses interlocuteurs, forte du mépris qu’elle a du affronter toute sa vie, Trudi recueille les confidences et les secrets, porte un regard implacable et terriblement lucide sur ses compatriotes.

« Trudi la naine » porte assez mal son titre (le titre original Stones from the river est à mon avis plus pertinent) car il ne s’agit pas vraiment d’un livre sur Trudi  (même si rarement les rêves et les espoirs d’un personnage m’auront autant bouleversée). Ce n’est pas non plus à proprement parler un livre sur le nazisme.  Plutôt un livre sur l’humanité, rien que ça, un roman cruel qui nous rappelle comment nos choix quotidiens peuvent insensiblement conduire au tragique. Un livre vertigineux, qui vous laisse légèrement vaseux, car c’est une œuvre difficile sur le fond comme sur la forme (pas toujours facile de s’y retrouver dans cette multitude de personnages secondaires), mais qui vous reste longtemps en mémoire.

Le livre de poche 2010, 730 pages, 8€ (Première édition française chez Galaade en 2007). Titre original: Stones from the river, traduction de Clément Baude.

Lu par Fée Bourbonnaise, Jess, Mobylivres, Fabienne, Heclea.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Martin Dressler ou le roman d’un reveur américain – Steven Millhauser

Martin Dressler3 etoiles

« Jadis vécut un homme du nom de Martin Dressler, qui était fils de commerçant et, après des débuts modestes, s’éleva et connut une fortune comme il en existe dans les rêves. C’était vers la fin du XIX e siècle, lorsqu’en Amérique chacun était susceptible de croiser, au premier coin de rue venu, un citoyen apparemment banal dont le destin serait d’inventer un nouveau type de capsule ou de boite de conserve, de lancer une chaîne de boutiques à prix unique, de vendre un ascenseur plus rapide et plus performant, ou encore d’ouvrir un nouveau grand magasin fabuleux dont les vitrines immenses seraient le résultat d’un perfectionnement du système de production des vitres. « 

Fils d’un marchand de cigares new-yorkais, Martin Dressler connaît une réussite fulgurante à la fin du 19ème siècle. Petit employé dans un hôtel, il monte les grades rapidement avant de prendre son indépendance, de lancer une chaîne de cafés, puis d’investir dans des établissements de plus en plus vertigineux. Il est accompagné dans son ascension par un trio de femmes, une veuve, Margaret Vernon,  et ses deux filles, Caroline, la blonde, qu’il épousera, et Emmeline, la brune, qui le secondera dans toutes ses entreprises professionnelles.

L’ambiance de ce roman est étrange et cotonneuse, et semble osciller sans cesse entre rêve et réalité,   sans qu’on sache jamais vraiment dans quelle dimension on se trouve, ce qui est assez déstabilisant.  Martin Dressler est un personnage visionnaire et insaisissable, difficile à cerner. Eternel insatisfait, courant après ses chimères, il anticipe toujours sur sa prochaine réalisation… Mais où puise t’il l’énergie d’innover encore et encore, lui qui ne semble intéressé ni par l’argent, ni par la gloire?  Difficile de comprendre aussi ses choix sentimentaux quand il jette son dévolu sur Caroline, être apathique, sans substance et sans vie, qui ne semble s’intéresser à personne, et traverse le roman comme un fantôme. Martin étant un infatigable observateur, le texte abonde en descriptions, ce qui donne une jolie balade dans le New-York de la fin du 19ème, en pleine expansion. Mais l’histoire semble souvent  au service de la description, plutôt que l’inverse, ce qui rend parfois la lecture un peu fastidieuse, surtout quand le récit s’attarde sur les délires architecturaux imaginés par Martin. Malgré quelques passages intéressants, j’ai finalement eu bien du mal à entrer dans cet univers très particulier et déroutant.

Le livre de poche 2002, 287 pages, 5€ (1ère édition Albin Michel, 2000)
Lu aussi par Keisha, Sylire, Cuné.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le dissident chinois – Nell Freudenberger

le dissident chinoisNote/4 etoiles

Dans le cadre d’un échange artistique avec les Etats-Unis, Yuan Zhao, un jeune dissident chinois,  s’installe à Los Angeles pour un an. Il donne des cours d’art dans une école de jeunes filles, et est hébergé par la famille Travers. Malgré les apparences, l’équilibre familial de ses hôtes est fragile: Le père, Gordon, psychiatre et passionné de généalogie, s’éloigne de plus en plus de sa femme, Cece, et de ses enfants, Olivia et Max. Cece, si elle tente tant bien que mal de garder l’image d’une épouse attentionnée et d’une mère compréhensive, n’est pourtant plus amoureuse de son mari depuis longtemps,  et a du mal à accepter l’attitude provocatrice de ses enfants, surtout celle de son fils ainé, qui vient d’être condamné à des travaux d’intérêt général.  Le retour à L.A. du frère de Gordon, Phil, avec qui elle entretient une relation ambigüe, va semer encore un peu plus le trouble dans l’esprit de Cece.

Ce premier roman de Nell Freudenberger fonctionne sur l’alternance de deux récits, celui de Yuan Zhao (à la 1ère personne), et celui de Cece (à la 3ème personne). Le jeune  chinois  évoque surtout l’ébullition artistique d’un petit quartier de Pékin aux début des années 90,  et les performances audacieuses qu’y organisait un cousin talentueux. Ses souvenirs permettent de lancer quelques pistes de réflexions intéressantes sur l’art, sur son sens même (qu’est ce que l’art, qu’est ce qui n’en est pas?), ou sur la paternité d’une œuvre (la photo d’une performance appartient elle à l’artiste ou au photographe?).  Il se souvient aussi de la jolie Mieling… Yuan Zhao n’a pas grand chose en commun avec Cece, une américaine d’age mur qui tente de préserver l’unité vacillante de sa famille aux dépens de ses propres désirs. Rien en commun, si ce n’est peut être de n’avoir ni l’un ni l’autre trouvé leurs  vraies places dans leurs mondes respectifs. Roman doux amer sur les désirs inassouvis, les opportunités ratées et les faux semblants, Le dissident chinois touche par la finesse des personnages, et par la discrète émotion exhalée par leurs cheminements intérieurs. Dommage en revanche que le rapport entre ces deux personnages ne soit pas plus développé, Yuan et Cece ne font que se croiser, et l’auteur a finalement trop peu exploité le thème du choc des cultures. Un bon roman, mais qui me laisse quand même quelques regrets.

Editions de la Table Ronde 2010, 445 pages, 23€. Titre original: The Dissident (Traduction de Clément Baude)
Lu aussi par Keisha, Biblio, Yv, Lili Galipette, Chaperlipopette, Yohan, Goelen.

Lu dans le cadre d’un partenariat entre Blog-O-Book & Les éditions de la Table Ronde, merci!

Rendez-vous sur Hellocoton !