[Film] Veronica Mars – Rob Thomas

Voilà 9 ans que Veronica Mars a quitté Neptune, petite ville californienne qui abrite stars du showbiz et fils de milliardaires, laissant derrière elle son adolescence, l’agence de détective privé de son père, et sa relation tumultueuse avec son ex-petit ami Logan. Désormais brillante étudiante en droit, elle s’apprête à devenir avocate et à intégrer l’un des plus prestigieux cabinets de New-York, tout en filant le parfait amour avec le charmant Piz. Mais quand Logan se retrouve encore une fois dans le pétrin, accusé du meurtre de sa petite amie la chanteuse Bonnie DeVille, Veronica n’hésite pas longtemps avant de filer à Neptune pour mener sa propre enquête.

veronicamars1

Véronica Mars c’est d’abord une série pour ados & jeunes adultes diffusée à partir de 2004. Même s’il n’y a eu que 3 saisons, elle comptait un vivier de fans assez motivés pour financer une adaptation ciné: Quand Rob Thomas, créateur de la série, a lancé une levée de fonds sur internet, il a récolté 5,7 millions de dollars en un mois (dont 2 millions en seulement 10 heures!). En France malheureusement le film est sorti directement en VOD et DVD.

Ce film est clairement destiné aux fans de la série, si vous n’en faites pas partie, vous aurez sans doute du mal à en saisir toutes les subtilités, puisqu’il est bourré de clins d’œil et que son principal intérêt est de retrouver quasiment tous les personnages de la série (les acteurs principaux ont tous répondu présent, sauf Teddy Dunn qui jouait Duncan Kane dans la série). Le film est vraiment fidèle à l’esprit de la série et en reprend tous les codes:  un univers de strass et de paillettes dans lequel Veronica joue les mouches du coche, une enquête tarabiscotée et des policiers véreux, un romantisme sulfureux avec la relation de Veronica et de Logan,  des dialogues épicés et un humour sarcastique. S’y ajoute forcément ici un voile de nostalgie…

Je n’ai pas été déçue par cette adaptation et j’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à retrouver une dernière fois les rues de Neptune. A noter aussi la participation hilarante de James Franco dans son propre rôle, qui joue avec beaucoup d’auto-dérision de son image d’acteur intello et toujours à poil. Mon seul regret finalement c’est que ce film met sans doute un point final à l’aventure Veronica Mars et qu’elle va vraiment me manquer. Bye-bye Veronica…

 veronicamars2

veronicamars3

Veronica Mars de Rob Thomas, mars 2014, durée 1h47 – avec Kristen Bell, Jason Dohring, Enrico Colantoni… et la participation de James Franco et Jamie Lee Curtis.

dispo en DVD

Rendez-vous sur Hellocoton !

[BD] Revoir Paris (Tome 1) – François Schuiten & Benoît Peeters

revoir paris

En 2051, 6000 pionniers ont été choisis pour quitter la Terre asphyxiée et fonder une nouvelle civilisation sur « L’Arche ». En 2155, Kârinh se porte volontaire pour quitter l’Arche et conduire une expédition vers la Terre. Mais rebelle, fragile, obsédée par la question de ses origines (elle n’a pas connu ses parents), Kârinh met l’expédition en danger…

Ce premier tome s’intéresse essentiellement au personnage de Kârinh et au voyage vers Paris qu’elle va accomplir quasiment seule, tous les autres passagers étant placés en hibernation.  La plus grande partie de ce tome oscille entre la solitude du personnage perdu dans l’immensité de ce vaisseau vide et ses injections de drogues qui lui permettent d’accomplir des voyages oniriques dans un Paris Fantasmé, inspirés par les quelques  livres imprimés qu’elle a pu feuilleter (comme ceux de Robida, auteur et illustrateur de la fin du XIXe siècle).

On comprend peu à peu l’histoire de Kârinh, conçue lors d’un voyage similaire de sa mère vers la Terre, et qui serait donc  la fille d’un terrien. Elevée comme une paria car susceptible de transmettre des maladies à la communauté, elle n’a jamais vraiment réussi à s’intégrer. En retournant sur terre, elle espère en apprendre plus sur ses parents et trouver enfin sa place.

revoirparis 005

Ce personnage torturé, l’ambiance futuriste et incertaine, où l’on ne sait plus très bien ce qui tient du rêve et de la réalité, font que ce premier tome est captivant, mais il est aussi assez déconcertant, parce qu’on en ressort finalement avec peu d’informations. Ce sont les illustrations qui sont surtout mises en avant dans ce premier tome, avec une grande place accordée à l’architecture parisienne, et l’intégration d’illustrations de style XIXe, à la manière de Robida par exemple. J’ai aimé ce premier tome mais je reste quand même un peu sur ma faim. Je serais au rendez-vous du tome 2, en espérant qu’il nous donnera toutes les clés pour mieux comprendre l’histoire.

revoirparis 008

Revoir Paris (Tome 1) – François Schuiten & Benoît Peeters – Editions Casterman – 64 pages – 3 etoiles

 

Voir la fiche du livre sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Roman] Une symphonie américaine – Alex George

unesymphonieamericaine

A Hanovre au tout début du XXe, Frederick Meisenheimer séduit Jette grâce à sa voix de baryton, mais la famille de la jeune femme ne voit pas leur relation d’un bon oeil. Alors quand Jette tombe enceinte les deux amoureux au physique atypique s’enfuient vers une vie nouvelle et embarquent pour l’Amérique, subtilisant avant de partir une médaille militaire d’une grande valeur appartenant à la famille de Jette. Une fois aux Etats-Unis le hasard les conduit à s’installer à Beatrice, une petite ville du Missouri où vit déjà une forte communauté allemande. C’est là que va naître Joseph…

 Tous les descendants de Frederick vont vivre dans l’ombre de ce grand-père venu d’allemagne, qui voulait s’intégrer à tout prix dans sa nouvelle patrie, devenir A good american (c’est le titre original de ce roman qui est à mon avis plus représentatif que le titre français). On y suit pendant plus d’un siècle la vie quotidienne de la famille Meisenheimer, dans laquelle on se transmet l’amour de la musique, mais aussi le bar acheté par Frederick, qui va s’adapter au fur et à mesure aux changements d’époques. Et puis il y a cette médaille militaire emportée d’Allemagne, dont le vol fait figure de faute originelle. Est ce à cause de cette mauvaise action que la famille sera particulièrement marquée par les drames de la vie?

Chaque génération a ses personnages forts, Joseph et ses sérénades silencieuses (parce que suite à un choc affectif le stress l’empêche de chanter), Rosa la tante hypocondriaque,  les jumeaux survoltés Teddy et Franklin (nommés ainsi en l’honneur des présidents américains), et puis James, le narrateur, qui mettra à jour un douloureux secret de famille, sur lequel se referme le livre. Une symphonie américaine est le portrait d’une famille mais c’est aussi celui d’une petite ville américaine, et les personnages qui gravitent autour de la famille Meisenheimer ne sont pas moins intéressants, Lomax, Morrie, Magnus font partie de ces personnages qui marquent un lecteur… Et puis c’est aussi l’histoire d’un pays, car à Beatrice  résonne l’écho de tout ce qui agite les Etats-Unis et le monde au cours du XXème siècle: les 2 guerres mondiales, la prohibition, le krach boursier de 1929, la ségrégation, la guerre de Corée, celle du Vietnam, l’assassinat de Kennedy… Même si à vouloir trop en dire l’auteur survole parfois un peu les choses, c’est une belle saga familiale avec laquelle j’ai vraiment passé un très bon moment.

Une symphonie américaine, novembre 2014, Belfond, 390 pages – Note/4 etoiles

Une symphonie américaine

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Art & Lecture #11] Compartiment C, voiture 293 – Edward Hopper

Edward Hopper - Compartiment C, voiture 193, 1938

Compartiment C, voiture 293 – Edward Hopper – 1938

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Hommage à Charlie Hebdo] Cabu Swing, souvenirs & carnets d’un fou de jazz – Cabu

Ce mercredi les blogueurs littéraires ont voulu rendre hommage aux auteurs de Charlie Hebdo disparus la semaine dernière à leur façon, en vous parlant de leurs livres, parce que c’est encore ce que nous savons faire de mieux.

cabuswing couv

Cabu était un grand fan de jazz, en particulier de Swing, et ce beau livre retrace en plus de 200 pages sa passion pour cette musique.  Les festivals qu’il a écumé jusqu’à la fin des années 70, les concerts, ses chroniques à la radio (pour l’émission Le jazz qui déménage sur TSFjazz), les portraits de ses jazzmen préférés, des anecdotes personnelles ou des petites histoires sur l’histoire du jazz… Le livre est très fourni en illustrations, on y retrouve les nombreux dessins de Cabu pour les journaux auxquels il a collaboré durant sa carrière, mais aussi des dizaines de croquis, des affiches, des pochettes de disques… Si le livre est essentiellement consacré au jazz, il y a aussi de petites incursions dans le domaine de la chanson française et  de la pop, Cabu ayant tenu une rubrique sur les yéyés dans Pilote au début des années 60 et côtoyé de nombreux artistes quand il fréquentait les cabarets pour Hara-Kiri ( Gainsbourg, Maxime Leforestier, Brel, Pierre Perret…)

cabuswing 009

Si on est loin des caricatures de Charlie Hebdo, et que c’est plutôt la face tendre et passionnée de Cabu qui domine ici, l’humour grinçant n’est jamais loin, comme par exemple cette pochette imaginant une Ella Fitzgerald dans une pose alanguie et sexy… avec les jambes coupées (elle avait été amputée à la fin de sa vie).

cabuswing 015

En parallèle Cabu raconte aussi (toujours avec beaucoup de retenue) un peu de sa vie: son enfance à Chalons-sur-Marne et son père fan de Charles Trénet, son arrivée à Paris en 1955 pour devenir dessinateur, son départ pour l’Algérie en 1958 (il y restera 27 mois), sa rencontre avec Cavanna et les débuts d’Hara Kiri. J’y ai aussi appris que Cabu avait été le tout premier dessinateur à travailler pour Le Monde en 1968.

cabuswing 035

cabuswing 037

cabuswing 029

cabuswing 041

C’est vraiment un album très beau et très complet pour tous ceux qui aiment le jazz, mais aussi pour ceux qui n’y connaissent rien (c’est mon cas), et qui permet de découvrir une autre facette de Cabu, sans doute moins connu du grand public. Et à la toute dernière page on trouve un croquis de Mano Solo (le fils de Cabu, disparu le 10 janvier 2010) lors de son tout dernier concert à l’Olympia. C’est peu dire que ce dernier dessin délivré ainsi tout en pudeur m’a profondément bouleversée.

cabuswing 014

Cabu Swing, souvenirs & carnets d’un fou de jazz, éditions Les échappées 2013, 224 pages.

Rendez-vous sur Hellocoton !