Catégorie : Romans francophones

Un brillant avenir – Catherine Cusset



Née en Roumanie dans les années 40, Helen a reçu une éducation très stricte, et sa vie ressemble à un combat ininterrompu: Elle s’est d’abord battu pour épouser Jacob, l’amoureux juif dont ses parents ne voulaient pas, s’est battu encore et toujours pour quitter son pays natal, puis pour trouver sa place aux Etats-Unis. Elle s’est surtout battu pour que son fils Alexandru ait « un brillant avenir ». Alors quand ce dernier tombe amoureux de Marie la petite française, Helen reprend les armes pour évincer l’intruse et préserver l’unité familiale.

L’histoire d’Helen se construit comme un puzzle, au fil des pages et des allers-retours dans le temps. De la Roumanie de Ceaucescu à l’Amérique des années 2000, en passant par Israël ou l’Italie, son parcours est plutôt chaotique! Intelligente et déterminée, courageuse et travailleuse, toute sa vie elle saura forcer le destin et imposer ses choix… Mais le personnage nous échappe parfois, Helen est facilement déstabilisée, dévorée par ses peurs et ses sentiments: Terrifiée à l’idée que sa belle-fille puisse bouleverser l’équilibre familial qu’elle a si patiemment construit, elle lui refuse son affection, et elle engage contre Marie une guerre mesquine, faite de reproches silencieux et de petites vexations. J’ai parfois eu du mal à comprendre le comportement excessif d’Helen envers sa belle-fille mais j’ai aimé qu’elle se révèle finalement une femme comme les autres, avec ses failles et ses doutes, ses défauts et ses contradictions. Un brillant avenir est un très beau portrait de femme!

Gallimard, 369 pages, 21€.

Lu par Cuné et Essel.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vacance au pays perdu – Philippe Segur

Fatigué de mettre en valeur du thon au mercure ou de la mayonnaise à la dioxine, un graphiste végétarien spécialisé dans le packaging de produits alimentaires décide de rompre avec le ‘système’ et de s’offrir une semaine de vacances hors des sentiers battus. Oui mais où?  Le Proche-orient ? Trop hostile. (…) Les Etats-Unis ? Trop accueillants. Et un sens de l’humour discutable. (…) L’Australie ? Trop loin. La Turquie ? Trop près. Il opte finalement pour l’Albanie, l’un des pays les plus pauvres d’Europe, et embarque avec lui son meilleur ami, son ‘cricri’,  pour un voyage qui sera (forcément) épique. L’aventure, d’accord, mais à l’étranger, est ce bien raisonnable ?

Problèmes de communication et d’orientation, peur de l’inconnu, quiproquos divers et variés, Philippe Ségur use (et abuse ?) des situations rocambolesques auxquelles un touriste peut être confronté dans un pays étranger, a fortiori dans une contrée peu fréquentée comme l’Albanie. Froussards et nombrilistes, pétris d’angoisses et de préjugés sur la population locale, nos deux anti-héros vont transformer leur voyage en une fuite sans fin. Persuadés de rompre avec le système ultra-consommateur dans lequel ils évoluent d’habitude, ils ne font pourtant qu’en rechercher les codes et les repères rassurants, et incapables d’abandonner leurs réflexes de nantis, ils ne verront finalement pas grand chose du pays qu’ils traversent.  Le ton sarcastique et les ficelles un peu répétitives agaceront sans doute plus d’un lecteur, mais j’ai pour ma part beaucoup apprécié l’humour grinçant et excessif de ce Vacance au pays perdu !


Buchet-Chastel 2008, 241 pages, 18€
Clarabel & Julie ont aimé, Amanda Meyre & Anne-Sophie ont été déçues.

Rendez-vous sur Hellocoton !

That’s all right mama – Bertina Henrichs

D’origine allemande, Eva Jacobi mène une vie très rangée en France: Maître de conférences dans une université, elle a une relation amoureuse
avec un homme qu’elle voit deux soirs par semaine. Quand sa mère décède brutalement, elle doit retourner en allemagne, et en rangeant l’appartement maternel, elle découvre que Lena, qui ne menait
pourtant pas une existence très fantaisiste, avait prévu de se rendre à Memphis, la ville d’Elvis Presley. Encore bouleversée par les confidences d’un oncle à propos de ses parents, Eva décide
sur un coup de tête d’utiliser le billet d’avion de sa mère.



Bertina Henrichs a choisi de traiter d’un sujet délicat (le travail de deuil) avec une certaine légèreté, lançant son personnage sur les pas du King et de ses fans, dans la capitale du kitsch
absolu!  Dans ce décor insolite et extravagant, de situations périlleuses en rencontres improbables, Eva ira jusqu’au bout de son chagrin. Comme un cadeau posthume offert par sa mère,
ce voyage lui permettra aussi de faire un point sur sa vie, de quitter son existence étriquée et d’emprunter un nouveau chemin vers l’épanouissement. Entre rires et larmes, That’s all right mama est un roman très touchant sur l’amour filial, une parenthèse enchantée pleine d’une douce folie.
Si vous avez aimé La joueuse d’échecs
(en cours d’adaptation avec Sandrine Bonnaire dans le rôle principal), vous succomberez ici encore au charme et à la simplicité de l’écriture de
Bertina Henrichs!


Editions du Panama, 272 pages, 18€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Twist – Delphine Bertholon

5 étoiles

Maman me l’avait assez répété, de ne pas parler aux inconnus, de faire attention avec tous ces détraqués qui courent dans la nature mais là, pas une seconde ça ne m’avait traversé l’esprit. A cause de la bonne tête de R. avec sa chevelure d’éponge, sa voiture brillante, la jolie chatte à 3 couleurs dans la petite caisse, l’orage dément qui me coulait dessus et surtout – surtout – à cause de Stanislas.

Madison, 11 ans, est enlevée par R. à la sortie de l’école, et séquestrée dans une cave. Sur le cahier
qu’elle a réussi à obtenir de son ravisseur elle raconte le tour qu’a pris sa vie depuis Le-jour-de-la-Volvo-noire. Deux voix se mêlent à celle de Madison pour évoquer la disparition de la petite fille : Celle de Léonore, sa mère, persuadée que sa fille est toujours vivante et qui continue à lui écrire des lettres, et celle de Stanislas, le prof de tennis dont Madison est amoureuse. Monté à Paris après le drame, il tombe sous le charme de la belle et insaisissable Louison.

Le sujet peut effrayer de prime abord, Delphine Bertholon s’inspirant d’un fait divers qui avait  bouleversé l’europe il y a deux ans. Mais ici le romanesque et la sensibilité l’emportent largement sur le sordide et le sensationnel. Le personnage de Madison, en dépit de son enfermement, reste une pré-adolescente pleine d’énergie et d’humour! Entre fausse soumission et rébellion, entre colère et attachement, elle raconte dans ses précieux cahiers le lien étrange qui la lie à son ravisseur, mais aussi l’adolescence et les changements de son corps qu’elle doit affronter seule, ou l’écriture qui l’empêche de devenir folle. Delphine Bertholon passe avec beaucoup d’aisance d’un personnage à l’autre, Stanislas évoquant sa relation avec Louison, et les lettres de Léonore à sa fille enrichissent très délicatement le point de vue de Madison.  Twist est un roman sur l’absence et sur l’espoir, une histoire d’amour(s) qui explore tout ce que ce sentiment peut parfois avoir d’insensé, d’absurde ou de cruel. La première bonne surprise de cette rentrée !

JC Lattès 2008, 429 pages, 18€

Rendez-vous sur Hellocoton !

la théorie du panda – Pascal Garnier


Un quai de gare, une chambre d’hôtel, Gabriel semble n’être que de passage dans cette petite ville bretonne. Pourtant il s’attarde, et trouve rapidement sa place parmi les habitants: Il épaule un patron de restaurant désemparé depuis l’hospitalisation de sa femme, fait tourner la tête de la jolie réceptionniste de l’hôtel, dépanne un couple de junkies… Bienveillant, serviable, toujours à l’écoute, mais quel secret peut donc bien cacher Gabriel, à quoi a-t-il voulu échapper en se réfugiant ici ?

Si Gabriel reste le pivot du groupe, le roman se concentre surtout sur ses compagnons rencontrés au fil du hasard, sur cette petite bande de personnages hétéroclites qu’il a fédéré autour de lui. Gabriel, lui, restera insaisissable jusqu’aux toutes dernières pages, jusqu’au coup-de-poing final. On comprend rapidement que son masque impassible cache quelque chose mais l’auteur sait jouer avec notre attente, entre sous-entendus feutrés et flashbacks mystérieux, et il crée ainsi une atmosphère étrange, teintée d’angoisse diffuse. J’ai beaucoup aimé la fausse légèreté de ce roman, dans l’histoire comme dans le style, cette façon d’évoquer le désespoir avec dérision qui m’a rappelé d’autres auteurs français que j’affectionne, Joël Egloff, Pascal Morin ou encore Laurent Graff… « La théorie du panda » est un roman troublant, qui m’a donné très envie de découvrir les précédents titres de Pascal Garnier!


Zulma 2008, 174 pages, 16,50€

Lu et aimé par
Clarabel, Gambadou, Laurent, Laure, Sylire



Rendez-vous sur Hellocoton !