Catégorie : 3 étoiles – A lire

« Le pacte des vierges » de Vanessa Schneider

Pour écrire Le pacte des vierges, Vanessa Schneider s’est inspiré d’un fait divers survenu en 2008 dans l’Amérique profonde. 17 adolescentes de Gloucester, un patelin du Massachusetts, fréquentant le même établissement scolaire, étaient tombées enceintes suite à un « pacte ».  Quatre d’entre elles, Lana, Cindy, Kylie et Sue, acceptent de se confier à une romancière française. A travers leurs témoignages croisés on découvre comment elles en sont arrivées à mettre en place ce projet fou et absurde.

Au fil des pages la romancière et son lecteur essayent d’assembler les pièces du puzzle. Toutes âgées de moins de 16 ans, ces jeunes filles ont déjà tout vu, tout vécu. La majorité d’entre elles ont grandi avec un entourage familial défaillant, des parents démissionnaires qui n’assument plus leur rôle, absents, en prison, alcooliques, ou accro aux médicaments (Cochez la case correspondante à votre situation). Ou au contraire pour Sue, des parents puritains, exigeants et étouffants. Ajoutez à ça l’oisiveté, et la précarité dans une petite ville frappée de plein fouet par le chômage. Un terreau plus que favorable pour que des jeunes filles influençables, livrées à elles-mêmes, se laissent convaincre par ce projet dément imaginé par la meneuse de la bande, Lana.

J’ai été à la fois consternée par la folle décision de ces gamines, et émue par leur fragilité et leur naïveté. Ces quatre adolescentes brandissent leur grossesse comme un étendard, elles pensent avoir trouvé là l’opportunité de changer de vie : Elles vont élever leurs enfants ensemble, se créer une nouvelle famille, de nouveaux repères. Faire mieux que leurs parents.  Il y a tellement d’espoir dans ces grossesses, l’espoir d’un lien indéfectible que rien ne pourra briser, l’espoir de ne plus jamais être seules. Au fur et à mesure que leurs grossesses avancent, elles comprendront malheureusement que les choses ne sont pas aussi simples.

Cette histoire est effrayante, fascinante, mais le roman ne parvient pas à transcender le fait divers. En sait on vraiment plus quand on tourne la dernière page ? Les caractères manquent de consistance, l’angle choisi (ne donner la parole qu’aux jeunes filles) m’a paru souvent réducteur. L’auteur cherche en plus à créer un suspens artificiel et sans beaucoup d’intérêt autour de quelques éléments secondaires (des rendez-vous dans une vieille caravane près de la voie ferrée, le rôle d’un mystérieux « John »). Au fond c’est le fait divers qui est passionnant ici, bien plus que le roman lui-même, et il aurait sans doute mérité mieux que cet habillage un peu trop léger.

Editions Stock 2011, 190 pages/

Lu dans le cadre des matchs littéraires organisés par Price Minister.

Rendez-vous sur Hellocoton !

« La maison des singes » de Sara Gruen

En furetant à la bibliothèque, j’ai été surprise de tomber sur un nouveau roman de Sara Gruen.  Malgré l’énorme succès de son précédent roman De l’eau pour les éléphants (adapté au cinéma avec Robert Pattinson dans le rôle titre), j’ai l’impression que ce roman sorti au mois de juin est passé quasiment inaperçu… Il faut dire que la couverture n’est pas très engageante.

Un journaliste de Philadephie, John Tigpen,  se rend à Kansas City pour y rencontrer  la chercheuse Isabel Duncan, qui mène une étude sur le langage chez un groupe de six bonobos,  Sam, Bonzi, Lola, Mbongo, Jelani et Makena, qui comprennent l’anglais et maîtrisent la langue des signes. Mais peu de temps après cette rencontre, un attentat détruit le laboratoire d’Isabel, qui est gravement blessée. Sains et saufs les bonobos sont alors revendus par l’université et vont connaître un destin inattendu… Très attachée à ses bonobos Isabel est bien décidée à les récupérer mais elle va vite découvrir qu’elle ne peut pas faire confiance à tous ses proches.

Rien à voir avec « De l’eau pour les éléphants » qui était un roman intense, tout en émotions. Si ce n’est que l’auteur semble avoir fait des animaux son thème de prédilection puisqu’elle a signé deux autres romans autour des chevaux! Ici même si Sara Gruen a fait pas mal de recherches sur les bonobos et leur apprentissage du langage, sujet fascinant, on est clairement plus dans le divertissement. Mais j’ai aimé cette lecture, c’est vif et prenant, les rebondissements sont assez prévisibles, et on devine assez vite qui sont les gentils et les méchants mais les deux personnages principaux sont vraiment attachants: John, journaliste un peu paumé dans son boulot comme dans sa vie de couple, et Isabel, la chercheuse prête à tout pour sauver ses bonobos. Un roman léger et sympa.

La maison des singes de Sara Gruen, 366 pages, éditions Albin Michel 2011/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Radley – Matt Haig

Peter Radley, médecin apprécié, et sa femme Helen mènent une existence rangée à Bishopthorpe, une petite ville anglaise paisible. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, et ce que même leurs enfants ignorent, c’est que les Radley sont des vampires. Il y a bien longtemps ils ont quitté Londres et une vie de plaisirs pour devenir abstinents et offrir un cadre plus calme à leurs deux enfants, Rowan et Clara. Mais on ne renie pas si facilement sa véritable nature, et bientôt les Radley vont devoir à nouveau faire face à leurs vieux démons : Quand Clara tue un humain, Peter affolé appelle à l’aide son frère Will, un vampire qui lui a choisi de laisser libre cours à ses instincts sauvages et  sanguinaires…

Sans être follement originale, voilà une histoire qui change un peu des bluettes que l’on peut trouver dans les librairies au rayon vampires ces derniers temps. « Les Radley » est un livre qui ne se prend pas au sérieux, qui joue beaucoup sur la parodie en piochant dans de multiples genres, roman fantastique, roman policier, chronique familiale et sociale, le sujet des vampires étant aussi un prétexte pour évoquer de façon décalée des thèmes très humains : les relations familiales, les problèmes de couple (le mensonge, l’adultère, les difficultés à communiquer) ou les tourments de l’adolescence (plutôt chétif à cause du manque de sang, le fils aîné, Rowan,  est devenu le souffre-douleur de ses petits camarades). C’est juste assez sanguinolent pour satisfaire les amateurs du genre, il y a quelques pointes d’humour et l’auteur s’est visiblement beaucoup amusé à soigner les détails : On découvre ainsi au fil des pages que des artistes très célèbres étaient ou sont des vampires : Bram Stocker (auteur de « Dracula ») ou Sheridan Le Fanu (auteur de « Carmilla ») évidemment, mais aussi le peintre Veronèse, Lord Byron, converti à 18 ans dans un bordel florentin, Prince ou Jimi Hendrix qui après avoir simulé sa mort tient désormais  un club de vampires rock dans l’Oregon ! Il y a bien quelques longueurs, et l’intrigue aurait mérité d’être un peu plus fouillée, mais globalement « Les Radley » est un roman sympathique et un bon divertissement.

Editions Albin Michel 2010, 350 pages, 19,90€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les pintades

les pintades à téhéran

3 etoiles

Après Une vie de pintade à Paris, qui m’avait moyennement convaincu,  c’est donc le deuxième livre de la collection des Pintades que je lis, celui-ci étant consacré à Téhéran. Le concept est toujours le même, mêler guide touristique (avec les bonnes adresses et les bons plans de Téhéran) et chronique sociale au féminin. L’auteur, Delphine Minoui a habité en Iran pendant  plusieurs années et nous fait partager la vie quotidienne des Téhérannaises que ne peuvent imaginer les touristes, car ici plus qu’ailleurs le fossé entre la vie publique et la vie privée est énorme!  Nos pintades cultivent leurs contradictions (derrière les foulards se cachent des femmes très soucieuses de leur apparence), et multiplient les petits arrangements quotidiens avec le pouvoir religieux.

Dépaysement oblige, j’ai appris pas mal  de choses, mais comme dans « Une vie de pintade à Paris »,  certains côtés m’ont agacé, comme ce ton faussement enjoué, un peu forcé, qui imite le style des magazines féminins. Et alors que je m’attendais à ce que ce volume consacré aux iraniennes soit plus profond que celui dédié aux Parisiennes, quelle déception (!) de découvrir que toutes les pintades du monde semblent avoir les mêmes sujets de préoccupation: il n’est question à longueur de pages que de maquillage, de coiffure, de lingerie, de défilé de mode, de chirurgie esthétique ou  d’épilation… Qu’elles soient de Paris ou de Téhéran,  ces pintades me semblent désespérément frivoles et je ne suis pas sûre de toujours saisir la différence entre une pintade nouvelle et une bonne dinde traditionnelle. La condition féminine en Iran est traité avec trop de légèreté à mon goût, les sujets sérieux vite évacués. Et même si quelques trop rares passages abordent des sujets moins futiles (comme le portrait du prix Nobel Chirine Ebadi, ou des réflexions intéressantes sur le port du foulard, sujet d’actualité!), je n’aime décidément pas l’image des femmes que véhicule cette collection.

Le livre de poche 2009, 280 pages, 6,50€

Une lecture commune avec Sylire.

Lu aussi par Keisha qui nous offre en prime quelques photos de son voyage en Iran, Enna a abandonné ce livre,  Liliba a trouvé ça « amusant, plein d’anecdotes, de portraits sympathiques » mais a ressenti un certain malaise tout au long de sa lecture, pour Lorraine il s’agit d' »une plongée très instructive dans un univers féminin en effervescence », Clarabel est la plus enthousiaste.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le baiser de l’ange (Tome 1) – Elizabeth Chandler

le baiser de l'ange3 etoiles

Depuis toujours la douce et belle Ivy croit fermement à l’existence des anges, et collectionne les figurines qui les représentent. Suite au remariage de leur mère, Ivy et son petit frère Philip quittent leur quartier populaire pour s’installer dans la demeure cossue de leur nouveau beau-père, qui a lui-même  un fils, Gregory, un jeune homme ténébreux et insaisissable. Dans son nouveau lycée, la jeune fille tombe sous le charme de Tristan, un beau champion de natation qui va l’aider à affronter sa peur de l’eau.

Si les vampires occupent une grande place dans la littérature jeunesse actuelle, les éditeurs semblent vouloir explorer d’autres pistes et diversifier leur offre:  Pour sa fameuse collection Black Moon, Hachette édite donc cette fois une série dédiée aux anges, publiée aux Etats-Unis  il y a une quinzaine d’années.

La bluette entre Tristan et Ivy occupe une large place dans ce premier tome, tout ça est très mignon, rien de terriblement exaltant mais leur relation est plutôt touchante. Ce sont surtout les personnages secondaires qui m’ont plu: J’ai beaucoup aimé l’ambiguïté de Gregory par exemple, le fils du beau-père d’Ivy, qui apparaît d’abord comme un personnage détestable et arrogant, puis le vernis semble se craqueler et on croit deviner chez lui une sensibilité et une souffrance inattendues qui déstabilisent le lecteur. Est il sincère? Ou n’est il qu’un dangereux manipulateur? L’auteur ménage un peu trop sa monture dans la première partie, comme c’est souvent le cas dans les séries de ce type malheureusement, et elle réserve les évènements importants pour la fin du roman et, sans doute, pour les tomes suivants. La dernière partie du livre est vraiment plus intéressante, après un évènement tragique,  le roman semble enfin démarrer et prendre une nouvelle dimension: il y a un peu plus de rythme, de rebondissements, et d’humour avec l’apparition d’un nouveau personnage assez drôle et facétieux.

Ce premier tome ne m’a pas complètement convaincu, mais une fois la dernière page tournée il reste  en tous cas assez de questions en suspens pour titiller mon imagination et me donner envie de lire la suite (qui sera disponible dans les librairies en juillet prochain).

Editions Hachette Jeunesse (collection Black Moon), 232 pages, 14€. Titre original: Kissed by an angel, traduction de Catherine Guillet.

Lu dans le cadre d’un partenariat avec le forum Livraddict , ce livre m’a été offert par Les éditions Hachette Jeunesse, merci!
Lu aussi par Clarabel, Stephie, Pimprenelle, Fée Bourbonnaise, Heclea, Jess

Dark-side-challenge

Rendez-vous sur Hellocoton !