Catégorie : 3 étoiles – A lire

Le mystère du lac – Robert McCammon




Cory Jay Mackenson a passé son enfance à la fin des années 60 à Zephyr, au sud de l’Alabama. Alors qu’il accompagne un jour son père laitier dans sa tournée matinale, ils assistent impuissants au plongeon d’une voiture folle dans un lac. Le père de Cory a juste le temps d’apercevoir le conducteur, défiguré et menotté au volant… Voilà un mystère de plus dans une petite ville qui en compte déjà beaucoup !

« Nous avions aussi une reine noire de cent six ans et un as de la gâchette qui avait sauvé Wyatt Earp à O.K. Corral. Notre rivière cachait un monstre et notre lac un secret. Un fantôme hantait la route au volant de son dragster noir, au capot décoré de flammes peintes. Nous avions un Gabriel, un Lucifer et un Rebel qui se releva d’entre les morts. Nous avions des envahisseurs, un garçon au bras d’or et même un dinosaure lâché dans la grand-rue.
Un endroit magique…
Mon enfance magique et tout ce pays de cocagne survivent en moi.
Je me souviens.
Faut que je vous raconte ça. »

Il s’agit ici de la réédition en jeunesse d’un roman paru il y a une quinzaine d’années dans une collection pour adultes, et c’est un billet très enthousiaste sur le blog Citrouille qui m’a donné envie de le lire. La première centaine de pages est un peu laborieuse, les évènements mystérieux s’enchaînent avec un certain manque de fluidité et de cohérence, et il est difficile de trouver ses repères dans une histoire touffue qui emprunte à la fois au thriller, au fantastique et au récit d’enfance. C’est finalement quand ce dernier aspect prend le dessus que le roman devient vraiment intéressant. La violence du monde va faire une entrée fracassante dans l’enfance protégée de Cory : 20 ans après la fin de la 2ème guerre mondiale, le Ku Klux Klan répand ses effluves nauséabondes, et la marche du monde laisse déjà pas mal de gens sur le bord de la route. Le jeune garçon devra apprivoiser sa peur face aux éléments surnaturels mais aussi face à la cruauté de l’humanité. Alternant épisodes sombres et jolis moments de grâce, « Le mystère du lac » est un roman inclassable, d’une imagination débordante, une épopée initiatique originale et attachante.

Albin Michel 2007 (collection Wiz), 599 pages, 17€ [ Traduction Stephane Carn]
Ce roman a reçu le World Fantasy Award en 1992


Rendez-vous sur Hellocoton !

L’interprétation des meurtres – Jed Rubenfeld


Freud est invité en 1909 à donner une série de conférences aux Etats-Unis, et à son arrivée à New-York, il est accueilli par Younger, un psychanalyste
issu de la grande bourgeoisie américaine. Au même moment une jeune new-yorkaise est assassinée dans une luxueuse résidence, puis une autre jeune fille est sauvagement agressée. Alors que
l’inspecteur Littlemore et le médecin légiste Hugel s’associent pour trouver des indices, Younger, avec l’aide de Freud, entame une psychanalyse avec la deuxième victime afin de l’aider à
recouvrer la mémoire.

Si Freud a finalement un rôle mineur dans l’enquête elle-même, contrairement à ce que laisse entendre la 4ème de couverture, la
psychanalyse n’a pourtant ici rien d’un gadget: La façon dont les théories de Freud étaient perçues en ce début de siècle, entre méfiance, désapprobation et fascination,

les tentatives diverses visant à déstabiliser le psychanalyste viennoisla
rupture avec son héritier désigné Carl Jung, le complexe d’Oedipe, l’interprétation du monologue d’Hamlet (Etre ou ne pas être)…  Des digressions accessibles, même lorsqu’on
n’y connait pas grand chose dans ce domaine,  et pas inintéressantes mais qui alourdissent le propos au détriment de l’intrigue. J’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire mais
j’avoue que j’ai eu un peu de mal à aller au bout de ma lecture. L’interprétation des meurtres est un roman ambitieux, qui mélange faits réels et
imaginaires, et qui a sans doute nécessité un travail de recherche titanesque, non seulement sur la psychanalyse mais aussi sur le New-York du début du XXe. Mais à vouloir trop en mettre,
l’auteur s’est à mon avis laissé un peu manger par son histoire… Un premier roman avec quelques failles donc, mais un auteur à suivre!


2007, Editions du Panama, 473 pages, 22€  (Traduction Carine Chichereau, Titre original: The Interpretation of
Murder
)


Lu aussi par Chaperlipopette, Michel, Pascal
& Laure


Rendez-vous sur Hellocoton !

La dernière valse de Mathilda – Tamara McKinley

Au début des années 20, au cœur du bush australien, Mathilda, 13 ans, vient de perdre sa mère. Restée seule avec son père alcoolique, c’est donc à elle qu’incombe rapidement la charge de l’immense domaine familial et de ses milliers de moutons. Malgré son jeune âge, elle va devoir s’imposer dans un milieu d’hommes, affronter les éléments naturels qui menacent l’équilibre du domaine et se protéger de la convoitise de ses voisins… 50 ans plus tard, à Sydney, Jenny vient de perdre son fils et son mari dans un accident,  et apprend avec stupéfaction que ce dernier avait prévu de lui offrir un vaste domaine situé dans l’outback australien. Ne sachant que faire de cet encombrant cadeau posthume, elle se rend sur place et découvre les journaux intimes de l’ancienne propriétaire.

Le roman alterne les passages consacrés à Mathilda et ceux consacrés à Jenny, ce qui donne un résultat assez inégal : Combative, fière et solitaire, Mathilda est un personnage qui a du chien, et c’est dans les pages qui relatent son destin tragique que le décor prend toute sa dimension. Ces étendues quasi-désertiques et arides, où il est possible de ne pas voir une goutte de pluie pendant plusieurs années, ce milieu hostile où les hommes se révèlent souvent encore plus cruels que la nature sont les vrais atouts de ce roman.  Le récit perd en revanche beaucoup de son charme quand il s’intéresse au personnage insipide de Jenny. On patauge dans l’eau-de-rose, et l’histoire d’amour entre la jeune veuve et Brett Wilson, le directeur du domaine, donne lieu à quelques passages d’une mièvrerie consternante.  Je suis donc assez partagée, mais au fond j’ai passé plutôt un bon moment en lisant ce roman, notamment parce que l‘auteur ne lésine pas sur les rebondissements. C’est finalement une saga plutôt sympathique, facile à lire, si vous cherchez une petite chose légère pour vos prochaines vacances, pourquoi pas ?


2005, Archipoche, 566 pages, 8,50€
Ce roman est paru une première fois aux éditions France Loisirs sous le titre L’héritière de Chirunga.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La consolante – Anna Gavalda

undefined

la-consolante.gif
Charles Balanda est architecte, voyage beaucoup, se noie dans le travail pour éviter de croiser sa compagne Laurence dans leur appartement parisien, pour oublier qu’elle
s’éloigne de lui inexorablement. Malgré ses problèmes de couple, il tente au quotidien de maintenir un lien privilégié avec Mathilde, sa belle-fille adolescente. Mais alors qu’il rend visite
à ses parents, il trouve une lettre de son ami d’enfance, Alexis, l’informant de la mort de sa mère, Anouk. La nouvelle lui fait l’effet d’un electrochoc et sans qu’il comprenne d’abord bien
pourquoi, l’univers de Charles s’écroule. Pour tenter de se reconstruire il part sur les traces de son passé, à la recherche d’Anouk et Alexis.

Pas de doute, nous sommes bien chez Gavalda, Charles est un personnage cassé, complexe et attachant, et tout est affaire de sentiments, amour et
amitié, deuil et retrouvailles, désirs et tendresse, ruptures et pardon s’entrelacent au fil des pages… Sans doute cela suffira t-il pour faire de ce roman un nouveau succès populaire (avec un
premier tirage à 300 000 exemplaires !). Pourtant si l’on retrouve bien la patte de Gavalda, il n’y a pas dans La consolante, l’étincelle, l’alchimie qui faisaient le charme et la
magie d’Ensemble c’est tout. Dès les premières pages j’ai bien senti que la sauce ne prendrait pas : le style est horripilant (une collection de phrases sans sujets! *), l’auteur
nous fait mariner en multipliant les non-dits, repousse longtemps le moment où le personnage principal va se résoudre à affronter ses souvenirs. On a ensuite du mal à suivre Charles sur sa route
tortueuse, et on ne comprend pas toujours les chemins qu’il emprunte. Le récit manque de rythme et de densité, c’est long long long, on tourne en rond, on s’ennuie, on s’impatiente… Anna Gavalda
a vraiment beaucoup de talent pour composer des personnages (celui de Nounou aurait mérité un roman à lui tout seul), mais malgré l’attachement que j’ai pu éprouver pour Charles, elle a sans
doute vu un peu grand en lui consacrant 640 pages!

 

* Extrait (p. 105): « Prit une longue bouffée d’air pour expirer sa colère, chercha un siège libre, ferma son livre, remit les deux empereurs et
leur demi-million de morts chacun au fond de son cartable et sortit ses dossiers. Consulta sa montre, y ajouta deux heures, tomba sur une boîte vocale et se remit à jurer en anglais. Good
lord
, s’en donna à cœur joie. Ce fucking bastard ne l’écouterait pas jusqu’au bout de toute façon »

 

Le dilettante 2008, 640 pages, 24,50€

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vierge froide et autres racontars – Jorn Riel

undefined

La-vierge-froide-et-autres-racontars-de-Jorn-Riel.gif

Les rendez-vous du club de lecture des bloggeuses se suivent mais ne se ressemblent pas ! Après l’Inde et ses femmes, nous voilà au Groenland, au milieu d’une petite communauté de chasseurs. Des hommes perdus au bout du monde
qui doivent survivre au quotidien, affronter le climat extrême et l’isolement. Un peu déboussolés par ces conditions de vie, ils deviennent tous un peu dingues, nourrissent des obsessions
curieuses, des amitiés étranges et des amours imaginaires.

 

Un point commun cependant avec la précédente lecture du club, ici encore il s’agit d’un livre à cheval entre le
roman et le recueil de nouvelles. Je n’ai pas été emballée par les premiers récits: un type qui court après le vent, un autre qui s’entiche d’un coq nommé Alexandre, le recueil commence avec des
histoires gentiment décalées mais pas hilarantes. Mais au fil de la lecture, les « racontars » deviennent de plus en plus savoureux et j’ai été en revanche conquise par la deuxième moitié du
livre: Les funérailles trop arrosées de Jalle, la guerre des latrines entre Lause et Siverts ou la passion des chasseurs pour Emma, la fameuse Vierge froide qui donne son titre au livre. Et le
recueil finit en apothéose sur l’incroyable histoire du Roi Oscar, un cochon qui va provoquer une querelle d’anthologie entre Harvor et le vieux Niels. Ma première rencontre avec Jorn Riel est
donc plutôt concluante : si j’ai d’abord eu un peu de mal à entrer dans son univers et que les différentes histoires m’ont parues d’une qualité inégale,  j’ai finalement beaucoup
aimé
son humour fou et grinçant et son sens de l’absurde!

Editions 10/18, 157 pages, 6€

Retrouvez tous les avis chez Sylire

La prochaine lecture du club des bloggeuses : Je, François Villon de Jean Teulé (à lire
pour le 1er mars)

Rendez-vous sur Hellocoton !