[Roman] Fred et Mathilde – Corinne Roche

fred et mathildeMathilde quitte la région parisienne pour le petit village de Malesaygues. Loin de la fameuse “qualité de vie” dont elle rêvait, elle se heurte rapidement à des gens “bornés et intolérants“. Son histoire d’amour avec Fred va mettre le feu aux poudres et déchaîner les mauvaises intentions. La mesquinerie et la jalousie, les rancœurs et les frustrations des uns et des autres vont rogner peu à peu les idéaux de Mathilde.

Fred et Mathilde est une comédie grinçante dans laquelle chacun en prend pour son grade, la parisienne comme les autochtones, tous engoncés dans leurs a priori. La galerie de personnages est jouissive: une veuve joyeuse qui rêve d’une croisière au Groenland, un cadre hémorroïdaire, une aristocrate paumée, un bébé hurleur aux yeux globuleux, une patronne de bar dépressive, un vieil homme méchant… Sous la plume pleine d’humour de Corinne Roche, le quotidien de cette communauté bigarrée touche, amuse, désole. Un joli roman, auquel je reprocherais cependant un final un peu abrupt et frustrant!

Editions Héloïse d’Ormesson, 2005, 226 pagesNote/4 etoiles
*Sélection Prix Elle 2006*

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire: Tout commence mal (Tome 1) – Lemony Snicket

3-etoiles.gif


Les malheurs des enfants Baudelaire commencent le jour où leurs parents meurent dans l’incendie de leur maison. Violette, Klaus et Prunille sont alors recueillis par l’énigmatique et terrifiant Comte Olaf, prêt à tout pour faire main basse sur la fortune des trois enfants.

Ce récit atemporel est une parodie de conte qui joue avec une atmosphère sombre à la Dickens. Les jeunes lecteurs seront séduits par les multiples rebondissements qui rythment les aventures de ces trois orphelins. Le lecteur adulte, lui, trouvera sans doute les ficelles de l’histoire plutôt classiques et prévisibles… Mais il appréciera le ton original et déconcertant, le deuxième degré alimenté par les interventions farfelues de l’auteur qui ne cesse d’interpeller le lecteur. Le deuxième tome ( 11 volumes sont parus pour le moment) m’attend déjà, j’aurais donc l’occasion de vous reparler de cette série!

Editions Nathan 2002, 173 pages, 5.99€
Le site officiel de la série: http://www.orphelinsbaudelaire.com/index.html

La rentrée littéraire selon Télérama


Télérama consacre cette semaine un dossier à la rentrée littéraire (663 romans cette année).

L’hebdo s’est associé à France Culture pour établir une liste de 20 titres (10 français et 10 étrangers) qui valent le coup: Olivier Adam, Marie Darrieussecq, Lydie Salvayre, Jean-Philippe Toussaint,Robert McLiam Wilson… Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette liste ICI

Dans la rubrique “Les contournables” (non disponible en ligne), quelques têtes d’affiche en prennent pour leur grade!

– Une fête en larmes de Jean d’Ormesson est “Une paresseuse dissertation de causeur mondain”.

– En ce qui concerne Acide sulfurique d’ Amélie Nothomb: “Style d’ado rebelle”, “Philo à deux sous”, “Pathétique”

– Cosmos Incorporated de Maurice G. Dantec :”Un mur de béton et d’ennui”.

– Le cercle de Megiddo de Nathalie Rheims :”Banal et mal écrit”, “Une érudition de pacotille”.

– Le carnaval des monstres d’Anne-Sophie Brasme: “Anne-Sophie Brasme fait sa pelote de tous les clichés, qu’elle accompagne d’un style ampoulé indigne de la collection Harlequin”.


Autres articles sur la rentrée littéraire: Dossier de Lire / Dossier d’Evene / Dossier du Nouvel Obs

Sur les blogs: Blog Une vie de libraire / Blog Fig Tree


Si vous connaissez d’autres liens intéressants sur cette rentrée littéraire, n’hésitez pas à les indiquer dans les commentaires!


La colline des chagrins – Ian Rankin

4-etoiles.gif


Après la disparition d’une jeune étudiante, un
cercueil miniature est retrouvé sur la propriété familiale. Tandis que l’inspecteur John Rebus enquête sur des cercueils similaires retrouvés à différentes époques, sa jeune collègue se lance,
sur les traces de la disparue, dans un jeu d’énigmes sur Internet orchestré par l’inaccessible Quizzmaster.

La colline des chagrins n’est pas la première aventure de l’inspecteur Rebus,
mais peut tout à fait se lire de façon indépendante. Dans la sombre et fascinante ville d’Edimbourg, ce personnage tourmenté et attachant lutte contre ses fantômes en écumant les pubs, et
s’attire les foudres de sa hiérarchie par ses choix atypiques. Au-delà d’une enquête-puzzle prenante et parfaitement maîtrisée, cet excellent polar nous fait aussi partager les luttes de
pouvoir et les relations complexes qui se nouent et se dénouent au sein de la police écossaise.

Editions du masque 2005, 521 pages, 21.50€
Sélection Prix Elle 2006

La vie parlée – Bernard Chapuis

3-etoiles.gif

Auprès d’une autorité silencieuse qu’ils appellent “Votre hauteur”, six personnages se succèdent pour évoquer Cormier, musicien
et chef d’orchestre célèbre, qui s’était retiré depuis quelques temps dans une ville mystérieuse au bord d’un lac. Au hasard des anecdotes, sa concierge, son ami d’enfance, son
impressario, son homme d’affaires, sa femme et sa fille tentent d’établir un portrait de cet homme insaisissable.

L’écriture de Bernard Chapuis est délectable, élégante, pleine
d’humour, avec un rien de désuétude. “La vie parlée” est un roman d’atmosphères, celle d’une adolescence vers la fin des années 50, ou celle d’une maison de campagne toujours remplie
d’amis.

Insensiblement pourtant ce roman a fini par me lasser, le
mystère et l’anecdotique par m’agacer:  De nombreuses questions restent en suspens, sur l’origine de ces auditions ou la personnalité de Cormier. On n’en saura guère plus, et ce
roman, malgré toutes ses qualités, laisse le lecteur un rien frustré.

Stock 2005, 228 pages,
19€

Sélection Prix Elle 2006